Paul Thomas Anderson retrouve Daniel Day-Lewis pour son prochain film, 10 ans après There Will Be Blood

Geoffrey Crété | 8 septembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 8 septembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Paul Thomas Anderson retrouvera Daniel Day-Lewis pour son prochain film, qui marquera leurs retrouvailles après There Will Be Blood.

Ensemble, ils ont retourné les esprits avec There Will Be Blood, odyssée cauchemardesque et hypnotique sur l'ascension sanglante d'un homme d'affaires dans l'Amérique du début du XXème siècle. Succès public (près de 80 millions de dollars au box-office, pour un budget de 25) et critique, couronné par deux Oscars parmi les huit nominations, le film est considéré comme l'un des meilleurs de Paul Thomas Anderson, qui lui a valu sa seule nomination à l'Oscar du meilleur réalisateur - donnée cette année-là aux frères Coen pour No Country For Old Men.

Dix ans après, le cinéaste retrouvera Daniel Day-Lewis pour un film encore sans titre, que Focus Features vient d'acquérir pour définitivement confirmer le projet annoncé il y a quelques mois. 

 

Photo Paul Thomas Anderson

 

Le huitième film de Paul Thomas Anderson se déroulera dans l'univers de la mode, dans les années 50. Avec un budget de 35 millions, le réalisateur de Boogie Nights et Magnolia continue donc à tracer sa route dans les productions intermédiaires en voie de disparition. Il collaborera à nouveau avec les productrices JoAnne Sellar et Megan Ellison, certainement prêtes à tout pour défendre la vision d'un des cinéastes les plus remarquables de ces dernières décennies.

Le film devrait être tourné début 2017. Il marquera le retour de Daniel Day-Lewis après Lincoln de Steven Spielberg, qui lui a valu son troisième Oscar du meilleur acteur après There Will Be Blood et My Left Foot.

 

 

Tout savoir sur Paul Thomas Anderson

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Caporal
11/09/2016 à 20:47

@Alix

J'ai bien compris...! Mais je maintiens ceci : ça n'élève pas le débat de désigner une soit-disant minorité qui n'aimerait pas pour les bonnes raisons (puisque ça relève surtout d'un vague ressenti que tu as, et qui n'est pas plus valable que celui qui te dira que tu aimes Villeneuve car à la mode), surtout quand tu le sers avec beaucoup de condescendance et mépris.
Ce qui pourrait totalement créer encore une suite de commentaires qui vire au combat, sur la simple base d'avis qui pourraient simplement être partagé avec gentillesse et cinéphilie (et pas déballés comme un pseudo procès et jugement de valeur).

Alix84
11/09/2016 à 17:37

Salut Caporal. Rien de nominatif dans mes propos. Par conséquent, ne se reconnaîtront dans mes propos que ceux qui sont concernés. Par ailleurs, je n'aime honnêtement pas trop la langue de bois et l'autocensure. Je préfère exprimer les choses comme je les ressens. Mais encore une fois. Rien de dogmatique, ça n'est qu'un point de vue. Bye

Caporal
11/09/2016 à 13:11

@Alix

Je pense qu'on a tous des envie d'être pulsionnel, surtout en matière de ciné. Si je m'étais écouté sans réfléchir, j'aurais usé du même mépris que toi pour te répondre à la base. J'ai juste préféré dire la même chose mais de manière civilisée, afin de nourrir un vrai débat. Pour éviter un nouvel affrontement ridicule, et tenter de discuter cinéma.
Si tu es lassée par ceux n'aiment pas Gibson, je suis pour ma part lassé par l'agressivité, et tout ce mépris latent qu'on lit dans tant de messages, dès que quelqu'un parle des "autres".
C'est à chacun de nous, je pense, de faire ce petit effort pour ne pas provoquer des débats stériles et des petites guerres.

