Kundun de Martin Scorsese : un grand film injustement sous-estimé selon Roger Deakins

Mathias Penguilly | 22 juillet 2020
Mathias Penguilly | 22 juillet 2020

Roger Deakins est un des directeurs de la photographie les plus acclamés de l'industrie hollywoodienne. Tous ses films n'ont toutefois pas connu le même succès.

Derrière les acteurs et réalisateurs dont on parle constamment, il existe une pléthore de métiers du cinéma dont on parle peu souvent et qui sont pourtant essentiels à la réalisation d'un long-métrage. Le directeur de la photographie (ou chef opérateur) est l'un d'eux. Chargé du cadrage, des éclairages, voire même du positionnement de la caméra, il est l'un des principaux responsables de l'esthétique d'un film et l'un des plus proches collaborateurs du réalisateur.

En presque quarante ans de carrière, le Britannique Roger Deakins a eu l'occasion de travailler avec les plus grands, des frères Coen (FargoThe Big Lebowski) à Sam Mendes (Les Noces rebelles1917 et Skyfall), en passant par Denis Villeneuve (Sicario et Blade Runner 2049) ainsi que Martin Scorsese. Le chef opérateur a été nommé aux Oscars une douzaine de fois depuis 1995 et a remporté la statuette à deux reprises entre 2018 et 2020 (Blade Runner 2049 et 1917).

Il a aussi réalisé des longs-métrages plus confidentiels, dont il est pourtant extrêmement fier.

 

Photo Ana de ArmasBlade Runner 2049, un très beau témoignage du talent visuel de Deakins

 

Dans le cadre d'un podcast qu'il anime pour le site américain IndieWire, Deakins a discuté avec Greig Fraser (un autre directeur de la photo qui a notamment travaillé sur LionZero Dark Thirty et le Dune de Villeneuve) des films dont ils étaient très fiers malgré une réception médiocre. Tandis que Fraser a pris la défense du Marie Madeleine de Garth Davis, Deakins a défendu un film de Scorsese souvent sous-estimé : 

"C'est un peu une déception quand tu as passé tellement de temps sur quelque chose et qu'il est enterré ensuite, ou que le public n'arrive pas à s'y identifier. Je me sens un peu comme ça vis-à-vis de Kundun. C'était une des plus belles expériences de ma vie, pour plein de raisons différentes. Pas seulement à cause du défi photographique, mais à cause des gens impliqués, de l'équipe et des Tibétains. C'était juste une expérience merveilleuse. Et au fond, le film a été enterré franchement. C'était vraiment un crève-cœur."

 

photoDe Pékin à Lhassa, une rencontre au sommet

 

Un des films les plus discrets du monstre de cinéma qu'est Scorsese, Kundun s'est écrasé au box-office à sa sortie en 1998 (lors de sa sortie en salles, il n'a permis de récupérer que 5 millions de dollars sur un budget de 28 millions). Le film est un biopic qui met en scène le 14e dalaï-lama, leader spirituel du bouddhisme tibétain, du moment où il est repéré par les moines bouddhistes jusqu'à son exil en Inde à cause de la guerre sino-tibétaine.

Critiqué pour sa vision un peu manichéenne du conflit, le film a souffert de sa sortie interdite en Chine. À ce jour, certains membres de la production (y compris Scorsese et Melissa Mathison, la scénariste) ne sont plus autorisés à voyager au Tibet, et les studios Disney ont essuyé de sévères remontrances de la part du gouvernement chinois.

Le film a néanmoins été reconnu lors de la saison des festivals, avec notamment quatre nominations aux Oscars de 1998, dont une évidemment, pour son directeur de la photographie.

 

photoKundun massacré à sa sortie en salles

 

Depuis, le chef opérateur britannique s'est illustré dans une quantité impressionnante de longs-métrages, au premier rang desquels on peut citer le récent 1917, consacré justement pour ses qualités photographiques (plus que scénaristiques). Il a également travaillé sur des films beaucoup moins populaires comme l'adaptation du Chardonneret, le superbe ouvrage de Donna Tartt, par John Crowley. À l'image de Kundun, le film n'a pas du tout rencontré son public (et a en plus été descendu par la critique) lors de sa sortie en 2019.

Il reste l'un des directeurs de la photographie les plus prolifiques et les plus reconnus de l'industrie hollywoodienne. Après avoir réussi à décrocher deux nominations, il n'a pas de projets en cours et semble faire une pause, mais on a très hâte de retrouver son travail à l'oeuvre.

 

photo, Nicole KidmanLe Chardonneret : best-seller et casting stellaire, mais bide au box-office

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire