Diablo Cody s'occupera du lifting trash de barbie...

Jacques-Henry Poucave | 5 mars 2015
Jacques-Henry Poucave | 5 mars 2015

La nouvelle étonne et surprend bon nombre de commentateurs. Diablo Cody, scénariste et réalisatrice à la réputation gentiment trash et sulfureuse vient d’être embauchée pour écrire le scénario du prochain film Barbie.

Avec ses tatouages et sa réputation d’artiste venue du ciné indépendant, Diablo semble aux antipodes des aventures de la poupée la plus vendue de^puis la nuit des temps. Et pourtant, le producteur Walter Parkes semble absolument ravi par ce choix.

« Le côté non conventionnel de Diablo est exactement ce dont Barbie a besoin. C’est envoyer le signal que nous envisageons un ton véritablement contemporain. Nous l’avons faite monter à bord parce qu’elle a eu d’excellentes idées, mai plus important encore, elle aime vraiment Barbie. »

Le but de l’opération est bien évidemment ici de faire croire à un dépoussiérage de Barbie, qui ne s’est jamais imposée comme une marque multimédia et semble aujourd’hui bien sage face à la concurrence, avec son maquillage rose et ce vieux monogame de Ken.

Car Diablo Cody, sous ses airs, et très, très loin d’être une provocatrice subversive. Rappelons que Juno ou encore Young Adult mettaient en scène des personnages en apparence provocateurs (ado enceinte, trentenaire alcoolique au bord de la crise de nerfs) qui finissaient toujours par rejoindre le bon côté de la moral.

Quant à Jennifer’s Body, il s’agit peut-être d’un des rares films d’horreur récents qui feraient carrément passer les slashers des années 80 pour des tracts appelant à la libération de la femme.

Peu de surprise à attendre donc de ce Barbie, qui devrait se contenter d’un lifting provoc en surface, pour mieux assoir les « valeurs » à l’ancienne que véhicule el jouet depuis ses débuts.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
diez
05/03/2015 à 19:11

Je ne pense même pas qu'il y aura de la provoc. C'est Barbie, des institutions pareils ne prendraient pas le risque de provoquer les parents, ce n'est pas bon pour le commerce.

votre commentaire