Alix84
11/09/2016 à 08:45

Salut tout le monde.
Merci pour vos analyses.
@ Caporal.
Les mots que tu écris auraient au final pu être les miens.
C'est beaucoup ce phénomène de polarisation qui me fatigue.
Je suis bien conscient que chaque réal ne fera jamais l'unanimité.
Pas mal de réal ont leur lot de casseroles à mes yeux: scorsese et Hugo Cabret,
Spielberg et Indy 4 etc.
Quant à Punch Drunk Love, je ne peux tout simplement pas le regarder aujourd'hui.
Il est néanmoins vrai que je suis souvent dans des réactions assez pulsionnelles. Je l'assume. Je suis ainsi fait. Mais croyez le, cela ne dissimule absolument aucune agressivité. Seulement de la lassitude quand je lis des commentaires qui s'acharnent à démonter gratuitement des réals tout à fait défendables tels que M. Gibson. Lorsqu'on qualifie également n'importe quel réal de "Grand" ça me fait également réagir.
Mais là encore ça n'est qu'un point de vue. Nulle vérité établie. Juste une perception.
Salut

Kiddo
11/09/2016 à 06:03

@Caporal
Tres bonne analyse (rare sur ce forum..)
Punch drunk love est un magnifique poeme et ca aura ete le role d'une vie pour Sandler comme There will be blood le fut a Day-Lewis au meme titre que Phoenix avec The master, son film le plus puissant a mon gout.
Punch drunk love etant le plus touchant..
Affleck, a la remise de son Golden globe pour Argo n'a, lui aussi, pas pu s'empecher a la fin de ses remerciements de glisser un bel hommage a PTA (qui etait en competition avec The master) qu'il etait le Orson Welles d'aujourd'hui..

@Alix
No worries mate, PTA n'est pas ton truc, ca se respecte.
C'est vrai qu'en te relisant, tu fleurtes constamment avec une certaine condescendance voir un mepris mal placé mais bon..
Kubrick, Welles, Friedkin, Murnau, Lang, Tarkovski (liste non exhaustive obviously..) ont eu egalement qqes detracteurs a l'epoque et c'est tres bien.

Nous avons besoin de toi!!
Just chill out avec tes arguments et on est tous bon!

Caporal
11/09/2016 à 00:26

@Alix

PS. Et Punch-Drunk Love n'a tellement, mais tellement, rien à avoir avec la filmo d'Adam Sandler... Ce serait comme rejeter Docteur Folamour car on ne supporte pas La Panthère rose. Ou Eternal Sunshine et Truman show parce qu'on ne supporte pas The Mask et Ace Ventura. Sortir Sandler comme l'un des arguments pour dire que PT Anderson est un réal mauvais qui ne mérite pas sa renommé, ça me semble quand même peu convaincant.

Ce film a en plus une place à part dans la filmo de PT Anderson (son film le plus court je crois, sur un registre plus lumineux et romantique). Et c'est aussi un film avec Emily Watson ou encore Philip Seymour Hoffman. Le réduire à Sandler, c'est une erreur. A l'occasion, donne lui éventuellement une chance, peut-être que ça t'ouvrira les yeux sur le fond de mes réponses...

Caporal
11/09/2016 à 00:19

@Alix

Sauf qu'en attaquant vaguement ces gens qui seraient peut-être "malhonnêtes" dans leur amour d'un film ou d'un réalisateur, tu joues le mauvais jeu pour moi. Ca réduit le discours, ça l'enferme dans quelque chose d'agressif et désagréable, et tu te concentres sur ce qui serait, peut-être, une minorité. Au lieu de venir parler de ton amour pour des films et le fait que tu n'es pas sensible à PT Anderson, tu passes beaucoup de temps à attaquer ces soit-disant mauvais cinéphiles et cracher sur cette mode.

Tu as peut-être entendu mille fois que DD Lewis est super dans There will be blood, mais j'ai entendu mille fois des gens dire que Villeneuve est grandiose. Ou que Refn est une imposture.

Tu parles de ces mots que tu entends trop souvent et qui seraient creux... J'ai entendu mille fois des gens dire que Refn ou Nichols font du cinéma creux et formaliste. Le champ lexical pourra toujours agacer quelqu'un, et il y aura toujours quelqu'un pour venir dire le contraire, juger que telle position est purement dans l'air du temps, ou que telle autre est juste une réaction à un effet de mode ("tout le monde aime, donc moi j'aime pas"). J'ai encore constaté ça avec Stranger Things : la série a été portée par un buzz énorme, donc beaucoup ont dû le suivre pour la tester, et j'ai lu énormément de "c'est pas si génial", "la série a des défauts". Comme pour contrebalancer l'enthousiasme général, ou parce que c'est difficile de gérer une grosse attente. Très vite, on polarise entre les pour et les contre, de manière trop binaire à mon goût.

