American Horror Story saison 6 épisode 2 : la maison des baîllements

Geoffrey Crété | 22 septembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
0
Affiche

Après cinq saisons tour à tour jouissives et insipides, American Horror Story entreprend de (re)conquérir le public avec sa sixième saison.

Le premier épisode de la saison 6 était clair : American Horror Story rétropédale pour revenir à une dynamique plus sobre, plus serrée, proche de la première saison, avec un décor de maison hantée et trois protagonistes. Gangrénée par la surenchère et les paillettes, la série de Ryan Murphy et Bryan Falchuck avait peu à peu dilué son identité, et avait besoin de ce retour aux sources.

Mais la sixième saison, intitulée My Roanoke Nightmare, qui ne sera composée que de 10 épisodes (la plus courte de la série), montre les premiers symptômes d'un autre mal : la banalité, le manque d'imagination, et l'impression que rien n'est raconté.

 

American Horror Story - saison 6 affiche

 

LIKE CRAZY 

L'épisode reprend avec la fausse Shelby, interprétée par Sarah Paulson (enfin couronnée par un Emmy), face aux fous des bois. Tombée en pleine horreur, elle observe Kathy Bates à la tête d'un groupe, qui coiffe un homme d'une tête de cochon avant de le faire rôtir. La police ne retrouvera aucune trace de ce meurtre.

Ficelle classique : le couple, et notamment Shelby, passe pour une folle, et s'isole des autorités convaincues qu'ils ont quelques problèmes psychologiques. Shelby et Matt essaient de revendre la maison hantée, mais réalisent que c'est financièrement impossible, comme les Harmon dans la saison 1, Murder House.

En parlant de Murder House : une vidéo trouvée dans un bunker au milieu du jardin, avec Denis O'Hare, leur explique la "vérité" sur la maison. Deux soeurs infirmières psychopathes auraient ainsi ouvert un centre pour accueillir et tuer des personnes âgées, peignant les premières lettres des prénoms des victimes sur les murs en éclatant de rire. Elles ont finalement disparues en ne laissant derrière elles qu'un mot : "MURDE" (sans le -R). Comme Murder House, donc.

 

Photo

 

Lee, la soeur de Matt ex-alcoolique interprétée par Angela Bassett dans la reconstitution, amène sa petite fille, dont elle partage la garde avec son ex-mari. Nouveau cliché : l'enfant commence à communiquer avec un fantôme invisible aux adultes, et s'enferme dans un placard où elle apprend qu'ils seront tous tués. La môme finira par disparaître dans les bois, en plein jour. Lee retrouve uniquement son blouson, accroché au sommet d'un arbre.

 

Affiche

 

REDRUM

Certes, la saison 6 d'American Horror Story évacue les galeries de personnages fantasques pour reserrer l'intrigue et installer un mystère plus clair, qui sera vraisemblablement moins décevant que ceux de la saison passée - incapable d'assumer et boucler toutes les intrigues accumulées.

Mais après deux épisodes sur les dix annoncés, My Roanoke Nightmare reste encore désespérément convenu. Des sursauts faciles au passage en found footage, des apparitions derrière la fenêtre aux quelques plans gores, la sixième saison peine à éveiller les esprits et démontrer une quelconque imagination. Entre sorcellerie, vaudou, meurtres et fantômes, le folklore s'éparpille, sans jamais offrir d'image ou idée marquante, susceptible de nourrir quelques cauchemars.

 

Affiche

 

La distance imposée par la reconstitution, qui reste pour le moment un gimmick gratuit (espoir pour une future surprise de ce côté), prive de l'empathie qui permettrait de plonger dans l'intrigue aux côtés des personnages. Réduit à des copies "dramatiques", Shelby, Matt et Lee ne sont que des pantins qu'on observe de loin, avec la même froideur que les narrateurs, seuls devant un fond neutre.

Bien sûr, l'intrigue devrait s'accélérer dans les prochains épisodes, et la saison commence à peine. Mais parce qu'il n'y a que dix épisodes, l'amateur de sensations fortes pourra décemment s'ennuyer et s'interroger sur l'incapacité des scénaristes à l'embarquer pleinement et joyeusement dans un train fantôme aussi réjouissant que le principe d'American Horror Story sur le papier.

 

Affiche

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Aucun commentaire.
votre commentaire