Westworld : Thandiwe Newton reprend son nom complet et dénonce le racisme et sexisme hollywoodien

Antoine Desrues | 6 avril 2021 - MAJ : 06/04/2021 18:19
Antoine Desrues | 6 avril 2021 - MAJ : 06/04/2021 18:19

Thandiwe Newton a enfin retrouvé son nom complet, qu’un réalisateur avait modifié dans le générique de son premier film.

La version britannique de Vogue a dédié un portrait à Thandiwe Newton, l’actrice qui incarne Maeve dans la série Westworld. La comédienne, popularisée par ses apparitions dans des films comme Entretien avec un VampireMission : Impossible 2 ou encore Collision, a révélé au magazine que son prénom avait été raccourci dans le générique de son premier film, Flirting, où elle jouait aux côtés de Nicole Kidman. C’est pourquoi l’actrice s’est fait connaître avec le nom Thandie Newton.

Il s’avère que le long-métrage australien a été réalisé en 1991 par John Duigan, qui n’a pas demandé l’avis de l’actrice pour enlever le “w” de son prénom. Par la suite, il s’est mis en couple avec elle, bien qu’elle n’était âgée que de 16 ans à l’époque. S’en est suivie une relation abusive pendant plus de quatre ans, qui a fortement impacté la comédienne :

 

photo, Thandie NewtonThandiwe fait de la résistance

 

“J’ai été traumatisée. J’ai souffert de stress post-traumatique. J’étais désemparée et horrifiée qu’un réalisateur ait pu abuser ainsi d’une jeune actrice, et de savoir que ça arrivait ailleurs, avec des mineurs. J’attendais que quelqu'un me tende la main et me dise : ‘Alors, qu’est-ce qu’on peut faire ?’”

C’est pourquoi, à l’âge de 48 ans, Thandiwe Newton a décidé de reprendre son prénom complet, qui signifie en langue zulu “chérie, adorée”. Ce “w” perdu apparaîtra désormais dans ses projets à venir. L’actrice y a vu clairement une façon de prendre sa revanche et son indépendance sur une industrie qui a passé son temps à la rejeter.

Dès 2011, et bien avant le mouvement #MeToo, elle avait tenu à dénoncer le comportement de John Duigan, mais aussi d'autres expériences traumatisantes qu’elle a pu subir. Parmi elles, elle avait révélé qu'un directeur de casting avait partagé des auditions filmées et intimes qu’elle avait réalisées à l’âge de 18 ans.

Malheureusement, Thandiwe Newton a gardé une image très amère de cette période, où sa colère lui a valu d’être blacklistée et menée en bourrique par certains pontes hollywoodiens. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’actrice n'a plus vraiment eue de grands rôles durant les années 2000, malgré les succès de Mission : Impossible 2 et de Collision. Il lui a fallu attendre Westworld et l’explosion de #MeToo pour que sa parole soit entendue. Depuis, son courage et sa détermination l’ont transformée en icône.

 

photo, Thandie NewtonThandiwe Newton dans Mission : Impossible 2

 

Néanmoins, l’actrice a révélé à Vogue qu’un long combat est encore à mener en ce qui concerne le traitement des femmes au cinéma, et pas seulement sur le sujet des agressions sexuelles. Elle est ainsi revenue pour le magazine sur le tournage de la saison 3 de Westworld, où elle a découvert avec sa collègue Evan Rachel Wood qu’elles étaient moins payées que certains acteurs de la série.

Une révélation d’autant plus aberrante que Maeve et Dolores sont deux des personnages les plus importants de la création SF d’HBO. Les deux actrices ont fini par obtenir gain de cause, et tous les salaires des comédiens ont été rehaussés pour être égalisés. Cependant, Thandiwe Newton ne l’a pas vraiment vu comme une victoire :

“Ce n’était pas une célébration. J’étais dégoûtée. Même si les gens savent qu’ils peuvent désormais s'exprimer sur ces sujets, il y a toujours cette peur de perdre son travail. Il y a encore des gens pour vous dire : ‘Si tu n’es pas contente, il y aura toujours quelqu’un pour prendre ta place’, ce genre de conneries. Je pense que les dirigeants des studios doivent prendre davantage leurs responsabilités.”

Pour ce qui est de Westworld, la série a été renouvelée pour une saison 4, bien que l’on n’en sache pas plus pour le moment. En attendant, vous pouvez retrouver notre retour sur le grand final de la saison 3, et notre vidéo sur cette future série géniale... ou pas.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Thekiller
09/04/2021 à 08:49

Miam les larmes de bourgeoises

RobinDesBois
07/04/2021 à 21:57

@Birdy Mais qu'il y ai des articles consacrés à leurs déclarations ne me dérange pas et je comprends tout à fait qu'EL en parle. Je donne simplement mon ressenti sur cette attitude ou plutôt cette mode victimisante chez les célébrités millionnaires que je trouve pathétique. Quand au caractère inégalitaire du système je pense personnellement que ça n'est pas le cas (à Hollywood) une fois que les acteurs sont présents sur le marché.

Evidemment en amont c'est différent, on pourrait rentrer dans un débat sociologique qui porterait sur le poids de la société qui limiterait la valeur des actrices dans l'esprit des spectateurs et qui ferait que les spectateurs seraient en moyenne plus porté à s'intéresser à des films où le rôle principal est tenu par un homme ce qui plafonnerait la valeur commerciale des actrices par rapport à celle des acteurs mais si on se limite purement au marché la valeur commerciale d'un acteur sur un projet est établi naturellement. Elle est simplement égale à la confrontation entre la somme maximale que la production est prêt à mettre pour se payer les services de l'acteur et la somme minimale que l'acteur ou l'actrice est prêt à accepter ou du moins ses exigences. La somme maximale déterminée par la production étant basé sur son budget, le potentiel de rentabilité estimé de l'acteur sur ce projet et d'autre paramètres qui peuvent concernés un projet plus élargi que le film ou la série (image de marque, positionnement). On est dans un système purement libéral à Hollywood. Le sexisme n'y a pas sa place si le sexisme n'est pas rentable et il ne l'est pas.

