Jason Bourne : Vincent Cassel sera un assassin chargé de tuer Matt Damon

Sophie Sthul | 2 septembre 2015
Sophie Sthul | 2 septembre 2015

Le prochain épisode de la saga Jason Bourne pourrait bien renouer avec les plus belles heures de la série. En effet, on vient d’apprendre que notre Vincent Cassel national sera de la partie.

Habitué aux rôles de méchants, de types louches et de vilains bien troubles comme il faut, Vincent Cassel sera, d’après Variety, l’adversaire principal de Matt Damon dans la nouvelle aventure de Jason Bourne. Une nouvelle intéressante, l’acteur n’étant jamais meilleur que dans la peau d’anti-héros félins, animaux et passablement brutaux. Et s’il y a bien une franchise quis ‘est fait une spécialité de l’action physique brute de décoffrage, c’est bien la saga Bourne.

De plus, ce nouvel épisode sera réalisé par Paul Greengrass, à qui l’ont doit les 2ème et 3ème volets de la série, de loin les plus intéressants en termes de mise en scène. Le tout est attendu pour le mois d’août 2016.

Avec également Alicia VikanderJulia Stiles et Tommy Lee Jones au casting, ce Bourne situé « dans un monde post-Snowden » pourrait facilement contribuer à nous offrir un cinéma d’action et d’espionnage de haute volée, quelques mois après Mission : Impossible 5 et le très attendu Spectre.

Tout savoir sur Vincent Cassel

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Diana
04/09/2015 à 01:22

What ?
Je n'ai jamais posé cette question. Je ne m'interrogeais pas. J'affirmais que vous disiez des conneries sans réfléchir, juste pour enrober avec de grandes phrases toutes faites.
J'ai juste répondu à vos affirmations de "les Français à Hollywood jouent des abrutis ou des méchants" en disant "Y'a tellement de contre-exemples, ou d'Américains maltraités dans le ciné français même"

Tu as demandé "juste un exemple" sans préciser, donc j'ai cru que c'était un exemple du sujet principal (les Français à Hollywood). Relis mon commentaire tu verras que je ne posais aucune question.

Et quand j'ai cité les Mélanie Laurent, Julie Delpy etc, tu n'as pas dit que c'était pas ça que tu entendais par "juste un exemple". Donc c'est un peu tard pour dire "ouais mais euh c'était pas que je demandais tu décales la question".

Le but premier était de vous signaler que "les Français à Hollywood jouent des débiles ou des bad guys", c'est con et faux.

bruno zieuvert
04/09/2015 à 00:37

a l'origine ton interrogation , était " combien d'acteurs américains maltraités dans le cinéma francais ?" relis ton commentaire . c'est la dessus que je demandais un exemple ! juste un ! tu as un peu décalée la question !

Diana
03/09/2015 à 22:11

Preuve donc que les affirmations grossières lues plus haut étaient bien peu pertinentes et intéressantes. Parce que si c'est maintenant c'est "oui ok les actrices, mais les acteurs ?", "oui ok mais ces deux dernières décennies ?"

bruno zieuvert
03/09/2015 à 20:44

des femmes oui je te l'accorde ! ou alors les mecs il y a longtemps ! jourdan , boyer , chevalier ..je peut remonter jusque la aussi !

Diana
03/09/2015 à 15:15

Des acteurs français qui ne jouent ni l'antagoniste-pourri ni l'abruti-lâche-incompétent ?

Julie Delpy chez Linklater
Huppert dans Hal Hartley
Mélanie Laurent chez Tarantino (elle est nulle mais en théorie elle est le coeur du film)
Eva Green, la meilleure James Bond girl, anti-potiche
Binoche chez Ferrara
Bruno Cremer chez Friedkin
Depardieu chez Ridley Scott

Et sans chercher bien loin

bruno zieuvert
03/09/2015 à 12:20

un exemple peut etre ? juste un !

Diana
02/09/2015 à 20:19

Olala quelle ringardise ces commentaires sur les Français à Hollywood. Y'a tellement de contre-exemples, ou d'Américains maltraités dans le ciné français même...

bruno zieuvert
02/09/2015 à 20:11

et meme pas , ami servallou ! the artist était un film entièrement francais ! tu penses bien que si ca avait été un film américain , ils auraient pas mis dujardin en vedette pour jouer une gloire américaine ! meme sur "the walk" dont le héros est francais ils mettent un americain ! c'est dire ! ou on accepte de jouer les villains ou on reste chez nous ! pas le choix !

Servallou
02/09/2015 à 18:18

Ce qui est cool avec nos amis américains, c'est que, si tu es français, soit tu es le débile, lâche et incompétent de service, soit un pourri.
La seule fois où tu sors de ces stéréotypes, c'est pour jouer dans un film à la gloire de leur cinéma des années 20 (The Artist).
Ah l'amitié franco-américaine !

Baudruche
02/09/2015 à 17:37

Je persiste : la mise en scène de Greengrass est saisissante. Je peux imaginer qu'on la rejette, mais j'ai du mal avec l'idée qu'on la juge mauvaise.
Pour moi, le premier par le yes man Doug Liman est d'une banalité affligeante, sans aucun intérêt. Avec le 2 et le 3, on sent que la dynamique change. Damon disait lui-même que Greengrass ne dicte pas les choses comme les metteurs en scène classiques : pas de marques au sol, pas de cadre rigide, mais une caméra au service d'une énergie, d'une urgence de chaque instant.
Captain Phillips est lui aussi un bel exemple de cette façon d'aborder le cinéma et le suspense.
Et dans le cas de Bourne, c'est un peu la seule chose intéressante vu les limites du concept et de l'histoire et des personnages honnêtement. Ils ont bien fait de caster un vrai réal pour donner des couleurs à cette franchise (retombée dans la banalité avec le 4 porté par le tâcheron Renner)

Plus
votre commentaire