Westworld Saison 2 Episode 3 : un massacre guerrier entre humains et androïdes

Alexandre Janowiak | 7 mai 2018
3
Photo Evan Rachel Wood

La nouvelle saison de Westworld a commencé sur les chapeaux de roues avec deux premiers épisodes, même s'ils ne sont pas dénués de défauts, de très belle facture. Qu'en est-il de l'épisode 3 Virtù e Fortuna ?

ATTENTION SPOILERS !

 

 

UN PARC, DEUX PARCS...

L'ambiance et l'atmosphère est différente à l'ouverture de ce nouvel épisode de Westworld. Quoi de plus normal et logique puisque nous sommes dans un nouveau parc. Ici rien à voir avec l'Ouest américain ou même le Japon féodal teasé dans les mutliples bandes-annonces, ce troisième épisode débute dans l'Inde des colonies anglaises et un thème musical modifié pour l'occasion. Il nous introduit à une nouvelle héroïne humaine, Grace (Katja Herbers), et nous transporte dans ce nouveau parc pendant quelques minutes. Mystérieuse, la jeune femme semble à la recherche de quelque chose puisqu'elle détient un carnet avec la carte du parc (appelé Raj World) jusqu'au moment où elle découvre un massacre.

Ce massacre a été perpétré par un des hôtes du parc indien, qui essaye de tuer Grace après avoir abattu l'homme qui accompagnait la jeune femme. Elle réussit à s'en sortir après avoir tué l'androîde mais elle tombe alors sur un tigre du Bengale. Dans sa fuite face au félin, elle se retrouve coincé au bord d'une falaise (qui représente la limite du parc indien) et est rattrapée par le tigre qui se jette sur elle. Ils tombent ensemble de la falaise avant que le générique de cette saison 2 coupe net la séquence.

Ce lieu, l'épisode n'y reviendra plus. En revanche, la fin d'épisode fait le lien avec le final du premier épisode de la saison. Le tigre retrouvé par les gardes en bord de mer-lac à Westworld était bien le même que celui qui a attaqué Grace à Raj World. On retrouve ainsi le félin, mort, sur cette même rive et Grace qui, elle, est bel et bien vivante. Malheureusement pour elle, il semble que les ennuis ne font que commencer puisqu'elle est accueilli par les indiens d'Amérique cette fois (oh que c'est rigolo) et ils n'ont pas l'air hyper sympa.

 

Photo Katja HerbersUn carnet intrigant... qui est vraiment Grace ? 

 

... ET MÊME TROIS PARCS

Si on se doute que l'histoire de Grace se déroule avant celles des gardes déployés dans le parc, on ne sait pas exactement à quel moment de l'intrigue elle se déroule véritablement. Une chose est sûre en revanche, les Indiens qui recueillent Grace sont les mêmes que ceux que croisent Maeve et son groupe en milieu d'épisode et auxquels ils ont réussi à échapper de justesse grâce à un ascenseur menant dans les sous-sols de Westworld.

Dans les coulisses du parc, Maeve (Thandie Newton toujours excellente) révèle qu'un des indiens est responsable d'une de ses morts dans ses lointains souvenirs avec sa fille. Puis, pendant qu'ils marchent tous, ils retrouvent Armistice (Ingrid Bolsø Berdal) avec deux techniciens du parc dont Félix. En fin d'épisode, le groupe a quitté la structure caché de Westworld et arrive dans un monde enneigé. Dans un tas de neige, Lee (Simon Quarterman) découvre une tête découpée. Quelques secondes plus tard, un samouraï sort de l'ombre et s'apprête à attaquer Maeve avant que l'image de son visage ne vienne conclure l'épisode.

Au-delà de l'introduction du parc Raj World en ouverture, la toute fin de l'épisode nous introduit donc très brièvement au Shogun World tant attendu depuis la promotion de cette saison 2. Mieux, le fait que le groupe ait rejoint le parc japonais à pied confirme la théorie selon laquelle chacun des parcs sont reliés les uns aux autres. L'annonce possible d'un regroupement plus facile pour l'armée que compte monter Dolores.

 

Photo Thandie NewtonUne nouvelle aventure commence pour le groupe de Maeve 

 

DOLORES NON, WYATT OUI

Durant cet épisode 3 extrêmement riche en intrigues, on retrouve les gardes du parc avec Bernard dans une atmopshère toujours aussi grave et une musique toujours aussi puissante. Ils s'engouffrent dans les coulisses du parc et retrouvent Charlotte Hale (Tessa Thompson) qui est donc vivante. Ils sont à la recherche de quelqu'un, ce qui nous emmène alors dans un flashback via les troubles de Bernard (Jeffrey Wright).

