Le Seigneur des Anneaux : Peter Jackson se souvient d'Ian Holm dans une lettre émouvante

Mathias Penguilly | 22 juin 2020 - MAJ : 22/06/2020 12:49
Mathias Penguilly | 22 juin 2020 - MAJ : 22/06/2020 12:49

Atteint de la maladie de Parkinson depuis des années, l'interprète de Bilbon le Hobbit est décédé la semaine dernière, à l'âge de 88 ans.

Avec sa disparition, c'est un monument du cinéma qui disparaît. On avait notamment pu voir Sir Ian Holm à l'affiche de nombreux succès à l'image d'Alien, le huitième passager, des Chariots de feu, du Cinquième Élément ou encore évidemment les deux trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit.

Ces derniers jours, de nombreux membres de l'équipe du Seigneur des Anneaux ont fait part de leur désarroi quant à la disparition de leur ami. C'est notamment le cas du réalisateur néo-zélandais Peter Jackson, à qui on doit les six films de l'univers créé à partir de l'oeuvre de J.R.R Tolkien (mais aussi le film Braindead et le King Kong de 2005).

 

photo, Le Cinquième Elément, Milla JovovichIan Holm et Milla Jovovich dans Le Cinquième Élément

 

Dans une lettre émouvante postée sur sa page Facebook, il témoigne :

« Je me sens très triste suite à la mort de Sir Ian Holm.

Ian était un homme si généreux et agréable. Discret, mais impertinent, avec un tel éclat dans les yeux. Au début des années 2000, avant que nous commencions à tourner nos scènes avec Bilbon pour La Communauté de l'Anneau, j'étais nerveux à l'idée de travailler avec un acteur aussi estimé, mais il m'a rapidement mis à l'aise. Le premier jour, juste avant que les caméras ne commencent à tourner, il m'a pris à part et dit qu'il allait essayer des choses différentes à chaque prise, mais que je ne devais pas m'en inquiéter. Si, après cinq ou six prises, il ne m'avait pas donné ce que je voulais, alors je devais à tout pris lui donner des directions plus précises.

Et c'est exactement ce que nous avons fait. Cependant, ses performances et sa manière de lire le texte étaient toutes merveilleuses, il avait rarement besoin de directions. Il nous a donné une marge de manoeuvre incroyable en salle de montage. »

 

photo, Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'AnneauIan Holm et Elijah Wood dans Le Seigneur des Anneaux

 

Le réalisateur a ensuite raconté quelques anecdotes de tournage, par exemple le moment où Ian Holm a dû redoubler d'inventivité pour capter l'attention d'un groupe de jeunes enfants auxquels son personnage devait faire la lecture. Il a détaillé le nombre d'histoires que l'acteur, anobli ensuite par la Reine d'Angleterre (il fallait bien ça !), a dû lire pour que les enfants ne se déconcentrent pas trop entre les prises.

Puis, il s'est rappelé sa découverte de la maladie d'Ian Holm et de sa réaction :

« Plus de dix ans après [la première trilogie], nous espérions qu'Ian jouerait Bilbon dans les scènes d'ouverture du Hobbit. Fran et moi sommes allés diner avec Ian et sa femme Sophie à Londres, et il nous a dit qu'il était navré, qu'il ne pouvait pas le faire. Ajoutant à notre surprise, il nous a confié qu'on lui avait diagnostiqué la malade de Parkinson et qu'il n'arrivait plus à apprendre son texte. Il avait du mal à marcher et ne pouvait certainement pas voyager jusqu'en Nouvelle-Zélande. Toujours en homme discret, il nous a fait comprendre qu'il prenait sa retraite, sans l'annoncer vraiment.

C'était un coup au moral parce que nous avions trouver un moyen sympa de passer le flambeau de Ian en tant que Vieux-Bilbon à Martin Freeman, le Jeune-Bilbon. Je lui ai décrit et ça lui a plu. Je lui ai aussi dit que ma mère et mon oncle ont eu Parkinson et que je connaissais ses effets.

À ce moment, le diner s'est transformé en une sorte de cellule de crise, avec Ian, Sophie, Fran et moi-même en train de chercher un moyen pour Ian de jouer Bilbon une dernière fois. Nous tournions les films en Nouvelle-Zélande, mais si nous déplacions le tournage à Londres ? À la fin du diner, il avait acquiescé timidement et dit "je pense que je peux faire ça oui". Mais je savais qu'il me faisait une fleur. Je l'ai remercié, j'ai pris ses mains dans les miennes avec les larmes aux yeux. »

 

photo, Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'AnneauUn anneau moins précieux que l'acteur de Bilbo, aux yeux de Peter Jackson

 

Enfin, le réalisateur a terminé sa lettre par un dernier adieu déchirant à son acteur :

« Dans la version finale du film, j'espère que le public voit simplement Ian Holm reprendre le rôle de Bilbon. Mais ce que j'ai vécu sur le tournage, c'était un acteur merveilleux qui réalise son ultime performance. C'était très courageux pour lui de faire ça, et bouleversant pour ceux qui y ont assisté. Nous serons toujours reconnaissants à Ian pour ce qu'il a fait [...].

Observer Ian Holm jouer m'a appris tellement de choses [...]. C'était un privilège de travailler avec lui, et une bénédiction de pouvoir le connaître. J'ai toujours adoré sa performance dans les dernières scènes du Retour du roi.

"Je crois que je suis prêt pour une nouvelle aventure."

Adieu, mon cher Bilbon. Bon voyage, Ian chéri. »

 

photo, Ian HolmPeter Jackson et Ian Holm, au début des années 2000

commentaires

Lotr
23/06/2020 à 10:23

Un grand acteur et merci pour ces oeuvres ! Il mérite hautement sa place à côté des elfes.

Numberz
22/06/2020 à 16:48

Sachant cette anecdote, je verrais autrement le film du Hobbit.
Très touchant.

Kyle Reese
22/06/2020 à 14:34

C’est très touchant.
Il y a des rencontres comme ça dans le cinéma et ailleurs qui tiennent un peu du miracle et qui font des étincelles. Quand 2 belles âmes se croisent ...
Ian Holm transpirait la bienveillance il a su incarner ce personnage à la perfection.
On ne se lassera jamais de le revoir à l'écran quelque soit ses rôles.

Marc
22/06/2020 à 14:11

Leur complicité était évidente est touchante , merci de retranscrire cet hommage de Peter Jackson à Ian holm. Bon voyage Bilbo

Pseudo1
22/06/2020 à 13:26

Punaise, il va me tirer une larme le Peter.
Superbe anecdote, et magnifique hommage.
Ca redonne envie de remater les intros et conclusions du Hobbit...
En attendant le Retour du Roi demain soir à la TV...

Et merci à vous pour avoir traduit ces (grandes) parties de la lettre. Beaucoup se seraient contentés d'une simple transcription, mais l'impact n'aurait clairement pas été le même.

votre commentaire