Heroes World Tour : Interview de l'équipe

Ilan Ferry | 5 octobre 2007
Ilan Ferry | 5 octobre 2007

En août dernier eu lieu le Heroes World Tour, évènement unique s'il en est, puisqu'il marque la première tournée mondiale organisée en l'honneur d'une série TV. Ainsi après l'interview mano a mano avec Jack Coleman, alias l'inquiétant Mr. Bennet, place à l'équipe de la série (le producteur Dennis Hammer accompagné des acteurs Adrian Pasdar, Milo Ventimiglia, Hayden Pannetiere et Jack Coleman) qui avait fait le déplacement dans notre belle capitale. Une rencontre forcément extraordinaire !

 

 
Beaucoup de personnages sont morts au terme de cette première saison, si vous pouviez remonter le temps le(s)quel(s) ramèneriez-vous à la vie ? (Attention spoilers)

Dennis Hammer : J'adorerais revoir le personnage de Charlie, son histoire d'amour avec Hiro m'a beaucoup touchée.

Jack Coleman : Isaac Mendez, l'acteur Santiago Carbera me manque beaucoup.

Hayden Pannetiere : Pour moi ce serait une fille, Simone Deveaux (Tawny Cypress, NDR). J'aimerais en ramener plus mais je vais m'en tenir à elle (rires).

Adrian Pasdar : Heu, oui, absolument... Tous. Si je pouvais les ramener tous ! (Fin de l'alerte spoilers)

 

Le final de la première saison est pour le moins explosif, pouvez-vous nous révéler des indices sur la saison 2 ?

Hayden Panettiere : La saison 2 commencera quatre mois après la fin de la précédente. C'est dur de ne pas déflorer l'intrigue étant donné qu'il reste 3 épisodes à venir en France à ce jour... Disons qu'il va se passer beaucoup de choses dès les premiers épisodes et que les pièces du puzzle vont se mettre en place rapidement, surtout au niveau des personnages. Ces derniers vont se demander ce qu'il s'est passé pendant ces quatre mois.

 

Une question pour Adrian. Pensez-vous qu'il est difficile de travailler avec un sex-symbol tel que Milo que vous touchez beaucoup dans la série ?

Adrian Pasdar : (Il glisse furtivement sa main dans celle de Milo et répond). Pardon, quelle était la question (rires) ? Non, sans rire, c'est très dur de travailler tous les jours avec quelqu'un d'aussi charismatique, magnétique... et aussi de travailler avec les autres mecs (rires) !

 

Pouvez-vous nous en dire plus à propos de la future série Heroes : Origins ?

Dennis Hammer : C'est une série prévue pour durer six épisodes. Chacun sera indépendant des autres sur tous les plans. L'histoire sera différente tout comme les héros. Le but est de les montrer au moment de l'apparition de leurs pouvoirs et de voir comment ils s'en sortent. A savoir également que chacun des épisodes sera écrit et réalisé par une personne spécifique à chaque histoire. Ce sera son point de vue. C'est une expérience nouvelle et fantastique. Kevin Smith va écrire et réaliser l'un d'eux, ainsi que d'autres personnes de talent, mais c'est top secret pour le moment... Nous sommes vraiment très excité par ce projet ! La diffusion se fera en mai 2008 aux Etats-Unis.

 

 

 

Milo, quel effet cela vous fait de tenir le sort du monde entre vos mains ?

Milo Ventimiglia : C'est un sentiment très agréable. Je sais que Tim Kring (le créateur de la série, NDR) et les autres ont voulu montrer que nos actes font la différence. J'essaye donc de représenter cela aux yeux du monde entier et le Heroes World Tour est parfait pour montrer le meilleur de nous-même.

Hayden Panettiere : Je suis d'accord avec Milo. C'est super de travailler tous les jours dans ces conditions. En disant que, réunis, nous pouvons faire de grandes choses, nous véhiculons un véritable message universel. Etre un héros ce n'est pas avoir des supers pouvoirs, mais faire la différence en accomplissant ce qui nous tient à cœur.

 

Comment se passe la collaboration avec les acteurs ? Sont-ils au courant du scénario à l'avance ?

