Mel Gibson se défend (encore) d'être antisémite et accuse Winona Ryder de mentir (encore)

Mathias Penguilly | 24 juin 2020 - MAJ : 24/06/2020 12:51
Mathias Penguilly | 24 juin 2020 - MAJ : 24/06/2020 12:51

Accusé par Winona Ryder d'avoir proféré des insultes homophobes et antisémites, l'acteur se défend une nouvelle fois.

En 2006, lors d'une arrestation pour conduite en état d'ivresse, Mel Gibson avait été enregistré en train de crier que "les juifs sont responsables de toutes les guerres dans le monde". À l'époque, l'acteur et réalisateur (doublement oscarisé en tant que producteur et réalisateur de Braveheart) venait de terminer Apocalypto, une fresque épique sur le peuple maya qui lui avait alors valu des accusations de racisme et de plagiat (entre autres).

Cette déclaration antisémite ainsi que la promotion controversée de son dernier film lui avaient alors valu un passage à vide jusqu'au début des années 2010. Hollywood semblait avoir la mémoire bien plus courte qu'en cette période post-#MeToo, puisque Mel Gibson avait plutôt réussi son comeback. À l'occasion de son retour devant la caméra avec Hors de contrôle, l'actrice Winona Ryder avait alors raconté une anecdote personnelle dans laquelle l'acteur faisait encore preuve de son intolérance crasse. Une anecdote qui, dix ans plus tard, a de nouveau défrayé la chronique.

 

photo, Mel GibsonHors de Contrôle : le nom parfait pour un biopic sur Mel Gibson ?

 

Lors d'un entretien avec l'hebdomadaire britannique The Sunday Times, l'actrice de Stranger Things et de Dracula a répondu à un journaliste lui demandant si elle avait déjà subi des discriminations antisémites au cours de sa carrière :

"J'en ai subi de manière... intéressante. Il y a des fois où des gens sont venus me voir en disant 'Attends, tu es juive ? Mais pourtant tu es si belle !' Ou il y a ce film aussi dans lequel je devais jouer il y a longtemps... C'était un film historique et le patron du studio, qui était juif lui-même, m'a dit que j'avais l'air 'trop juive pour faire partie d'une famille de sang bleu'".

 

Photo Winona Ryder, Daniel Day-LewisWinona Ryder, "trop juive" pour un drame d'époque hollywoodien

 

Elle enchaîne alors sur sa rencontre avec l'acteur de Braveheart, qu'elle détaille à nouveau : "J'étais à une fête bondée avec un de mes bons amis. Et Mel Gibson fumait son cigare, et nous parlions tous ensemble quand il a demandé à mon ami qui est gay 'Oh attends une minute, est-ce que je vais choper le SIDA ?'. Et plus tardivement, on en est venu à parler de judéité et il a dit 'tu n'es pas un de ceux qui ont esquivé les fours, si ?'"

Deux plaisanteries de très bon goût qui viennent donc s'ajouter à la longue liste de dérapages d'une star réputée pour ses vues ultraconservatrices et borderline.

 

photo, Mel GibsonMel Gibson échappant de justesse à la "cancel culture"... Pour combien de temps encore ?

 

Plus loin dans l'interview, Ryder a laissé entendre que Gibson serait venu s'excuser plus tard. La stratégie de l'excuse n'a pourtant pas été celle choisie par les équipes de l'acteur, qui a nié en bloc les accusations. L'agent de l'acteur et cinéaste a répondu à Ryder via Variety :

"100 % de ce qu'elle raconte est faux. Elle a menti à ce sujet lorsqu'elle s'est confiée à la presse il y a dix ans, et elle ment à nouveau aujourd'hui. Elle a menti aussi en disant qu'il serait venu s'excuser. Il a essayé de faire le premier pas pour la confronter à ses mensonges, mais elle avait alors refusé d'aborder le sujet avec lui."

 

photo, Mel GibsonEh Mel ! Faudrait peut-être arrêter de fumer, si ça te fait dire de mauvaises vannes homophobes et antisémites !

 

Trois ans après le début de la déferlante #MeToo et alors que le mouvement Black Lives Matter demande à Hollywood de s'engager pour plus de justice, Mel Gibson semble avoir échappé miraculeusement à la "Cancel Culture" (culture de l'annulation, conduisant au boycott de personnalités au comportement répréhensible). Outre les accusations citées ci-dessus, il a aussi fait l'objet d'une enquête pour violence conjugale au cours de laquelle il a plaidé coupable. Ces jours à Hollywood sont-ils comptés ?

Il sera prochainement à l'affiche d'au moins trois longs-métrages, dont le thriller policier Last Looks de Tim Kirkby. Quant à Winona Ryder, on devrait la trouver très prochainement à l'affiche de la saison 4 de Stranger Things. Par ailleurs, elle était récemment à l'affiche de la superbe mini-série HBO The Plot Against America, une série qui parle justement d'antisémitisme en Amérique.

