Michael Lonsdale, interprète de Moonraker et Des Hommes et des Dieux, est mort

La Rédaction | 21 septembre 2020 - MAJ : 21/09/2020 16:58
La Rédaction | 21 septembre 2020 - MAJ : 21/09/2020 16:58

Visage emblématique du cinéma international, le grand Michael Lonsdale est mort, à l’âge de 89 ans. 

Peu d’artistes auront embrassé la carrière de comédien avec l’intensité et la versatilité de Michael Lonsdale, acteur protéiforme, dont la poétique sérénité accueillait une palette de jeu d’une ampleur unique. Metteur en scène, interprète, aussi à l’aise sur les planches que devant la caméra, il fut également un comédien de doublage reconnu. 

C’est François Truffaut qui lui permettra de se faire connaître à l’écran, grâce à La mariée était en noir et Baisers volés. Dès lors, il ne cessera plus de tourner, oscillant entre un cinéma d’auteur parfois très pointu, et un cinéma plus grand public, voire hollywoodien. Sa filmographie est émaillée de collaborations prestigieuses et variées, puisqu’il travailla avec Orson Welles, Joseph Losey, Jean Eustache, mais également Jean-Pierre Mocky ou encore Steven Spielberg. 

 

photo, MoonrakerUn des meilleurs adversaires de James Bond

 

Entre ces compositions brillantes et instantanément reconnaissables, il eut l’occasion de composer des personnages, souvent truculents, dans des productions américaines telles que Moonraker, un des James Bond les plus kitsch et cosmiques, ainsi que Munich de Steven Spielberg. Des choix étonnants, qui contribuèrent à en faire un artiste complet, incontournable. Parallèlement, il collabora notamment avec Marguerite Duras, pour laquelle il interpréta une partie du doublage d’India Song. 

Les années n’entamèrent ni son enthousiasme ni son aura, puisqu’on le retrouvait encore en 2010 à l’affiche de Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois, pour lequel il obtint le César du meilleur second rôle masculin. En 2015, on le retrouvait à l’affiche du précieux polar Les Premiers, les Derniers de Bouli Lanners. Ne manquant pas de curiosité, il se prêta à l’exercice du doublage de jeu vidéo, pour 007 Legends et Californium. 

Sa malice, son érudition et la générosité avec laquelle il abordait la spiritualité (Michael Lonsdale était un catholique fervent et passionné) manqueront au 7e Art, au théâtre et à ses contemporains. 

 

photo, Munich

photo, Agora

photo, Des hommes et des dieuxLonsdale chez Spielberg, Amenabar et Beauvois

commentaires

RobinDesBois
23/09/2020 à 14:09

Grand acteur. Je l'avais trouvé incroyablement convaincant dans le génial Monsieur Klein.

rebelle33
23/09/2020 à 09:14

Un immense acteur...doublé d'un homme de culture...
J'ai eu la chance de le rencontrer une fois dans ma vie et j'en garde un souvenir...inoubliable!!!!

Pseudo1
23/09/2020 à 00:44

Quelle puissance cet acteur !
Quelques secondes à l'écran comme dans Ronin ou Munich, il bouffait l'écran !


Par contre, c'est ouf comment sur votre photo de lui dans Moonraker, je lui trouve des airs de Peter Dinklage :D

Mx
22/09/2020 à 13:39

Tres grand comédien, en effet, et oui, c'est une honte de ne pas citer le nom de la rose, dans cet hommage!!

même dans des films moyens, comme ronin, il est égal à lui-même!!

captp
22/09/2020 à 11:00

une filmographie qui force le respect.
Il y a des disparitions qui touchent plus que d'autre et celle-ci m'est aussi pénible que Piccoli et Nahon.
elle me gonfle aussi un peu cette année ...

Kyle Reese
22/09/2020 à 09:36

Qui fut l’unique femme de 007 au destin tragique.

Kyle Reese
22/09/2020 à 09:34

Comme Ash77 pour feu Diana Rigg, inoubliable Emma Peel qui avait conquis mon cœur de pré ado et fut l’unique et ravi que celle de 007.
@laredaction. Une petite news a son sujet ne serai pas de trop.

Ash77
22/09/2020 à 07:58

Ce Monsieur avait une énorme présence à l'écran. Sa gueule va nous manquer mais grâce aux écrans il restera éternel dans nos esprits.
Écran Large, il y a quelques jours disparaissait la formidable et magnifique Diana Rigg, l'inoubliable interprète d'Emma Peel, et aucun article lié à sa disparition (ou alors j'ai zappé). Triste. Au revoir Diana, tu as ébloui mon enfance, j'espère maintenant que tu éblouis le ciel...

alulu
21/09/2020 à 22:44

C'est clair qu'il avait une présence, sa voix aussi mais il bouffait l'image.

A propos de mourir pendant dans son sommeil. Ça me rappel cette histoire drôle, ou le type explique qu'il veut mourir dans son sommeil comme son grand-père mais pas comme sa grand-mère et sa tante qui criaient "Le camion! le camion!"

Kouak
21/09/2020 à 21:24

Bonsoir,
En un mot : "Une voix"
En deux mots : "Une voix, un talent"
Comédien , le cas échéant au cinéma, la plupart du temps là où on ne l'attendait pas...
Mais surtout acteur de théâtre...
Et également "voix off" dans beaucoup de documentaires...
Et peintre reconnu...Respecté...
Et à peine reconnu aux Césars...
Mort dans son sommeil...
Et ça continu encore et encore...C'est que le début, d'accord, d'accord...
Manque plus que Clint et Bébel pour m'achever cette année 2020 de muerda !

Reposez en paix sir Lonsdale !
Bref...

Plus

votre commentaire