Ainsi, on retrouve le duo Charlotte-Bernard qui tombe avec un groupe d'hôtes dont le père de Dolores, Peter Abernathy. Il semblerait que c'est lui qui ait une importance cruciale pour le parc. Cependant, le duo a un problème et Bernard est capturé avec Peter (Louis Herthum) par l'armée montée par Dolores (Evan Rachel Wood) ou plutôt Wyatt puisque la jeune femme ne se présente plus que sous ce nom. Elle s'allie avec l'armée américaine de l'époque de la conquète de l'Ouest et attend l'arrivée des gardes du parc qui ont localisé Peter Abernathy dans le fort détenu par Dolores.

 

PhotoUne bataille sanguinaire et explosive 

 

En effet, avant l'impressionnante bataille, plutôt très bien mise en scène, entre l'armée d'androïdes et d'humains que l'épisode va nous offrir, c'est l'heure des retrouvailles pour Dolores. Celles avec Bernard dans un premier temps où la jeune femme à un avantage certains puisqu'elle lui explique qu'elle connait le monde réel contrairement à lui qui n'est pas Arnold. Puis celles de Dolores avec son père Peter qui semble être la clé de bien des maux du parc.

Cependant, les retrouvailles sont de courte durée puisque le lendemain pendant la bataille, Peter est capturé par Delos mené par Charlotte Hale. Dans la pagaille, Bernard tente de s'échapper... en vain puisqu'il est assommé par une revenante : Clémentine (Angela Sarafyan).

 

Photo Jeffrey WrightAu bah pas de bol, voilà Clémentine

 

UN MOMENT D'ÉGAREMENT

Dans cet épisode 3, Westworld développe de nombreux points alléchants notamment avec l'introduction du mystérieux personnage de Grace, du parc Raj World dans le même temps et surtout l'arrivée maintenant imminente de Shogun World dans l'intrigue principale. Elle n'en oublie pas pour autant de se consacrer pleinement aux bouleversements qui agitent Westworld avec l'armée de Dolores, les recherches de Delos et les troubles inquiétants de Bernard.

De plus, Jonathan Nolan et Lisa Joy ont écrit cet épisode pour mettre en avant la force de leurs personnages féminins. Avec l'absence de l'homme en noir dans cet épisode, chacune des timelines est menée par une héroïne déterminée, qu'il s'agisse de Charlotte Hale, Dolores, Maeve  ou encore la jeune Grace, et soutenues par des personnages féminins secondaires à l'affût : Clémentine, Angela, Armistice entre autres.

 

Cependant, malgré ses choix audacieux et si les différentes pièces du puzzle commencent à s'emboiter, on ne pourra pas nier que Westworld retombe déjà dans ses travers. Le nombre d'intrigue et de timeline présentées sont de plus en plus nombreuses et demandent une concentration permanente, le moindre égarement étant fatal à la compréhension de l'ensemble.

Si l'on peut se ravir de voir une série ne pas se contenter de la facilité, on peut regretter tout de même sa trop grande exigence et son manque de fluidité qui risquent de laisser sur le bord du chemin nombre de spectateurs.

Un nouvel épisode de la saison 2 de Westworld, chaque semaine (lundi) à partir du 23 avril sur OCS. 

 

Photo

commentaires lecteurs votre commentaire !

Le sel du jour
09/05/2018 à 12:21

"l'impressionnante bataille, plutôt très bien mise en scène,"

Justement, je trouve les séquences d'actions complètement ratées dans WW. Les incohérences sont y sont apparentes voire parfois frôlant le ridicule. Pas de réalisme poignant, pas d'irréalisme fun, c'est plat.

On pourrait presque croire que leur but est de briser la monotonie de l'histoire, ce qui donne au passage un très mauvais relent de jeux vidéo à la narration. Les surcouches et timelines font caches misères (quantité =/= qualité). Mais les scénaristes ont probablement quelques bons twists ici et là, histoire de relancer la hype avant que tout le monde remarque l’esbroufe. La série me parait extrêmement surcotée et est sauvée seulement par son budget confortable et quelques bonnes idées.

fedor85
08/05/2018 à 07:40

Sigi: Pas tout a fait d'accord, le manque de fun ne me dérange pas. Je dirais plus qu'il manque de scène spectaculaire, de bataille mémorable, de scène intense. Ce qu'a réussis Game of thrones par exemple.

Sigi
08/05/2018 à 04:53

Je crois que je viens de trouver le problème fondamental de cette série, la raison pour laquelle malgré cette mise en scène calibrée, cette écriture soignée, ces très bonnes interprétations, ce thème riche et puissant et cette photo léchée, la sauce ne prend autant qu'elle le devrait. La raison est simple, Westworld n'est jamais *fun*. Jamais mémorablement jouissif. Et, l'air de rien, ça change tout.

votre commentaire