 

Photo Winona RyderWinona Ryder dans l'Amérique antisémite de Charles Lindbergh

commentaires

Simon Riaux - Rédaction
26/06/2020 à 19:12

@Lecteur depuis l’origine

On ne combat pas grand-chose par la censure, c'est entendu, mais je ne vois pas bien quel bureau de censure se charge actuellement de cette question, de nombreux individus partis ou associations racistes, sexistes, transphobes, homophobes et autres existant en France.

La judiciarisation, c'est un mal nécessaire. Il n'y a que quand on ne souffre pas directement de ces problématiques là qu'on peut se payer le luxe de dire "les racistes et les autres salopards, il faut leur opposer des idées". C'est le luxe de celui pour qui c'est un concept, avant d'être une menace.
Donc oui, on a besoin de judiciarisation. Après, en effet, les abus sont toujours possibles et aucun système n'est immunisé contre ses propres excès. Mais ça n'invalide pas le principe de base.
La question n'est pas de savoir si le talent compte plus que l'image, mais de cesser de faire comme si le talent était quelque chose d'immanent, de disponible, d'illimité et Gratuit. Le boulot de Gibson, c'est proposer une surface d'identification. Sans grande surprise, et je vois difficilement comment on peut trouver ça triste, un certain nombre de gens n'ont pas spécialement envie de s'identifier à un homme capable de proférer ce qu'il a proféré.

Lecteur depuis l’origine
26/06/2020 à 19:02

@Simon Riaux

L’antisemitisme, le sexisme, l’homophobie, (l’islamophobie, la transphobie etc) ne se combattent pas par là censure, les anathèmes ou la judiciarisation des propos, même si c’est cette vie qu’à prise la France depuis 25 ans. Le résultat le prouve.
C’est par le débat, la confrontation, l’argumentation et l’instruction qu’on y arrive.
Sinon gare au retour du refoulé.

Le talent compte t-il plus que l’image?
Voilà en effet une juste question et dont le traitement peut révéler bien des choses sur notre époque.

Pour moi, la question est de construire aux 21ieme siècle des artistes qui ne soient ni policés ou intégrant une grande auto censure ni, au contraire, des personnes cachant leur penchant de nuire à autrui derrière leur talent.

Simon Riaux - Rédaction
26/06/2020 à 12:52

@M1pats

Oui, Geoffrey expliquait justement qu'au sein d'EL, on n'a jamais choisi d'avancer masqués, puisqu'au contraire, les membres de la rédaction assument leurs angles, positions et points de vue.

Personne ne prétend que ce papier fait exception à la règle.

@Lecteur depuis l’origine
Qu'agresser et insulter publiquement des gens soit incompatible avec un métier... public, reposant en grande partie sur l'image de l'intéressé ce n'est pas une honte, c'est une évidence, pas franchement révoltante (à moins bien sûr de considérer le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie comme des apports essentiels au débat public).

Lecteur depuis l’origine
26/06/2020 à 12:52

Non ils ne prennent pas parti mais en’once ce qui est hélas en cours à Hollywood.
En filigrane on peut comprendre que le talent et l’intelligence de garder pour lui ses idées, font que Gibson évite d’être black listé.
Mais objectivement c’est une honte qu’il doivent se taire pour bosser.

Sinon mon autre commentaire a sauté.

M1pats
26/06/2020 à 11:57

@Geoffrey Crété

LOL si si quand même vous prenez parti et largement même, si c est pas super flagrant a vos yeux en lisant l article ce que vous êtes malhonnêtes

M1pats
26/06/2020 à 11:56

Il peut faire les blagues qu il veut aussi douteuse qu il veut, ça reste des blagues et ça n a jamais fait mal a personne

Tant qu il nous réalise des chefs-d'oeuvre derrière la caméra l'm ok with it ^^

alulu
25/06/2020 à 20:10

Elle est nazi ta chute.

Daddy Rich
25/06/2020 à 17:16

C'est l'histoire d'un SS qui est au bord d'une falaise qui mesure plus de 70 mètres de haut, et qui dit à des juifs de sauter!
"Déplace toi, à gauche et... saute!"
"Toi, tu vas à droite et... tu sautes!"
Là un soldat Allemand arrive et lui dit:
"Mon Colonel, le Général Von Trunchestpofel demande à vous parler au téléphone!"
Et là, le Colonel lui rétorque....
"Ahhhhhggggrrrrrr Scheib! Mais il est donc... ..................................................................

Ahhhh ben désolé, si je publie la suite et chute... de l'histoire, je vais avoir des gros soucis dans les jours qui suivent!

Fox
25/06/2020 à 14:36

Il y a encore des acteurs catholiques ?

Tom35
25/06/2020 à 00:12

Même si c'était vrai, au cours du soiree bien arrosée etc je ne sais pas si ça vaut la peine d'être rendu public...

Plus

votre commentaire