Grave : le film d'horreur cannibale cartonne dans les cinémas français malgré son interdiction aux moins de 16 ans

Créé : 3 avril 2017 - Alexandre Janowiak
Garance Marillier - Rabah Naït Oufella
52 réactions

Grâce à son succès en salles, le premier long-métrage de Julia Ducournau sera peut-être le déclic tant attendu pour relancer le cinéma de genre en France.

L’aventure du film Grave dans les salles est sûrement l’une des plus belles de ces derniers mois. D’abord porté en triomphe à la Semaine de la Critique sur la Croisette en mai 2016, le premier long-métrage de Julia Ducournau a su se forger une notoriété hallucinante.

Il s’est hissé dans les plus grands festivals du monde entier : Toronto, Londres et Sundance et a reçu une salve de prix partout en France (Gerardmer, PIFF, Strasbourg). On pouvait malheureusement imaginer que sa faible exploitation et son interdiction aux moins de 16 ans le freineraient dans sa lancée pour conquérir le public.

 

Julia Ducournau

 

Pourtant, malgré tous ces éléments défavorables (moins de 100 salles en France pendant trois semaines), le superbe long-métrage cannibalo-horrifico-initiatique a réussi à franchir le cap des 100 000 spectateurs. Et son parcours n'est pas prêt de s’arrêter. Le long-métrage a déjà engrangé plus de 300 000 dollars aux Etats-Unis malgré sa sortie limitée (moins de 40 salles). Avec la France et l'Espagne, il totalise 1,2 millions de dollars avant de sortir au Royaume-Uni et une dizaine d’autres pays européens dans quelques jours.

Un joli exploit qui pourrait enfin ouvrir les yeux de nombreux distributeurs sur l’intérêt que porte le public hexagonal à ce type de cinéma et ainsi donner un nouvel élan au cinéma de genre français. Il serait temps ! Retrouvez notre critique du film juste ICI et les salles dans lesquelles il est projeté sur le compte Twitter de Wild Bunch.

 

commentaires

Greg 04/04/2017 à 11:49

"Succès" mérité ! Malgré ses quelques écueils scenaristiques, l'aspect scolaire qui ressort, heureusement, à de rares moments... le film est solide, et va jusqu'au bout de son idée. Quelques très beaux moments, une belle photo et une bonne bande-son. Content qu'il trouve son public, et j'attend la suite de cette réalisatrice avec impatience !

Roukesh 04/04/2017 à 10:56

Si seulement ça pouvait relancer la machine à "film de genres" ça serait tellement bien. il y a un vrai savoir faire dans notre pays pour ce genre de productions. Il faudrait vraiment que cela décoince quelques distributeurs. Faire 30min de route pour pouvoir aller voir un film ça a de quoi refroidir quand on attend pas particulièrement un film.

Merci à EL de continuer à donner de la visibilité à ces films.

Kean 04/04/2017 à 01:37

@Fisher
Ben deja le film est réalisé par une femme dc démarrage compliqué pour ce grand penseur qu'est Dirty.
Mais il aura toute satisfaction avec le dernier Nolan.
Film de guerre, quasi que des hommes a l'écran ou la testostérone est roi et le sacrifice pour la patrie également.
En fait ils leur en faut pas tant que ça si on leur donne le bon jouet et faire joujou avec.

Docteur Jones 04/04/2017 à 00:28

L'espoir fait vivre. Il y a l'effet curiosité sans oublier la presse généraliste qui a largement parlé et soutenu le film, ce qui n'a jamais été le cas des autres production du genre. Grave c'est juste une exception et quand même un succès très relatif. Il atteindra probablement pas les 200 000.

Mais surtout, ça ne va absolument pas décoincer les producteurs et les distributeurs. Pour ça il faudrait un film plus "grand public" qui s'approche du million d'entrées. Sans doute aussi un peu plus de travail dans les scripts et des réalisateurs inspirés.

Aibff 03/04/2017 à 21:03

Aucun intérêt ce genre de films

Fisher 03/04/2017 à 21:01

Heureusement qu'on a toujours notre omniprésent Dirty Harry pour trouver à chouiner, pour une raison ou une autre.

Dirty Harry 03/04/2017 à 20:49

Et dire que ça chouinait sur un éventuel échec...bon ça va je vois que vous êtes remis.

votre commentaire