Nurse 3-D : Paz de la Huerta porte plainte et réclame 55 millions de dollars au réalisateur

Simon Riaux | 27 juillet 2015
Simon Riaux | 27 juillet 2015

Les amateurs de Boardwalk Empire et de mauvais films le savent, Paz de la Huerta n’est pas une immense actrice. Une opinion qu’elle ne partage pas, puisqu’elle porte plainte contre le réalisateur de Nurse 3D et lui réclame 55 millions de dollars.

D’après le site TMZ, l’actrice aurait en effet déposé une plainte surréaliste contre le metteur en scène de cette très mauvaise série Z (bien moins violente et sexuelle que ne le laissait entendre sa campagne promotionnelle), au motif qu’il aurait littéralement ruiné sa carrière.

En effet, suite à une blessure sur le tournage, Paz de la Huerta aurait dû être momentanément remplacée lors du montage du film, amenant Douglas Aarniokoski à embaucher une doublure vocale lors de la post-production du film. Plusieurs scènes de ce dernier ont donc été ré-enregistrées par une autre comédienne.

Nurse 3D ayant été euthanasié par le critique avant de subir un échec commercial cuisant, Paz estime que le métrage a détruit sa carrière et que cette destruction est la conséquence directe de ce doublage accidentel. Notons au passage que s'étonner après coup que l'homme coupable d'Highlander - Endgame ait flingué votre plan de carrière, c'est un peu gros.

Conséquence, l’artiste exige 55 millions de dollars (la somme qu’elle estime couvrir les sommes qu’elle aurait dû empocher au cours de sa carrière détruite donc), ainsi que la possibilité de redoubler elle-même l’intégralité du film. Là, comme ça, on n’est pas tout à fait convaincus que sa plainte aboutisse. Du coup, en soutien à cette comédienne en souffrance, nous vous invitons à regarder de plus près les images ci-dessous.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
west666
30/07/2015 à 07:49

j'ai regarder 20mn ce film et stop d'une nullité absolue .......

Mr Notaire
30/07/2015 à 01:11

Pazuzu... l'habite (la bite? ha!)

Näamlock
27/07/2015 à 16:44

@Boldesûp : Effectivement, le service marketing a fait en sorte de pouvoir lier le métrage à Fight Club sur l'affiche ( et en même temps, ils auraient été cons de s'en priver surtout qu'il n'avait tout de même pas la même médiatisation ou le nombre de salle que le Fincher) toutefois, je reste persuader que le film part d'une envie artistique avant tout.

Näamlock
27/07/2015 à 16:34

@Boldesûp: J'ai vraiment apprécié le trip sensoriel du Noé (et je suis pas non plus un petit bourge, loin de là ^^ ), il m'a emporté tout du long (et la teub en CGI m'a bien fait marrer, ça désamorce un peu tout le drame du voyage à l'arrivé ^^) peu importe ce qu'en pensent les critiques, je préfère aller voir le film et avoir mon propre ressenti.

et encore une fois comparé Choke et Fight Club, ne sert à rien, y a 60 000 000 $ de budget d'écart, ce qui permet moins de chose ne serait-ce que visuellement (bien sur que Choke est plus cheap, y a un univers entier entre les deux) mais faut prendre en compte que les 2 bouzins ont loin d'avoir la même puissance de feu. :)

boldesûp
27/07/2015 à 16:30

Oui, on est parfaitement en droit de penser que Choke cherche à surfer sur la vague Fight Club. Le film de Fincher fut un échec lors de sa sortie en salles et il fallut attendre le milieu des années 2000 pour que Fight Club obtienne son statut de film culte auprès du public. Ceci expliquant le décalage entre la sortie de Fight Club et celle de Choke (sans compter le temps de 3 ans entre la décision de faire un film et sa sortie effective) .

L'affiche de Choke prenait d’ailleurs bien soin d'inscrire en très gros "Par l'auteur de FIGHT CLUB"...

Näamlock
27/07/2015 à 16:10

C'est comme si tu me disais que Total Recall (le Verhoeven) avait été produit pour surfer sur la vague de Blade Runner, le laps de temps entre les 2 films est similaire.

Je pense que la production de "Choke" est d'avantage un cas à la "a scanner Darkly" : une adaptation qui n'est pas un produit marketing vite fait, mal fait pour surfer sur un succès antérieur, mais un projet qui part avant tout d'une "envie" de son réal (C.Gregg a lui même adapté le scénar, c'est pas le simple yesman qui est arrivé sur le projet parce qu'il avait rien à foutre à ce moment là ) et Gregg fait un taf honnête à son niveau. (On ne va pas désigner que l'élite pour réaliser des métrages adapté de l'oeuvre de Palahniuk.)

Choke est loin d'être un chef d'oeuvre mais reste tout à fait honorable, à mon humble avis.

boldesûp
27/07/2015 à 16:04

Ce n'est pas que j'adhère ou non à la "philosophie" de Enter the Void, c'est que celle-ci est déroulée avec la délicatesse d'un éléphant cocaïnomane. Si j'étais le seul à le penser... mais la grande majorité des critiques de l'époque ont souligné le propos immature et balourd du film :

L'Obs : Expérimentateur génial mais provocateur puéril, il se perd dans son grand huit hallucinatoire où s'entremêlent chocs traumatiques, Oedipe mal digéré et fantasmes sexuels. Ressasse les mêmes gimmicks visuels.

Chronic'art :Enter the void se pose en rêverie planante et conceptuelle mais on n'y voit que le dispositif obèse d'une grue qui tourne en rond comme un gros bourdon groggy, se saoulant de néant et s'abrutissant de son incapacité tragique à toute invention.

le Monde : Interminable et répétitif, à la fois confus et simpliste, Enter the Void porte ses défauts avec l'air crâne d'un garnement qui vient de faire de très grosses bêtises.

Libération : Tant que le film se garde de vouloir penser, ça va à peu près, il est même visuellement très brillant, mais dès que Noé prétend embarquer le spectateur dans ce qu'il décrit comme "un mélodrame psychédélique ", qui conduit à l'apogée d'un coït filmé du point de vue du vagin, on se dit que le garçon serait bien inspiré de changer et de lectures et d'excitants.

Telerama : le cinéma de Gaspar Noé reste plombé entre une forme virtuose, sinon révolutionnaire, et un discours franchement idiot sur la famille, la vie, la mort et la réincarnation.

Et ça, ce ne sont pas les plus dures. La vérité c'est que Noé est un cinéaste poseur, qui n'a pas grand-chose à dire et qui se prend pour un génie en voulant choquer le bourgeois (ignorant que le bourgeois n'aime rien tant que d'être choqué). Heureusement pour Noé qu'il a "la carte" sinon il resterait cantonné à la réalisation de clips et de pubs.

Quant à Choke, on avait oublié que Paz de la Huerta jouait dedans mais en plus le film lui-même est oubliable.

La pauvre Paz regrette que Nurse 3D a mis fin a sa carrière ? Elle n'a jamais eu de carrière !

Simon Riaux - Rédaction
27/07/2015 à 15:53

hey les copains on n'a pas dit que Paz de la Huerta n'avait joué QUE dans de mauvais films. Mais si vous aimez les nanars, vous avez de fortes chances de l'avoir croisée.
Sans compter que Choke, c'est quand même pas le bout du monde, et que ce n'est pas à elle qu'on doit la réussite d'Enter the Void.

Näamlock
27/07/2015 à 15:29

@boldesûp:

D'un point de vue philosophique, tu peux ne pas adhérer à enter the void (comme tu pourrais ne pas adhérer à une relecture de la bible) mais Noé développe étape par étape le Bardo Thödol dans un contexte moderne ... personnellement, je l'ai vécu en salle comme un trip (et je ne connais maître Gims que de nom (et à vrai dire, si tu ne m'avais pas remémoré son éxistence à l'instant, il serait probablement tomber plus rapidement dans mes neuro-trou des chiottes, ... bref, le raccourci est un peu facile ^^

On est d'accord, Choke n'est pas au niveau de fight club, n'est pas Fincher qui veut, toutefois, tu fais encore un raccourci, 9 ans sépare Fight club de Choke, c'est un peu tard pour surfer sur la vague, d'autant plus qu'il n'a jamais eu la même médiatisation ... Personnellement, j'aurai aimé que cette brêche Palhaniuk reste ouverte, Je pense que "Survivant" (entre autres) ferait un excellent film.

boldesûp
27/07/2015 à 15:05

Enter the Void a la même profondeur philosophique qu'une chanson de Maître Gims (ça tombe bien, tous les deux ont le même public). Gaspar Noé essaie juste de masquer la vacuité totale du propos sous des effets de style boursoufflés dignes d'un clippeur prétentieux. Bref, l'ennui s'installe au bout de 5 minutes.

Choke tente juste de surfer sur la vague Chuck Palahniuk après Fight Club mais sans Fincher aux manettes, forcément tout tombe à plat.

Au final, la pauvre Paz de la Huerta n'a guère dans sa filmo que la très bonne série Boardwalk Empire où elle a un rôle assez secondaire.

Plus
votre commentaire