Mourir peut attendre : c'est James Bond l'objet sexuel, se réjouit Léa Seydoux

Simon Riaux | 3 avril 2020
Simon Riaux | 3 avril 2020

La question du regard porté sur les personnages de cinéma, leur genre et leur sexualité fait partie des débats émergents au sein de la société et des cinéphiles. Mais pour Léa Seydoux, l'objet sexuel n'est pas toujours celui qu'on croit.

Super espion n'ayant généralement besoin que d'un cocktail, un smoking et deux doigts d'astuces pour résoudre des conflits internationaux, James Bond est également un séducteur au rendement industriel. Accumulant conquêtes et coïts entre deux joutes oratoires avec de redoutables terroristes internationaux, l'agent britannique a dispersé ses gamètes à travers les galaxies depuis plusieurs décennies. Et justement, son rapport aux femmes et de plus en plus questionné, voire franchement remis en cause. 

En effet, de films en films, le personnage n'a pas toujours témoigné d'une grande considération pour les innombrables personnages féminins qui ont croisé son chemin. Et à l'heure où le regard  masculin, ou "male gaze" est un objet de débat, alors que de plus en plus de cinéastes cherchent à sortir des carcans induits par un cinéma souvent pensé par et pour les hommes, la question est nécessairement brûlante.

 

photo, Léa Seydoux"Non, c'est toi l'objet sexuel d'abord !"

 

Pas pour Léa Seydoux, qui sera une James Bond Girl d'importance dans Mourir peut attendre et à qui il semble que la question se pose aussi pour le personnage de 007. C'est ce qu'elle a expliqué dans les colonnes de Harper's Bazar.

"On oublie que James Bond est aussi un objet sexuel. C'est un des rares, peut-être le seul, personnage masculin à être sexualisé. Je crois que les femmes, elles aiment mater Bond non ? Regarder son corps ? Non ? Vous ne croyez pas ? Moi, j'aime bien voir des hommes sexy en maillot de bain."

Au-delà de l'intérêt vital pour la nation de ces révélations et de leurs conséquences certaines sur l'industrie du maillot de bain, les propos de Léa Seydoux sont intéressants en cela qu'ils s'amusent à retourner une équation souvent considérée comme entendue. Toutefois, l'expérience de la comédienne au sein de la franchise James Bond n'est peut-être pas si représentative que ça. Non seulement, interprétant un des rarissimes personnages féminins récurrent, elle peut ne pas tout à fait avoir la même vision que beaucoup de la saga, mais elle oublie aussi que cette dernière s'est énormément transformée ces dernières années.

 

photo, Ana de ArmasEt du coup, comment sera traitée Ana de Armas ?

 

En effet, si dès Casino Royale, le corps de Daniel Craig a été mis en scène comme un objet de désir, il s'agit d'un fait plutôt nouveau au sein de la  saga. Ainsi, exception faite des fabriquants de perruques, pas sûr que le traitement  du corps de Roger Moore ait ému grand monde. Et au-delà de la question de savoir qui est un objet sexuel ou non, la question se pose également de savoir qui a la main en la matière.

Si on peut entendre qu'il y a une dimension évidente de sexualisation de Bond, il semble néanmoins que jusqu'à tout récemment, tout objet qu'il soit, scénario et mise en scène ont toujours traité le personnage pour qu'en tout domaine, il obtienne satisfaction. Qu'il soit un objet agissant, et pas seulement une surface plane symbolisant un impérieux désir.

Bref, Mourir peut attendre débarquera le 11 novembre prochain en France, et objet sexuel ou pas, on espère qu'on aura affaire à un sacré objet de cinéma.

 

photo, Lashana LynchDe toute manière, on s'en moque, James Bond c'est elle et pis c'est tout

Tout savoir sur Mourir peut attendre

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

D@rk
04/04/2020 à 21:50

James Bond et les femmes. Les femmes et James bond. Et l'amour dans tout ça ? C'est je t'aime moi non plus !
Ne dit-on pas que deux gloutons ne s'accordent point en une même assiette. (humour)
Pace e amore e buona serata a tutti.

Elio
04/04/2020 à 21:37

@Mad Oula ça sent le ouin ouin de ce côté là. T'inquiète on fera un cocktail avec tes larmes.
"il nous reste déjà plus bcp de choses" bah c'est sûr si toi t'es sur terre que pour baiser ta vie doit être bien triste en fait

TomAndré
04/04/2020 à 15:08

Vive le Mercredi 11 Novembre 2020
J'ai vraiment trop hâte de voir ça !!!

RobinDesBois
03/04/2020 à 20:58

@Mad entièrement d’accord

Gemini
03/04/2020 à 17:32

Bond lui aura quand mis au fond ;) Bond reste Bond!

kyle reese
03/04/2020 à 15:57

@Mad

"Y a pas qu'un seul genre qui veut ken !" c'est vrai, il y a Barbie aussi !

Sinon plutôt d'accord avec ton post.

Abibak
03/04/2020 à 15:50

D'autant plus que souvent la 1ere james girl qui couche avec james bond meure dans le film

Lougnar
03/04/2020 à 15:11

Oui enfin faut avoir la tête avec le corps car Daniel Craig est vraiment pas beau ^^.

Caroline
03/04/2020 à 13:08

Il n'y a pas que 007 qui soit sexualisé comme personnage masculin. S'il y a plus d'acteurs que d'actrices en général, ça nous fait plus de choses å mater, même en dehors des James Bond : Pierce Brosnan à la piscine dans "Madame Doubtfire" ou dans "Thomas Crown", Jason Statham en beau costume dans les "Transporteur" ou "Redemption"... le cinéma est mieux que la vraie vie !

Roger billy
03/04/2020 à 12:34

@Mad
Hahaha Tu m'as tué Mad.... T'as tellement raisons.
On est vraiment dans une société de gros fragile hypocrite aujourd'hui, c'est insupportable.

Plus

votre commentaire