The Walking Dead Saison 9 Episode 11 : critique du premier bon épisode depuis neuf ans

Simon Riaux | 27 février 2019 - MAJ : 28/02/2019 10:02
21
photo

Après une première moitié de saison proche du néant astral, on était sur le point d’abandonner le cadavre Walking Dead. Mais Ô surprise, il bouge encore.

ATTENTION SPOILERS !

 

photo"Vous n'auriez pas vu notre charisme ?"

 

LA PETITE ZEDERIE DANS LA NIAISERIE

Depuis cinq ou six années de nullité spectrale (neuf en réalité, mais il ne faut pas le dire) l’immense majorité des épisodes de Walking Dead est une lente torture, une sorte d’appel à l’aide lancé par une poignée de scénaristes en détresse, faisant tout leur possible pour saborder le show qui les a faits prisonniers. De cette situation tragique seront nées bien des heures de souffrance télévisuelle.

Et pourtant, parfois, un miracle naît. Quand une intrigue pratiquant à la fois le surplace (on a le sentiment que la même équipe de débiles légers interchangeables est toujours en train d’explorer le même sous-bois depuis dix ans) et le pogo brutal (des ellipses absurdes de plusieurs années enchaînées n’importe comment) entre en collision avec une direction artistique qui sent des pieds et des personnages qui embarrasseraient jusqu’aux figurants de Plus belle la vie, la grâce menace.

 

photo"Les week-ends jeux de rôles en Serbie, c'est vraiment top"

 

Et c’est ce qui advient avec les premières scènes de cet épisode 11, merveilleusement hilarantes. Nous y retrouvons les post-hippies crasseux du Royaume, occupés à tronçonner du zombie avec de grosses épées moyenâgeuses, accompagnés d’une petite musique bucolique parfaitement ridicule. Le tout est bien confit dans des dialogues gentiment pétés, où l’on cause royauté, reine, jolie kermesse et rédaction de constitution champêtre.

 

PRINCESS CRADE

Pour un peu, on se croirait au beau milieu d’un concours de flatulences organisé par les fans les plus déviants de Princesse Bride. Rarement la série aura-t-elle été aussi génialement ridicule. Le grotesque atteint un niveau de sublime inédit alors qu’Ezekiel et sa troupe de babos décident d’investir un cinéma pour pouvoir se faire une péloche de temps en temps.

 

photo"Alors, qu'on se mette d'accord, ça, c'est mon couteau.'

 

On aura compris combien le concept de placer les personnages au sein d’un cinéma est riche de sens et de métaphores. Protagonistes perdus en quête de la lumière (littéralement), egos en manque cruel de divertissement, ou retour dans un temple de l’abrutissement, logiquement rempli de morts-vivants. Mais Walking Dead ne joue pas de ce pain-là ma bonne dame !

Ici, on fait tomber des ampoules, on affronte du zomblard n’importe comment, on fait mumuse avec des cadres et ON DISCUTE DE LA KERMESSE MA GUEULE. Mention spéciale au cosplay cheapos de Carole, qui se prend clairement pour la fusion de Legolas et Geralt de Riv.

Signe manifeste de la putrescence avancée du patient, nous avons même droit à un petit montage alterné nous présentant la situation de plusieurs personnages, accompagné d’une balade pop qui ne dépareillerait pas dans un final de Grey's Anatomy.

 

photo"Vite ma Dame, garons le cheval et trouvons une taverne"

 

LET’S TWIST AGAIN !

Et là où le show dévoile sa merveilleuse démence, c’est que pour mieux nous paumer, il est prêt à verser dans la schizophrénie totale. Car si on doit d’un côté se fader les aventures des doux abrutis du Royaume, du côté de la Colline, on a droit à une des phases de Walking Dead les plus réussies depuis des années. Comme ça, parce que balek, Z ultime et tension post-apocalyptique dans le même épisode.

 

photoMême Negan risque de faire de l'huile

 

Alpha (Samantha Morton) est peut-être le premier méchant plus réussi à l’écran que sur papier. Forte du charisme irrésistible de son interprète, mais surtout de sa capacité à tordre jusqu’au sens de la phrase la plus simple via une diction extrêmement inquiétante, elle bouffe littéralement l’écran.

Alors que Samantha Morton irradie, elle offre à Norman Reedus l’occasion de faire enfin de même. Pour la première fois depuis des années, la personnalité de l’anti-héros est mise en avant, ses principes questionnés.

 

photoNorman Reedus, apercevant un bon scénario dans le lointain

 

Et alors attention mes enfants, aussi incroyable que cela paraisse… même la mise en scène est correcte ! On a notamment droit à une scène muette super tendue, à deux trois plans dégageant une tension, un suspense, de fort bonne tenue (et tout ça avec trois morts-vivants et un bébé). C’est bien simple, pour un peu, on croirait presque au geste un peu fou de Daryl qui clôt l’épisode, alors qu’il décide d’aller sauver Lydia de sa mère.

Pour la première fois, on attend presque l’épisode de la semaine prochaine.

The Walking Dead est diffusée chaque lundi soir sur OCS Choc.

 

photoLa confrontation risque d'être impitoyable

commentaires lecteurs votre commentaire !

Simon Riaux - Rédaction
26/03/2019 à 11:00

@Idir

L'idée c'est essentiellement de vous faire passer un mauvais moment suffisamment désagréable pour que vous nous laissiez un commentaire bien senti, et donc un clic de plus.

Idir
26/03/2019 à 10:57

C'est quoi le but de vos résumes/critiques ? c'est complètement illisible si on veut un résumé et pas drôle si on veut de l'humour. Horrible ce que vous faite.

charlieeeee
05/03/2019 à 13:47

tout ceux* sorry

charlieeee
05/03/2019 à 13:47

Tout ce qui défendent la serie contre le méchant Simon Riaux qui démonte (non sans humour) le dernier épisode de TWD chaque semaines : on en serait pas la si la série n'avait pas essayé de pousser son intrigue sur 20 saisons.. Si à la place de la quantité on nous avait donné de la qualité! a prendre les spectateurs pour des idiots on en perd forcement en route ( d'ou les recors négatifs d'audience) et forcement on agace.

Andarioch
03/03/2019 à 00:15

Perso, les babouzes du royaume m'ont offert une des meilleures scènes depuis des lustres, avec musique funk et rythme avec la tête sur fond de zombies. TWD se plombe régulièrement avec son ambiance trop pesante. Pas d'humour, pas de respiration. Si ça se justifie dans l'ensemble au début, au bout d'un certain temps survivre c'est aussi rire et passer du bon temps. Cet épisode nous le rappelle enfin.

Romain
28/02/2019 à 17:54

Excellent, comme l'auteur, je jette l'éponge et préfère en rire.
Bien entendu, le bébé est venu au monde dans le silence absolu...

Ronnie
28/02/2019 à 10:50

J'aurais bien aimé que la gamine crève ! et henry quelle petit merdeux qui se croit au dessus de tout !

Toto
27/02/2019 à 23:18

Vous avez mal vu l'épisode. Il ne se clôt pas par Daryl qui s'en va sauver Lydia mais bien par Dary qui s'en va sauver Henri...

Bukkake
27/02/2019 à 21:42

Continuez vous êtes dans le juste mais surtout vous êtes très drôles

Comme les gens qui comparent des critiques de TWD au FN ça aussi c’est drôle

Slasher
27/02/2019 à 20:55

Quel article de merde

Plus

votre commentaire