Birdy en noir
07/04/2021 à 19:50

@ RobinDesBois : toute ton argumentation est faussée par ton exemple d'Anthony Hopkins.
Tu pars du principe qu'il s'agit de lui qui toucherait plus, mais je te cite l'article :
"elle a découvert avec sa collègue Evan Rachel Wood qu’elles étaient moins payées que certains acteurs de la série."
Personne ne dira jamais qu'elle devait toucher autant ou plus que la star de la série, masculine ou féminine. Evidemment que le prestige et la côte comptent. Le rôle des agents est aussi de faire grimper la valeur des comédien/nes.

Mais le système est toujours inégalitaire, que ce soit Newton, ou Meryl Streep qui le dénoncent. Il se trouve que ce sont des actrices hollywoodiennes qui en parlent, et comme on est sur un site de cinoche, bah difficile d'occulter le problème pour ces millionnaires dans le besoin. C'est une question de principe.

MacReady
07/04/2021 à 17:56

@RobinDesBois

Sauf que tu as toi-même élargi en disant "Si ce système était aussi sexiste...", ce qui montre bien que le cas Westworld s'inscrit dans une vision plus globale dans l'argumentaire. Mais bon, ça redevient limite agressif, ça me dépasse. Bonne continuation

RobinDesBois
07/04/2021 à 17:49

@MacReady sauf que là on parle de la complainte de Newton. Si tu veux me sortir des contre exemples libre à toi mais dans le cas de Westworld je ne vois que la logique du marché à l'oeuvre. Si tu me parles de travailleuses qui touchent moins que des hommes de CV et d'expertise équivalents disposant de la même ancienneté au sein de la même entreprise pour le même travail oui je vais m'en émouvoir. Mais les délires victimisant des stars d'Hollywood sur leur salaire désolé mais je trouve ça au mieux désopilant au pire très vulgaire.

MacReady
07/04/2021 à 17:40

@RobinDesBois

Et pour regarder la forêt cachée par l'arbre, on pourrait alors citer plein d'autres exemples de disparités de salaires hommes/femmes très intéressants et largement révélés ces dernières années, et qui tendent à monter que ce n'est absolument pas une illusion. Mais libre à toi de camper sur ta position, encore une fois.

RobinDesBois
07/04/2021 à 17:37

@MacReady je comprends. De toute façon il est rarissime de changer d'avis après un échange sur un forum. Cela dit pour terminer je rappellerais que mis à part Hopkins et Harris qui sont les deux grosses stars de la saison 1 les autres acteurs principaux ont touché le même salaire qu'ils soient des hommes ou des femmes... Si ce système était aussi sexiste pourquoi James Marsden n'a pas touché plus que ses collègues féminines ?

MacReady
07/04/2021 à 17:25

@RobinDesBois

Je confirme que je trouve ce raisonnement très simpliste, mais je n'ai aucune envie de passer 10 minutes à répondre directement comme si j'avais envie de te convaincre - ça prendrait du temps vu que le sujet est très élargi, et il faudrait donc vraiment répondre en détail, et j'ai autre chose à faire. J'ai donné mon avis très général sans te répondre personnellement, car j'ai bien senti que tu étais totalement dans un avis précis, comme souvent quand je te lis, et c'est ton droit. Je suis largement en désaccord, et c'est le mien.

RobinDesBois
07/04/2021 à 17:14

@MacReady sauf que la position de Newton n'a pas évolué d'un poil. Elle est juste passée d'un salaire très élevée à un salaire encore plus élevé, le système est exactement le même et c'est d'ailleurs pour ça que son salaire a pu augmenter.

Son délire égalitaire c'est du flan. Des salaires identiques pour tout le monde quel que ce soit le CV, la filmographie, la notoriété, leur potentiel commercial ça impliquerait que son salaire soit divisé par 10 voir par 100. Pas sûr que c'est ce qu'elle recherche. Elle voulait juste que SON salaire soit plus élevé c'est tout. C'est du nombrilisme. Et c'est aussi de très mauvais goût de chialer parce qu'on ne touche que 100 000 dollars par épisodes après un passage à vide professionnel vu le contexte économique actuel.

MacReady
07/04/2021 à 16:43

Cette idée récurrente de "cracher dans la soupe c'est pas bien" est étonnante. On dirait qu'il est impossible et irrecevable de changer d'avis, de pouvoir s'exprimer sur des problèmes une fois qu'on a monté quelques échelons, d'avoir du recul sur soi et les choses.
Comme s'il y avait deux camps : marginal total (qui donc n'a pas vécu le système, et ne peut pas en parler en connaissance de cause), ou rouage du système (donc si tu y es, le critiquer serait hypocrite, ça t'a payé ta carrière, ta maison, ta vie... et donc a acheté ton obéissance éternelle ?).
Je constate que lorsqu'un acteur ou une actrice défend le système, c'est vite perçu comme un petit soldat obéissant, vendu. Et quand c'est pour critiquer ce système, c'est perçu comme de l'ingratitude irrecevable. Je trouve ça simpliste, et dommage niveau nuances.

Plus
votre commentaire