Dennis Hammer : Non. On ne parle pas avec les acteurs (rires). Plus sérieusement, ils ne sont pas au courant du script dans sa globalité. Il faut dire que le scénario de la série change assez souvent, ce qui fait que nous devons nous adapter. De ce fait, les acteurs reçoivent les textes au dernier moment. Ce n'est pas un mal puisque du coup ils peuvent se focaliser sur l'instant présent.

Adrian Pasdar : Il faut aussi savoir que les choses évoluent très vite dans cette série. Un jour Milo va découvrir quelque chose de bouleversant à propos de son personnage et il va être retourné pour la journée. C'est comme ça. En fait Milo est une diva...

 

Pour le personnage de Noah Bennet, vous ne saviez donc pas s'il était bon ou mauvais quand vous avez commencé la série ?

Jack Coleman : Effectivement, mais c'était déjà indiqué que le personnage allait s'avérer ambiguë. Il était toujours entre l'ombre et la lumière.

Dennis Hammer : Dans une série, les idées changent comme nous l'avons dit précédemment et c'est une des raisons pour lesquelles nous ne dévoilons que quelques bribes du scénario. De ce fait, les acteurs sont plus préoccupés par la vie de leur personnage et quand ils se rassemblent pour jouer tous ensemble, cela créé une alchimie propre à Heroes.

 

 

 

Comment avez-vous créé les personnages ? Quels pouvoirs aviez-vous en tête ?

Dennis Hammer : A l'origine, le créateur de la série, Tim Kring, réfléchit d'abord à un personnage et à sa vie plutôt qu'à ses pouvoirs. Ces derniers viennent naturellement après. Prenons l'exemple de Niki qui se trouve être une mère débordée. Il lui était nécessaire de pouvoir être dans deux endroits à la fois et c'est pour cela que nous avons décidé de lui donner le pouvoir de double personnalité. Pour Peter, c'est la même chose. Nous avons joué sur son empathie naturelle à vouloir aider les autres pour lui donner la capacité d'assimiler les pouvoirs.

 

Comment avez-vous réussi à imposer le personnage de Hiro à NBC ? C'est extrêmement rare dans une série américaine qu'un personnage ne parle pas anglais.

Dennis Hammer : Heroes se devait d'être une série à caractère international. C'était le but que nous avions. Le fait qu'il y ait des personnages qui parlent japonais renforce cette idée. Cela donne du sens à la série.

 

 

 

Que changeriez-vous si vous étiez détenteur d'un grand pouvoir ?

 Milo Ventimiglia : J'aimerais être plus drôle. C'est vrai !

Adrian Pasdar : Pour ma part, j'aimerais avoir enfin la réponse à la question que tout le monde nous pose : "Si vous aviez un pouvoir, quel serait-il ?" Je ne sais jamais quoi dire, si quelqu'un a une idée, n'importe laquelle, je suis preneur !

Hayden Panettiere : Ce ne serait pas quelque chose que je changerais au niveau physique, mais j'aimerais savoir parler plusieurs langues : le français et l'italien étant donné que je suis d'origine italienne.

Jack Coleman : J'aimerais être moins peureux...

 

Adrian, on vous a connu avec Profit, série qui s'est arrêtée prématurément. Peut-on espère revoir cette dernière à la télévision ?

Adrian Pasdar : Cette série était vraiment géniale mais aujourd'hui, il serait compliqué pour moi de reprendre le rôle. Je pense qu'elle restera inachevée.

Jack Coleman : Il faut savoir que moi-même j'avais auditionné pour ce rôle à l'époque mais Adrian me la piqué... Ça m'a brisé le coeur (rires) !

 
Diriez-vous qu'Heroes est un mélange entre Incassable et X-Men ?

Dennis Hammer : Heroes est très différent des films comme X-Men, Incassable ou encore Les Indestructibles. C'est une série avant tout ancrée sur les personnages et comment ils inspirent l'empathie chez le spectateur. Prenez par exemple Company Man, un épisode très complexe où il se passe beaucoup de choses. La scène la plus forte se déroule sur le pont entre Claire et son père Noah Bennet. C'est ce qui fait la force de la série.

 

 

 

Merci à Stéphane Dubois chez TF1 pour cette rencontre.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire