Battlefield 2042 – Test : une guerre du futur en quête d'identité

Antoine Desrues | 23 novembre 2021 - MAJ : 23/11/2021 11:19
Antoine Desrues | 23 novembre 2021 - MAJ : 23/11/2021 11:19

Longtemps attendu, Battlefield 2042 a assumé dès ses premières présentations de vouloir allier le prestige de la franchise avec une approche plus moderne du jeu vidéo, reposant sur son suivi. Exit donc le solo pour un titre purement multijoueur, avec trois modes divers qui devraient évoluer avec le temps (All-Out Warfare, Hazard Zone et Portal). Mais la saga a-t-elle les épaules assez solides pour une telle transition ?

Bataille pas très rangée

Dans sa première bande-annonce, Battlefield 2042 s'est amusé à rendre hommage au RendeZook, l'une des techniques les plus spectaculaires inventées par les joueurs de Battlefield 3. Le principe ? Piloter à la verticale un avion de chasse avant d'en sortir, et d'utiliser son lance-roquettes sur un engin ennemi. Alors que le jet commence lentement à redescendre, il est possible pour l'avatar d'entrer à nouveau dans le cockpit, et de continuer son vol comme si de rien n'était.

La présence de cette séquence n'a rien d'anodin. Avec ses champs de bataille gigantesques, sa physique de plus en plus réaliste et ses escouades nombreuses, la franchise d'Electronic Arts s'est souvent présentée comme une immense boîte de Lego, où les joueurs ont la possibilité d'expérimenter des techniques et des stratégies qui peuvent rendre chaque partie unique.

 

photoEA en sortant le jeu

 

Néanmoins, le FPS a beaucoup changé depuis l’avènement du battle royale et de phénomènes comme Overwatch. Ainsi, au-delà d'offrir un contexte militaire légèrement futuriste, Battlefield 2042 essaie d'amener la franchise dans l'avenir en conjuguant tradition et modernité, quitte à se chercher.

De ce point de vue, le changement le plus significatif est à trouver du côté des Spécialistes, des soldats aux capacités définies, qui remplacent les classes plus traditionnelles des précédents opus. Bouclier pare-balles, wingsuit, grappin, drone de reconnaissance ou encore pistolet de soins, il y en a pour tous les goûts, d'autant que ces personnages ne sont pas limités dans le choix d'armes à équiper.

Cependant, cette liberté se retourne rapidement contre le jeu, en particulier dans son mode principal, All-Out Warfare, qui réunit désormais jusqu'à 128 joueurs dans des conquêtes et des percées. Si ce nombre conséquent d'avatars à l'écran se révèle déjà chaotique, cette multiplication de personnages rend les parties assez confuses.

 

photoÇa claque toujours autant

 

Là où les précédents Battlefield donnaient l'impression qu'une collaboration de classes pouvait mener à de grisants élans stratégiques et collectifs, 2042 promulgue un gameplay plus solitaire. Non seulement l'équilibre entre les Spécialistes peut se montrer discutable selon le terrain, mais certaines associations de personnages et d'équipements se voient bien plus privilégiées que d'autres. Difficile, par exemple, de ne pas prendre avec soi un lance-roquettes ou du C5 lorsque les véhicules se révèlent plus dangereux que jamais.

En fait, on peut voir dans l'aspect brouillon d'All-Out Warfare l'aveu d'échec du studio DICE, étant donné que les Spécialistes ont clairement été pensés pour le deuxième mode de Battlefield 2042 : Hazard Zone. À mi-chemin entre Rainbow Six : Siege et Apex : Legends, cette proposition plus resserrée envoie un nombre réduit d'escouades sur le champ de bataille, afin de récupérer des disques de données avant une extraction par voie aérienne.

L'aspect battle royale de la chose peut vite se montrer frustrant, mais il a le mérite d'apporter un certain vent de fraîcheur. La jouabilité des Spécialistes y trouve l'occasion d'éclore, et de souligner une nouvelle fois la précision du level-design toujours aussi inspiré de ses développeurs (mentions spéciales pour les cartes Sablier et Manifeste).

 

photoLe mode Hazard Zone... le nerf de la guerre ?

 

"C'était pas ma guerre !"

Au fil des heures de jeu, il semble évident que Battlefield 2042 souffre d'un certain déséquilibre. À vrai dire, l'épisode est peut-être à sa saga ce que Back 4 Blood est à Left 4 Dead : un titre tellement soucieux de voir grand et démesuré qu'il délaisse son épure originelle. Derrière les décors destructibles, les optimisations d'équipements et autres secrets de pro, Battlefield a toujours su se reposer sur la simplicité de son approche, portée par ses classes faciles d'accès, mais ô combien riches pour ceux qui décident de s'y perfectionner.

