Dr. Quinn, femme médecin : le western féministe sous-côté des années 90, avec Jane Seymour

Déborah Lechner | 27 mai 2021 - MAJ : 29/05/2021 12:46
Déborah Lechner | 27 mai 2021 - MAJ : 29/05/2021 12:46

Retour à Colorado Springs avec Dr. Quinn, femme médecin qui a marqué la carrière de Jane Seymour, du soap-opera médical et du western TV dans les années 90. 

Écrasée par Urgences dans les années 90 et plombée par sa réputation de feuilleton niais "pour ménagères de moins de 50 ans" à la La Petite Maison dans la prairie, Dr. Quinn, femme médecin mérite pourtant plus d'égards. Avec 6 saisons au compteur, 142 épisodes diffusés dans une centaine de pays, un pilote de 90 minutes et deux téléfilms pondus par CBS pour apaiser la grogne des fans après son annulation, la série créée par Beth Sullivan fait partie des productions cultes des années 90 qui n'ont pourtant pas réussi à s'imposer aux générations suivantes.

Le fait qu'elle fasse encore le bonheur du groupe M6 en France, en squattant la même tranche horaire du début d'après-midi que la famille Ingalls pour ses rediffusions n'y est sûrement pas pour rien.

Il est donc temps de redorer le blason de Dr. Quinn (et de se repasser le générique, pour le plaisir).

 

photoFamille recomposée 

 

FEMME MÉDE-SAINTE

Si on n'y retrouve pas de jargon scientifique toutes les deux répliques, de défilés en blouses blanches ou de ballets de brancards, Dr. Quinn peut malgré tout se ranger avec les autres soap-opera médicaux, dans la lignée du Jeune Dr. KildareHôpital central, St. Elsewhere ou Casuality (transcendés par Urgences et pérennisés par Grey's Anatomy). Pour autant, la série a esquivé quelques figures imposées pour trouver sa propre dynamique et singularité.

La série respecte le traditionnel mélodrame plein de bons sentiments et la romance à l'eau de rose, mais s'éloigne des cadors du genre en prenant pour cadre la petite ville de Colorado Springs et non les habituels couloirs et blocs opératoires de grands complexes hospitaliers, où sont cloîtrés les personnages et les intrigues. À l'inverse aussi de The Knick ou A Young Doctor's Notebook & Other Stories qui auscultent la pratique de la médecine sous un angle historique sans trop en dévier.

 

photo, Jane Seymour, Joe LandoSully/Michaela > Grey/Dereck 

 

Michaela a beau ne jamais être loin de son stéthoscope, l'exercice de la médecine au XIX° siècle, s'il sert de fil conducteur et trouve une récurrence certaine, n'est donc pas obligatoirement au coeur de tous les épisodes, qui brassent un nombre considérable de thématiques sans forcément les raccrocher à un quelconque patient. La série parvient à aborder des sujets de société malheureusement intemporels comme le racisme, la condition féminine, la ségrégation, la xénophobie, la justice, l'environnement, la maltraitance infantile ou encore le puritanisme religieux (la liste est très longue), en les rattachant au sens moral et à l'altruisme de Michaela, qui est l'incarnation pure du serment d'Hippocrate, qu'elle honore en dehors de sa clinique.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
RobinDesBois
28/05/2021 à 03:35

On regardait vraiment par désoeuvrement et parce que y avait pas forcément mieux sur la même tranche horaire mais il n'y a aucune comparaison possible avec la Petite Maison dans la Prairie qui est un chef d'oeuvre à côté.

Numberz
27/05/2021 à 20:07

Jane Seymour, la plus belle. Un amour, un sourire. Ahhh somewhere in time....

Denthegun
27/05/2021 à 19:30

Lorenzo Lamas@
T'a fait ma soirée ; )
Mais la plus jolie femme de l'époque, quand même.

Lorenzo Lamas
27/05/2021 à 15:48

Allons allons, c'était la grande époque des séries TV ringardes et pourraves. L'époque où tous les acteurs rêvaient de trouver des rôles au cinéma. Les acteurs de cinéma d'ailleurs te regardaient avec condescendance en t'étiquetant "acteur de série TV" ce qui voulait dire acteur raté et minable... Les temps ont bien changé, aujourd'hui où les productions télévisuelles dépassent régulièrement en terme d'écriture les films pour neuneus qui sortent sur les grands écrans.

A cette époque on pouvait arborer fièrement ses cheveux longs en enfourchant sa moto et se prendre pour un rebelle ! Je regrette ces temps niais où il suffisait d'avoir une grosse paire de loches pour être embaucher fissa dans la team de David Hasselhoff...

Marvelleux
27/05/2021 à 15:42

D'ailleurs j'ai cru a tord pendant des années que c'était son spin-off. Sinon bonne série.

Jojo
27/05/2021 à 14:11

Cette série est l'une des plus belles héritières de la petite maison dans la prairie !

votre commentaire