Surtout que ces réalisateurs ont divers visages... J'aime Hellboy 2 mais je trouve Crimson Peak assez minable. J'aime Sicario mais n'adhère pas trop à Enemy. Les nuances, c'est bien, plutôt que poser des camps et choisir son côté, et créer des ennemis.

Et ç me semble quand même bien curieux d'être persuadé que certains n'aiment pas vraiment tel ou tel film, par simple intuition... Ca ressemble plutôt à une lassitude vis-à-vis d'une mode, de cinéastes en vogue. Mais imagine toi que beaucoup pourraient te lire et y sentir la même chose quand tu parles de Villeneuve ou Del Toro. Car eux aussi sont très attachés à l'image, et font des films qui divisent.

Alix84
10/09/2016 à 22:05

Salut Caporal. Merci pour ton commentaire. Pas vu Punch Drunk Love mais honnêtement c'est au-dessus de mes forces. Vu Sandler dans d'autres films et il m'est impossible par conséquent de le voir à nouveau dans un quelconque film.
Lorsque je parle d'avis artificiels qui suivent la conjecture je n'universalise pas non plus et je n'affirme pas que chaque adepte de P.T.ANDERSON prétend l'être uniquement par besoin d'appartenance socio-intello-culturel... mais c'est juste un sentiment général que j'ai... sans pour autant généraliser ce sentiment à chacun. Mon but n'a jamais été et ne sera jamais de me distinguer des autres par la négation de quoi que ce soit. Sincèrement. D'ailleurs c'est un peu cette idée qu'il y a dans ce qui a motivé mon texte. C'était surtout en réaction à ce qui a été dit au sujet de Gibson. Ça me les brise franchement de lire ça et là des conneries à son sujet. En outre je me fiche de l'effet de mode. J'adore les réals que j'ai cité et ça sera toujours le cas même si un jour ils tombent en disgrâce,qu'ils sont frappés d'ostracisme ou qu'ils soient relégués à accompagner Charlie Oleg dans un bal musette. J'aurais pu citer d'autres auteurs mais peu importe. Pour moi un bon film est un bon film. Qu'il vienne d'hollywood, de Bollywood ou qu'il soit produit par arte ou un truc du genre. Mais bien évidemment encore c'est subjectif.
Je conçois aisément que les avis puissent être divers mais ce qui me gêne en fait c'est la fausse adhérence dans tout ça, honnêtement je pense, à tort ou à raison, qu'il y a beaucoup de pipeau dans l'engouement que beaucoup temoignent envers des présumés artistes qui n'ont d'auteur que le nom et dont le nom n'existe dans l'esprit de ceux qui les citent que pour faire briller ces derniers en société. Mais c'est un avis personnel. Je suis conscient que tout le monde n'est pas malhonnête mais quand je lis l'avis de beaucoup, au sujet de pas mal de réals, ça sonne tellement faux, tellement creux. Les textes se ressemblent tellement "Ouah la perf de DD Lewis ". Je l'ai entendu mille fois celle-là. Tout le monde dit la même chose. C'est tellement cliché. C'est un peu comme pour Refn. Les avis au sujet de ses films surfent tellement sur le même champ lexical. Bref. Ce qui me gêne en fait ça n'est pas le fait que l'on puisse fondamentalement aimer de tels film/réals ... ce qui me gêne c'est plutôt que l'on puisse faire croire que c'est le cas. Je pense juste qu'il y a beaucoup de faux semblants derrière tout ça.
Salut

Caporal
10/09/2016 à 14:51

@Alix

Et as-tu vu Punch-Drunk Love ? Car ça n'a rien d'un Adam Sandler show. C'est une oeuvre totalement étrange, unique, où l'acteur redevient un outil pour le film.

D'un côté, c'est bien de venir partager ton avis, et (pour une fois), assumer d'emblée que c'est un avis, et pas une vérité.
Mais dans ce cas, pourquoi être méprisant avec ce "comparaisons artificielles et hâtives motivées par un enthousiasme artificiel" ? Puis "intello branché parisien" ? "Je ne suis pas dupe et je ne vais pas m'extasier artificiellement par mimétisme socio-comportemental" ?

