Babe : au départ, Universal ne voulait pas du film selon son acteur principal

Mathias Penguilly | 12 août 2020 - MAJ : 12/08/2020 17:05
Mathias Penguilly | 12 août 2020 - MAJ : 12/08/2020 17:05

L'adorable petit cochon qui voulait être berger est une figure culte du cinéma familial des années 90, même si Universal en avait d'abord un peu honte...

Lors de sa diffusion au mitan des années 90, l'adorable Babe est devenu culte instantanément. Avec 255 millions de dollars de recettes (pour un budget hors marketing de 30 millions à peine), c'était même un franc succès commercial. Le film de Chris Noonan (Miss Potter) a été nommé à sept reprises aux Oscars de 1996 et a remporté la statuette des meilleurs effets visuels, coiffant au poteau le film Apollo 13 de Ron Howard. Pourtant, les studios Universal ne misaient pas beaucoup sur l'histoire du petit cochon.

Adapté d'un roman de Dick King Smith, publié en 1983, le film fonctionne comme un petit conte, une histoire digne d'une fable de La Fontaine. Le jeune cochon Babe est sauvé de la boucherie par un vieux fermier qui l'accueille sur sa ferme et à force de côtoyer les animaux, il décide de devenir... cochon de berger ! Cette intrigue, Universal la trouvait trop kitsch et en avait même honte d'après son acteur principal.

 

photoBest buddies

 

Dans le cadre d'un entretien avec le Hollywood Reporter, l'acteur James Cromwell a ainsi rappelé que le studio avait tout fait pour minimiser le film :

"On n'avait pas d'avant-première pour notre film. Universal était consterné par le film et voulait le tuer. Ils ne voulaient pas être associé au film. Ils avaient invité la presse à Houston pour Apollo 13, un gros truc vous savez, ils invitent tout le monde, logent dans un hôtel magnifique. Et dans un bus qui devait ramener tout le monde à l'aéroport, les responsables ont dit 'Hum, désolés de vous faire ça, mais on a cet autre petit film à propos d'un cochon'

Tous les passagers ont fait 'Ugh, oh mon Dieu'. Et ils ont montré le film et non seulement ils ont tous vraiment aimé, mais le critique Gene Siskel a dit que c'était la crème de la crème. Il a adoré et donc il a vraiment poussé le film."

Trois années plus tard, une suite aux aventures de Babe a été commandée par Universal, preuve s'il en est que le studio était finalement assez satisfait du résultat. 

 

photo, James CromwellUn chef-d'œuvre du kitsch... et un film à Oscars ?

 

Avec Babe et sa nomination aux Oscars, la carrière de James Cromwell a décollé. Il est notamment apparu dans W. - L'Improbable président d'Oliver StoneI, Robot d'Alex Proyas et même dans le film The Artist de Michel Hazanavicius. Fervent défenseur de l'environnement et de la cause animale, il avait fait la une il y a quelques années, après avoir été condamné à une semaine de prison pour avoir été manifester devant une usine américaine polluante. Il sera bientôt à l'affiche de Rebel Ridgele prochain film d'action de Jeremy Saulnier (Blue RuinGreen Room).

 

Affiche officielle

commentaires

Gugusse 0
13/08/2020 à 11:54

C'est dommage, vous ne parlez pas de la suite. Le cochon dans la ville qui est un purée chef d'oeuvre pour moi avec une noirceur inouï

TofVW
12/08/2020 à 18:00

@Pete: rhôôôô, tu m'as devancé, je voulais faire la même blague! xD

Pete
12/08/2020 à 17:29

"Babe : au départ, Universal ne voulait pas du film selon son acteur principal"

Franchement, même pas besoin de lire l'article pour savoir que c'est un gros mytho !!
Genre, le cochon il a donné une interview et il balance les secrets de la prod ?!!
Vous n'avez pas honte de vous payer nos têtes, ÉcranLarge ??!! ;)

votre commentaire