Dès lors, en privilégiant un game design beaucoup plus éclaté, 2042 oublie que la simple brique de Lego offre plus d'opportunités qu'un set de petites pièces aux formes plus spécifiques. C'est pour cette liberté, et cette conscience de l'expérimentation que les joueurs sont toujours revenus vers la franchise. À l'inverse, on sent ici l'envie de DICE de manufacturer, en vain, des moments aussi magiques que le RendeZook, comme pour affirmer que la licence n'a pas perdu son identité.

 

photoLes effets météorologiques sont amusants... mais sans plus

 

Paradoxalement, Battlefield 2042 n'en paraît que plus incomplet, tant il va nécessiter que les joueurs acharnés trouvent des manières amusantes de bouleverser l'expérience. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le troisième mode de jeu, le tant fantasmé Portal, est en réalité un outil communautaire permettant à tout un chacun de créer des parties avec ses propres règles. En reprenant des cartes et des éléments de Battlefield 1942, de Bad Company 2 et de Battlefield 3, EA n'hésite pas à regarder dans le rétroviseur, en espérant que cette synthèse de la franchise fasse tenir le jeu sur le long terme.

Et force est de constater que cette manipulation nostalgique fonctionne du feu de Dieu. Non seulement l'outil de personnalisation est ultra-intuitif, mais il est simplement plaisant de voir des maps aussi cultes que Frontière Caspienne ou Port d'Arica recevoir un petit lifting sur le moteur Frostbite. À l'heure où nous écrivons ces lignes, les serveurs sont surtout remplis de classiques Matchs à mort en équipes, mais l'arrivée de quelques modes zombies laisse présager que les plus malins sauront créer des propositions joyeusement déjantées.

 

photoLes promesses du mode Portal

 

Dans les faits, Portal reflète surtout la difficulté de juger un jeu comme Battlefield 2042. DICE cherche clairement à construire un blockbuster capable de rivaliser avec Call of Duty : Warzone et d'autres cartons en perpétuel renouvellement. C'est pourquoi cet épisode est encore une forme d'embryon, pour le meilleur comme pour le pire. D'un côté, on ne peut que se réjouir lorsque ses idées prennent corps, ou qu'elles annoncent des améliorations prometteuses. De l'autre, impossible de ne pas tiquer face à ses problèmes d'optimisation, ou ses bugs encore trop nombreux.

Ainsi, la question est plutôt de savoir si Battlefield 2042 mérite d'être jeté aux oubliettes, comme sont déjà en train de le faire de nombreux joueurs mécontents. Certes, Electronic Arts a encore osé sortir un AAA mal fini, mais il est indéniable que la crise identitaire de la saga n'est pas sans charme.

Au-delà de la beauté toujours aussi impressionnante du moteur Frostbite, qui rend ici pleinement justice aux cartes du jeu et à ses différents effets météorologiques, il y a des moments où l'ensemble se laisse apprivoiser. D'une infiltration derrière les lignes ennemies à la prise d'un gratte-ciel, Battlefield 2042 peut offrir de jolis moments de storytelling émergent, nous renvoyant aux sensations jouissives de ses meilleurs opus. Reste maintenant à voir si son ampleur vertigineuse saura être transcendée par certains joueurs... ou par les meilleurs assembleurs de Lego.

Battlefield 2042 est disponible depuis le 19 novembre 2021 sur PC, PS5, PS4, Xbox Sries X/S et Xbox One. Ce test a été réalisé sur la version PC du jeu.

 

photo

Résumé

Boursouflé et déséquilibré, Battlefield 2042 souffre pour le moment d'un game design dont la démesure oublie l'épure de ses prédécesseurs. Pourtant, les ingrédients sont bien là, et pourraient avec un temps de correction nous offrir un AAA réellement jouissif... surtout grâce au mode Portal.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.5)

Votre note ?

commentaires
jango567000
23/11/2021 à 22:25

Je suis très déçu de ce Battlefield 2042 !! techniquement c est pas au top, plein de bug qui seront corrigé tres certainement par la suite.
J'ai pris très peu de plaisir sur les nouvelles map.
Par contre le seul point fort, c'est portal de rejouer sur les anciennes map de BF1942 relooké, ça c est top !

votre commentaire