Emily Browning ne veut plus jouer les jolies poupées

Christophe Foltzer | 11 septembre 2015 - MAJ : 28/11/2018 23:56
Christophe Foltzer | 11 septembre 2015 - MAJ : 28/11/2018 23:56

Mine de rien, Emily Browing est déjà une sacrée routarde du cinéma puisqu'elle en fait depuis qu'elle est enfant. Sauf que maintenant, à l'approche de la trentaine, elle aimerait bien avoir de vrais rôles. Et on la comprend.

Si Emily Browning a vraiment explosé l'écran dans le Sucker Punch de Zack Snyder, ce n'était pas son premier essai devant la caméra, loin de là, puisqu'on avait déjà pu la découvrir dans Le Vaisseau de l'angoisse et Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire alors qu'elle n'était même pas encore adolescente.

 

Image 542491

 

Seulement voilà, gagnant en âge et en maturité, elle a aussi découvert le côté sombre de son métier et surtout le sort que réserve Hollywood aux comédiennes. Craignant être prisonnière de son statut de "jolie poupée", Emily Browning avait déjà tenté de briser ses chaines avec le très politiquement incorrect Sleeping Beauty où elle incarnait une étudiante tombant dans le monde sulfureux de la prostitution.

 

Photo Emily Browning

 

Mais aujourd'hui elle en a marre, comme elle l'a déclaré au micro du Guardian lors de la promotion du film Legend :

"Je suis très déterminée à ne plus jouer la jolie poupée, celle qui n'a rien à dire et qui n'a aucune opinion. mais en même temps c'est très difficile d'y résister. Hollywood produit des films pour des hommes blancs et c'est quelque chose à quoi je pense beaucoup mais qui, en même temps, m'ennuie profondément."

Pas facile donc d'être une véritable comédienne dans un monde dominé par une certaine image de la femme. Mais le challenge est loin d'être impossible. Après tout, des stars comme Michelle Pfeiffer, Sharon Stone ou encore Meryl Streep ont prouvé par le passé que beauté et profondeur n'étaient largement pas incompatibles.

 

Photo Emily Browning

commentaires

ludo
28/11/2018 à 23:41

J'ajoute que j'adore cette actrice. Belle et talentueuse, une jolie poupée peut aussi avoir des choses à dire.

ludo
28/11/2018 à 23:35

Elle est éblouissante dans sucker punch. sans doute l'un des meilleurs film de ces vingt dernières années. Vol au dessus d'un nid de coucou en version moderne. Une pure merveille.

Numéro 4
14/09/2015 à 00:16

Il s'agit d'Emily Browning pour commencer.

Ensuite : parler de société ultra féminisée (qui serait une société où tout et tout le monde serait féminisé ou poussé vers une féminisation) ne correspond à du tout à ce que vous expliquez (une société où on dicte aux gens à quoi ressembler, peu importe leur âge ou leur sexe).

Enfin, je ne lis nulle part que cette actrice considère les hommes comme une masse bête et méchante. Elle dit que les films (à Hollywood, du côté des studios : il faut replacer ça dans le contexte) sont majoritairement conçus pour et par des hommes blancs. Et que cela l'interpelle. Car dans ces conditions, difficile de croire que les femmes sont bien considérées.

C'est un fait : comme dit plus haut, il y a plus d'hommes parmi les décisionnaires, et les films sont globalement conçus pour flatter/attirer/exciter/satisfaire un public masculin. Regardez le nombre de films portés par des hommes, avec des femmes en second plan (femmes qui sont généralement des mannequins, alors que beaucoup de lead sont des hommes banals : de quoi coller à un spectateur lambda ni beau ni laid, qui rêve d'avoir un top model auprès de lui). Regardez les polémiques autour des films d'action avec des femmes au haut de l'affiche, la "révolution" d'une super-héroïne comme Captain Marvel ou Wonder Woman qui aura mis des années à arriver. Il aura suffit de quelques échecs au box office (Tomb Raider 2, Elektra, etc) pour que les studios aient des raisons d'arrêter des films avec des héroïnes d'action. Mais du côté des hommes, un Green Lantern n'a par ex jamais remis en question le statut des hommes.

Sans parler des différences de salaire, des scandales sur le sexisme (comme Maggie Gyllenhaal jugée trop vieille pour être la copine d'un acteur bien plus vieux qu'elle).

Browning n'accuse pas le public d'être une masse d'hommes abrutis. Elle met en avant le fait que le système n'est ni juste ni intéressant pour son profil (une jeune petite blonde plutôt séduisante).

abar
13/09/2015 à 22:10

@ totemkop et numéro 4.

Je me permet de vous répondre et de préciser ma pensée.

Je ne nie pas que l'industrie hollywoodienne est majoritairement constitué d'hommes blanc pour autant je ne pense pas qu'elle produisent du cinéma pour homme blanc (ce qui ne veut pas dire grand chose d'ailleurs)

Ce qui me gêne dans les propos d'emily blunt c'est que selon elle, les spectateurs hommes blanc poserait problèmes car ces derniers souhaiterais que les actrices et les femmes soit des bimbo sans cervelle!

En gros les hommes blanc serait des gros beaufs rétrograde et machiste!

Personnellement je trouve que c'est caricaturale et limite raciste.

ça existe c'est vrai mais je ne pense pas que ce soit lié à la couleurs de peau la bêtise étant partout.

Et je ne pas dit que la société dans toute ces structures était ultra féminisé mais que la société de consommation l'était en donnant au femme une image d'elle uniforme et en leur imposant de ci soumettre.

C'est le cas aussi pour les hommes ou les ados d'ailleurs, la société de consommation leur vends une image impose à laquelle ils doivent ce conforme.

Les femmes n'ont pas toujours la place qu'elle mérite que ça soit au cinéma où dans la société en général et c'est bien dommage.

Bref je ne fais n'y l'autruche et je ne me sent encore moins menacé ou angoissé par les femmes, je souligne juste que les propos de cette actrice ressemble à de la bouille intellectuelle et des raccourcis très limite pour justifier l'état de sa carrière.

Bien à vous

Totemkopf
12/09/2015 à 16:24

@abar

Statistiques de l'Académie des Oscars relayées par toute la presse l'année dernière : "94% White, 76% Men, and an Average of 63 Years Old"
A l'image des gens à la tête des studios et leurs filiales qui financent et calibrent les films, des scénaristes qui écrivent les histoires, des réalisateurs qui les filment

Mais on peut aussi faire l'autruche, bien sûr.

Numéro 4
12/09/2015 à 16:20

"Société ultra féminisée"...
Zemmour, ce fléau qui a redonné confiance à ces mâles virtuellement menacés par leurs propres angoisses

abar
12/09/2015 à 15:05

Hollywood fait du cinéma pour homme blanc ?!?

Hollywood fait du cinéma grand public inoffensif.

C'est la société de consommation ultra féminisé qui encourage (ou harcèlent) les femmes à rester belle jeune et freche en toute circonstance.

Hollywood en est le reflet et donne pas de place au femme plus âgé ou qui ne rentre pas dans les canon de beauté actuel.

Bref une déclaration faussement subversive d'une actrice qui a tout à prouver et qui parle pour rien dire.

diez
12/09/2015 à 13:39

C'est toujours mieux que de passer pour un idiot...

Miroir
12/09/2015 à 02:54

Rêve pas, t'es moche.

votre commentaire