Brink : Une bonne surprise

Raphaël Carlier | 16 juin 2011
Raphaël Carlier | 16 juin 2011

Brink. Qu'est ce que c'est ? Le nouveau FPS de Splash Damage (Enemy Territory) dédié entièrement au multijoueur. Et en dépit de quelques mauvais échos en provenance des premiers tests parus sur la toile, ce sympathique jeu mérite amplement l'attention des amoureux de jeux online.

 

 

L'Arche

 

Après une formidable séquence d'introduction le décor est planté. Dans ce futur d'anticipation vous êtes coincé sur l'Arche. Une île artificielle coupée du monde depuis la montée des eaux où s'affrontent les forces de sécurité et les rebelles qui tentent de s'en échapper pour reprendre contact avec le monde extérieur. Il n'y a pas de bons ou de gentils, seulement deux camps à choisir pour débuter l'aventure et personnaliser son (ses) personnage(s). Quelques cinématiques entrecoupent les différentes missions de la campagne, qui reprend les cartes du multijoueurs mais avec des bots (personnages contrôlés par l'IA). Ni plus ni moins qu'un tutoriel pour se familiariser avec la prise en main et débloquer certaines armes.

 

 

Customisation très poussée

 

La personnalisation est scindée en deux parties. Tout d'abord, les choix qui changent le gameplay : la morphologie de votre avatar influe sur son agilité et les types d'armes qu'il peut transporter. En outre il est possible de répartir différents points au fur et mesure de votre progression (sur 20 niveaux) pour débloquer des capacités générales ou en rapport avec une classe précise, puisqu'il est possible de jouer un soldat, un médecin, un ingénieur ou un agent porté sur l'infiltration. Reste la personnalisation de l'apparence dont les choix d'ordre purement visuel n'ont aucune incidence sur l'expérience de jeu en elle même et s'avère donc aussi anecdotique qu'indispensable. De nombreux costumes ou accessoires sont disponibles pour permettre toutes les folies et se créer un avatar sur mesure et profiter du design si particulier et réussi des personnages.

 

 

Teamplay

 

Pour les joueurs qui aiment se la jouer loup solitaire et avides de faire mordre la poussière au plus grand nombre d'ennemis possible, passez votre chemin. Chaque joueur étant affecté à la classe de son choix, il faut avant tout jouer la complémentarité et s'entraider pour accomplir différents objectifs lors des affrontements. Bien entendu il est possible de passer d'une classe à l'autre à tout moment et à volonté en fonction des besoins de l'équipe et des objectifs à accomplir. Les soldats peuvent détruire les barricades, les ingénieurs réparer des passerelles tandis que les médecins réaniment leurs frères d'armes cloués au sol et que les agents se déguisent en soldat ennemi pour prendre l'équipe adverse à revers. Les objectifs sont dynamiques et changent au gré de l'avancée des équipes, ouvrant peu à peu chaque carte, ce qui rend les différentes sessions de jeu uniques. Autre élément très important, le jeu ne se joue pas du tout comme un FPS traditionnel puisque l joueur doit constamment se déplacer en ayant la possibilité d'agripper les rebords, glisser, esquiver. Des déplacements qui ne sont pas sans rappeler un certain (et excellent) Mirror's Edge. En revanche, histoire de chipoter, on aurait aimé que les animations soient plus fluides et dynamiques mais rien de dramatique de ce côté.

 

Au final Brink est une vraie bonne surprise dont les mauvaises critiques semblent injustifiées. Si les versions consoles ont souffertes de quelques bugs (principalement d'ordre graphique) à la sortie du jeu, Brink reste très plaisant et addictif. Bien entendu à réserver aux fans de jeux exclusivement multijoueurs. Avec sa direction artistique soignée (en dépit de graphismes un peu décevant sur consoles), son gameplay rafraîchissant et ses parties dynamiques, Brink devraient séduire de nombreux joueurs et on lui souhaite un joli succès !

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire