Game of Thrones - Saison 7 épisode 7 : un dernier verre avant la guerre

Jacques-Henry Poucave | 28 août 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
286
Photo

La saison 7 de Game of Thrones fut celle de tous les superlatifs. Grandiose, épique, techniquement éblouissante et assumant enfin de mener son intrigue à un rythme soutenu, la série a retrouvé la gloire de ses deux premières saisons, substituant à la fable politique un sens du spectacle que beaucoup lui envient.

Est-elle pour autant parvenue à nous offrir un season finale à la hauteur des attentes générées par ces dernières brillantes semaines ?

ATTENTION SPOILERS !

 

Photo

"Tu crois que j'ai bien fait de niquer les négos qu'on a passé la moitié de la saison à rendre possible ?" 

 

PAGAILLE A PORT-REAL

Vers Gris et ses troupes, rejoints par les Dothrakis font face aux soldats Lannister, dirigés par Jaime et Bronn. Tout le monde se rejoint à l’occasion de la tentative de négociations orchestrée par Daenerys et Jon Snow, pour un grand goûter de l’amitié meurtrière. Il s’agit d’une idée passablement crétine, tout ce petit monde rêvant ouvertement de massacrer son interlocuteur, mais qui a l’immense mérite de nous ménager un season finale pour le moins imprévisible.

Après quelques minutes de palabres et de rodomontades verbales, à peu près tous les personnages centraux et politiquement capables sont donc réunis au même endroit, ce qui constitue à bien des égards une première dans la série (si on fait exception d’Arya et Sansa, en classe de neige survivaliste à Winterfell).

Chaque camp se provoque un peu et rappelle combien il est capable à zigouiller ses adversaires. Chacun se calme après la démo putrescente de ce bon Clegane, qui montre à Cerseï que non seulement les morts courent vite, mais qu’ils sont un peu agaçants à démembrer. L’effet ne se fait pas attendre : Euron découvre les bienfaits de la lâcheté et décide de rentrer dans ses îles de Fer, tandis que Cerseï accepte l’idée d’une trêve.

 

Photo

"Si on rejoint ton frangin, au moins la cantine sera nickel." 

 

Mais elle ne consent à celle-ci que si le fringant Jon accepte de ne pas prendre parti dans la guerre pour le Trône qui succédera au combat contre les morts-vivants. Histoire de bien nous rappeler qu’il est aussi fin stratège qu’un panda sous ecstasy, il refuse l’accord proposé, provoquant la fin des négociations et la colère de Daenerys, qui, bien qu’elle ait toujours fait absolument n’importe quoi à Meereen, se rend compte que là, quand même, Jojo a craqué sa cotte de maille.

Comme d’habitude, tout le monde s’appuie sur le plus malin, à savoir Tyrion, qui dans un geste impulsif, courageux, et plutôt bien vu, prend sur lui d’aller au-devant de sa sœur. Après quelques conciliabules éclairants sur la psychologie de chacun et les rancunes tenaces qui se sont accumulées, Tyrion réalise que Cerseï est enceinte. Nul doute qu’il pourrait tirer un avantage décisif de cette information qui éclaire soudain l’attitude potentiellement collaborative de la Reine et son inattendue propension à l’espoir.

Du côté de Daenerys et Jon, on flirtouille en causant stratégie, et après tout pourquoi pas. Mais les deux plus mauvais tacticiens de l’histoire de la télé n’auront pas besoin de travailler plus loin à un nouvel échec, puisque Tyrion revient avec sa Reine de Sœur qui annonce qu’elle accepte de joindre ses forces à celles de ses ennemis pour défaire le Nord, au nom de l’alliance, du bien commun, et de l’hygiène dentaire.

 

Photo Lena Headey

Cerseï scelle sa destinée

 

COUPE-GORGE HIVERNAL

À Winterfell, Lord Baelish ne chôme pas et est déjà en train de conseiller à Sansa de destituer Jon Snow au prétexte qu’il prêté allégeance avec son genou (ces gens ont de ces coutumes quand même), tout en sous-entendant qu’il serait peut-être malin de transformer Arya en pâté de sanglier avant la Noël.

Du côté de Dragon Stone, Theon et Jon Snow se reparlent pour la première fois depuis longtemps. L’occasion d’un joli dialogue entre deux hommes dont le rapport à l’identité et à la famille Stark n’est pas sans points communs. Et enfin, nous assistons à la fin de lutte intérieure de Theon avec sa propre lâcheté, alors qu’enfin, il demande à Snow la permission de se rendre aux Îles de Fer délivrer la sœur que lui a ravi Euron.

Bon, comme ses hommes ne l’entendent pas exactement de cette oreille, il a droit à une bonne déculottée ensablée quand il exige d’eux de le suivre sur les traces de Yara, jusqu’à ce qu’il retapisse la plage de  la matière cérébrale du plus costaud.

 

Photo

Si Arya vous lance ce regard, vérifiez que vous n'avez pas déjà perdu deux bons litres de sang

 

Pendant ce temps, Sansa fait convoquer sa sœur, bien protégée par une vingtaine de soldats. Quand tout le monde attend de voir Arya répondre d’une terrible accusation, Sansa nous rappelle que l’hiver est loin d’avoir gelé son cerveau, puisqu’elle accuse Baelish de meurtre et de trahison. Un coup bien malin que Little Fingers n’avait pas vu venir.

De la mort de Ned Stark jusqu’aux derniers complots de celui qui fut le plus intelligent salopard de Westeros, Baelish voit sa carrière de tourmenteur exposée, et se voit réduire à supplier entre deux sanglots épais, avant qu’Arya ne l’égorge sans ménagement, mais avec un certain professionnalisme, il faut bien l’avouer.

 

 

Ça, c’est fait.

 

LES LANNISTER AU PIED DU MUR

Chez les Lannister, Cerseï nous rappelle qu’elle toujours le Dark Vador blond de Game of Thrones et explique à Jaime qu’elle n’avait nulle intention de soutenir la guerre contre les White Walkers. Elle préfère  user du soutien de sa banque préférée, afin de pouvoir user de ses soldats et de ses éléphants. Sauf que Jaime ne l’entend aucunement de cette oreille. Il s’oppose frontalement à Cersei et annonce son départ pour le Nord.

Le temps d’une confrontation inévitable, mais néanmoins déchirante, les deux amants impossibles sont sur le point de faire couler le sang, Mais Cersei renonce à ordonner à La Montagne d’exécuter son amant de frangin.

 

Photo

Un divorce qui ne se règlera pas à coups d'avocats

 

Mais l’affront est réel. La Reine a comploté avec Euron pour faire croire à son retrait, laissé Jaime dans l’ombre lui confirmant qu’elle ne lui fait plus confiance, et le considère désormais comme une planche pourrie. Un choix qui scelle l’issue fatale de cet amour maudit.

Mais la révélation qui s’annonce est plus importante : Bran s’apprête à révéler à son frère qu’il n’est pas un Snow mais bien un fils Targaryen, information complétée par les connaissances de Sam, qui révèle que Rhaegar n’a pas kidnappé et violé la tante de Bran, mais l’a épousée en secret. Ce qui fait de Jon Snow tout autre chose qu’un bâtard. C’est-à-dire un héritier répondant nom d’Aegon Targaryen. Un homme présentement occupé à pécho sauvagement Daenerys. Voilà qui promet de sacrées cousinades entre héritiers du Trône de Fer.

 

Photo

Theon vers la rédemption ?

 

Pour le moment, Arya et Sansa sont loin de ces préoccupations et font un peu maladroitement la paix, tandis que Bran se paie une petite mondovision du Mur, grâce à ses superpouvoirs. Il y voit Tormund, à l’extrémité Est du Mur, là où justement, les zomblards semblent converger pour déferler sur le Nord. Ce sont des centaines de milliers de cadavres qui s’amoncèlent devant nos amis.

Mais ce qui va leur faire rendre leur petit-déjeuner, c’est la vision du Night King chevauchant un dragon zomblard. La gigantesque bestiole d’attaque directement au Mur, que ses flammes semblent pulvériser sans mal.

 

Photo

 Ouh la vilaine bête

 

JOUER LA MONTRE

Au final, ce dernier épisode de la saison 7 est une cruelle déception, d’autant plus cinglante que la série était revenue à un niveau d’exigence qu’on ne lui avait plus connu depuis ses deux premières fantastiques saisons. En accélérant le pas et en sacrifiant un peu de crédibilité spatiale – qui soyons honnête, n’avait jamais été le point fort du show – le récit avait retrouvé un rythme, une intensité et une capacité au grand spectacle souvent sidérante. Des qualités qui s’évaporent grandement au cours des 76 minutes qui viennent conclure ce segment.

On comprend mal pourquoi Game of Thrones aura eu besoin de passer autant de temps sur un chapitre qui sous ses airs de faux twists et retournements, ne fait que jouer la montre et nous proposer un statu quo avant la bataille générale de l’ultime saison à venir.