On peut penser différemment mais ce serait du coup artificiel et non réfléchi, un effet de mode un peu bête et creux ? Pour quelqu'un qui en plus cite des réalisateurs très à la mode (Villeneuve, Del Toro, Bird), c'est un peu comique. D'autant que tes "arguments" ont été sortis pour, par ex, détruire Enemy à sa sortie.

Ce n'est pas la première fois que je lis dans tes commentaires une forme de mépris très ordinaire, autour de cette incapacité à accepter les avis différents, et les respecter surtout. Je ne vois pas en quoi ça relève du débat cinéphile, puisqu'on ressort cette guerre totalement minable contre les gens branchés, les gens qui jugent trop vide, les effets de mode, ceux qui seraient dupes, qui serait des moutons culturels etc. Toujours ce besoin de se placer contre une pseudo doxa, et d'abattre les "autres". Systématiquement attaquer l'autre, tout en considérant qu'on est soi-même un esprit libre, qui pense vraiment, qui n'est pas victime des modes. C'est lassant car c'est malheureusement ça, la "mode" actuelle, surtout sur les sites de cinéma comme celui-ci.

On sent qu'i y a un effort pour paraître plus mesuré et poli, mais le mépris suinte dans une phrase sur deux. Try again.

Alix84
10/09/2016 à 13:56

Désolé mais je ne partage pas votre avis au sujet de There Will Be blood. Ce que je dis n'est pas parole d'Évangile mais je ne vois pas en quoi Anderson peut être comparé à Kubrick. Soyons sérieux 2 mn et ne faisons pas de comparaisons artificielles et hâtives motivées par un enthousiasme artificiel. Franchement, un gars qui a donné le premier rôle à un acteur aussi nul qu'Adam Sandler dans l'un de ses films... Faut pas déconner.
Je n'aime personnellement pas le cinéma d'Anderson mais je ne souhaite pas pour autant universaliser mon opinion. Je conçois qu'il en faut pour tous les goûts et pour tous les dégoûts.
Mais affirmer qu'Anderson est un des plus grands réal est totalement exagéré à mon avis. Faut pas déconner quand même. On a des gens qui ont réellement du talent et dont le cinéma n'est ni creux ni faussement introspectif. Parmi les grands réalisateurs récents je trouve que Denis Villeneuve ( Incendies ) est infiniment plus talentueux. Park-Chan Wook également ( même si Stoker est un peu lisse à mon goût ).
Pour donner des exemples toujours contemporains et un peu plus grand public, Guillermo Del Toro (Hellboy) ou encore Brad Bird ( À la poursuite de demain, les indestructibles) sont à mon sens infiniment plus profonds, généreux, efficaces et créatifs.
Quant à Mel Gibson, il est de bon ton de le pointer du doigt et de le démonter par suivisme de sorte à passer pour un progressiste/ humaniste/ intello ou je ne sais quoi d'autre. Son cinéma est tout à fait respectable et perso je préfère me taper 100 fois un Apocalypto ou un braveheart plutôt qu'un There Will Be Blood. Je sais bien que le ciné de Gibson ne fait pas assez "intello branché parisien " pour pas mal de monde et qu'il n'est pas assez "Anderson" ni assez "Winding Refn" mais son ciné me semble bien plus vrai, sincère et généreux. Que ce soit en tant que réal ou en tant qu'acteur. C'est en portant aux nues la médiocrité que l'on alimente celle-ci. Et de mon point de vue, les Refn, Anderson, Jeff Nicolls auraient du être directeurs de la photographie ou un truc du genre. Mais en tant que réal je n'adhère pas à la globalité de leurs oeuvres . Quelques aspects superbes visuellement mais ça n'est pas parce qu'on plante des personnages torturés dans un décor dépouillé en tournant des plans stériles, inutiles et hyper longs qu'on fait un grand film. Encore faudrait-il raconter quelque chose. Mais toutes ces conventions et cet anti-calibrage ultra calibré au final
ne marche pas avec moi. Je ne suis pas dupe et je ne vais pas m'extasier artificiellement par mimétisme socio-comportemental .
Bonne journée

Plus
votre commentaire