 

Photo

 

Malgré quelques allers-retours stratégiques, la fausse défection d’Euron, son mensonge pacifiste, Cerseï reste tout à fait égale à elle-même et demeure en conclusion d’épisode la méchante qu’elle était une heure plus tôt. Jaime la quitte, certes, mais cette partition était attendue de longue date, et sa conclusion, qui verra l’annihilation des Lannister par eux-mêmes laisse peu de place au mystère. La mort de Baelish était certes un passage attendu, plutôt satisfaisant, mais il arrive soit trop tôt, soit trop tard. Non seulement les scénaristes ont caricaturé le personnage et l’ont trop laissé dans l’ombre pour que son sort choque ou surprenne véritablement, mais l’opposition entre Sansa et Arya pouvait encore être utilisée de fort belle manière. En l’état, cette mort donne l’impression que la série nous donne un os à ronger bien maigre en comparaison de la force retrouvée qui fut la sienne ces dernières semaines.

 

Photo

Une des plus belles scènes de la saison

 

Plus regrettable, cet épisode qui s’efforce donc de ramener les forces en présence à ce qu’elles étaient il y a plusieurs chapitres de cela donnent à penser que les deux derniers épisodes, pour spectaculaires et épiques qu’ils furent, n’auront servi qu’à gagner du temps, afin de préparer une bataille qui ne devrait plus différer de ce que tout un chacun pouvait attendre il y a désormais plusieurs saisons.

Il reste bien sûr quelques raisons d’apprécier la chose, notamment grâce à une conclusion techniquement superbe, qui nous permet une nouvelle fois de goûter du dragon, décidément le joker du show. La destruction du Mur est visuellement et dramatiquement à la hauteur des attentes, tout en ayant le mérite d’obliger désormais nos belligérants à agir rapidement.

 

Photo

"Tormund, ne vois-tu rien de super craingos et puissant venir ?"

 

Globalement, les dialogues et la mise en scène de Game of Thrones sont bien revenus à leur meilleur niveau, et l’intrigue piétine, elle n’en demeure pas moins présentée avec style, ce qui est loin d’être anodin. Enfin, il y a bien un motif d’espérance pour ce qui est de l’ultime saison en approche. Peut-être les scénaristes vont-ils emmener le couple Jon Snow/Daenerys, qui viennent d’assuemr enfin leur attirance mutuelle, sur le chemin d’une opposition dangereuse.

La Mère des Dragons reconnaîtra-t-elle la primeur de Jon dans l’accession au Trône de Fer ? Ce dernier croira-t-il Bran et voudra-t-il le pouvoir ? Et quand bien même il le refuserait par fidélité envers Daenerys, cette dernière lui fera-t-elle confiance ? Il y a là un terreau d’intrigues puissantes, et capables de bouleverser une série dont le programme semble désormais établi et inamovible. Game of Thrones a incontestablement retrouvé des couleurs durant sa saison 7, malgré un épilogue bien trop lâche à notre goût. Espérons que cet élan retrouvé lui permette de nous offrir une saison 8 à la hauteur des formidables espoirs placés en elle.

 

Photo

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
zetagundam
30/08/2017 à 11:26

j'ai oublié le mot mauvais

zetagundam
30/08/2017 à 11:26

Une saison de transition, donc pour pas grand chose sans parler que la relation entre Snow et Daenerys, qui sont au passage incarnés par les 2 plus acteurs de la série, est sans surprise tant elle était annoncée à la fin de la 6ème saison.

Le seul moment qui m'a surpris, quoique avec le recul c'était logique, est le sort de Baelish.

La seule façon de terminer la 8ème et ultime saison risque soit d'être en mode bourrinage soit bourrée d'ellipses foireuses

Prometheus56
29/08/2017 à 21:42

Techniquement la série est à son apogée. Mais niveau intrigue je n'ai pas vibré autant que l'année dernière loin de là. Cette saison tout était prévisible dans les grandes largeurs. Aucun épisode n'a vraiment été une claque comme les autres années. Il y z bien quelques belles scènes comme lors de la première bataille impliquant Bronn Jamie et Daenerys. Mais pour le reste... Rien du même calibre. On sent beaucoup trop l'accélération des scénaristes pour clôturer toutes les histoires en cours. Le dernier plan de la saison est à cette image : les marcheurs blancs arrivent, et avec eux, l'hiver sombre et glacial. Mais ça nous le savons depuis 7 ans déjà !

Loran1977
29/08/2017 à 12:01

Que dire de cette saison....
Oui, c'est plus rapide, oui, c'est plus épique, mais ou sont les rebondissements.

GOT a maintenant tout du film hollywoodien, et à malheureusement perdu un des trucs qui faisaient pour moi le charme de cette série: Les surprises.
Je me rappelle encore de la morte de Ned , à la fin de la première saison, ou je me disait "ils vont pas oser!", je me souviens du quart d'heure qu'il m'a fallu à la fin des noces pourpres pour me remettre du choc.
Rien dans cette saison ne m'a surpris.
C'est beau, c'est grandiose (pour une série), mais c'est pus le GOT qui arrivé à me surprendre.

Même la scène entre Jon et Daenerys est sans ampleur. Pas une pointe de tétons, on se croirait sur Facebook..

Bref le grand spectacle qu'est devenu GOT à sacrifier son imprévisibilité et ces scènes sulfureuses.

Je mâterai donc la dernière saison, mais sans plus d'enthousiasme que ça.

ultron75
29/08/2017 à 11:41

Pour la magie du mur, le sort de protection ne disparaît pas dans l'épisode au cours duquel Hodor meurt, quand les walkers pénètrent dans la grotte parce que Bran a été trop loin dans ses visions, quelque chose comme ça ? J'avoue que ce n'est plus clair dans mes souvenirs...

Yesos
29/08/2017 à 11:30

@Alxs Sauf que Uncle Benjin dit qu'il ne peut pas passer le mur à cause de la magie dans la saison 6, finalement après leur virée ils arrivent à faire passer un mort-vivant capturé sans le moindre problème, et le dragon qui crache du feu (? alors que le feu est censé détruire les morts) fait fondre le mur en 30 secondes, et plus aucune magie... Quand on voit que le roi de la nuit tue des dragons d'un coup de javelot sans aucun mal, là aussi en 30 secondes, je vois pas comment la saison 8 peut garder de la cohérence avec les 2 derniers épisodes

Alxs
29/08/2017 à 10:51

Final décevant, par rapport au précédent épisode bien mieux ficelé.

@Rea
Dans la série les dragons sont magiques donc ils peuvent détruire un mur protégé par la magie.
Dans les bouquins, les whites walkers cherchent à mettre la main sur le cor de Joramun, qui servirait à péter le mur. Il me semble que Euron est en sa possession dans le dernier tome. Je pense que les scénariste ont simplifié la question, comme beaucoup de choses en fait dans la série. Parfois en bien - les arcs narratifs insupportables de toute la clique des Iron Islands, parfois en mal - les personnages bien moins caricaturaux.

Joju
29/08/2017 à 08:12

Préféré l'épisode précédent bourré d’erreur scénaristique et de montage, à celui-ci qui revient un peu sur ce qu'il manquait cette saison, du développement de personnage et d'intrigue. WOW quoi.

REA
28/08/2017 à 20:33

Mouais mouais... En effet, bien que prévisible, ça restait néanmoins plaisant à regarder.

Baelish a enfin eu ce qu'il méritait. J'ai tout de même un goût amer, et aurait aimé une mort plus sale / violente pour ce crotale / marionnettiste.

Cersei au top de la puterie. La méchante que j'aime détester sans en arriver à l'aversion de l'actrice, et du personnage. L'actrice est talentueuse, et les auteurs du show savent préserver cet atout.

A part l'info sur le véritable nom de Jon, ils ont juste confirmé ce qu'ils avaient laissé entendre en substance. Enfant légitime. Sexe avec Daenerys.

Jaime Lannister est un personnage avec une trajectoire très bien menée.

Les Marcheurs et le mur... C'est peut-être dans les livres, et pas dans la série, mais le mur n'était pas recouvert d'une magie ? Sans le dragon, ils auraient fait comment ? Parce qu'ils aiment bien marcher, manifester comme nos délégations syndicales, mais face au mur ils seraient restés statique en attendant quoi ? Qu'il fonde.
Là aussi ça fait plouf. 7 saisons qu'ils marchent. Effet de surprise zéro, mais une forme de lassitude.

Cette saison aura été celle des dragons. Depuis le temps qu'on voulait les voir, et en action, on a été servi (oui "on", mon entourage, les commentaires sur le net...)
La saison 8 nous promettra un bel affrontement entre eux.

Roukesh
28/08/2017 à 17:17

@Krys, GOT n'est pas une série tout public. Elle est destinée à un public assez mature, et se passe dans une univers fantaisiste, pas notre monde, et inspiré de l'époque médiévale. Vous n'êtes pas sans savoir que l'inceste aux plus hauts niveaux de l'état était monnaie courante? L'apprendre vous a-t-il donner des envies?

Plus
votre commentaire