Le réalisateur de Massacre à la tronçonneuse a bien failli faire le remake d'un film culte de zombies

Déborah Lechner | 12 septembre 2019 - MAJ : 12/09/2019 17:35
Déborah Lechner | 12 septembre 2019 - MAJ : 12/09/2019 17:35

Le réalisateur Tobe Hooper connu pour les deux premiers Massacre à la tronçonneuse a bien failli faire un remake du film qui a porté les zombies au cinéma.

En règle générale, quand on pense aux premiers pas des zombies au cinéma, on cite directement l'emblématique Nuit des morts vivants. Mais la figure mythique errait déjà sur le grand écran depuis plusieurs décennies quand George A. Romero a sorti son film qui a révolutionné le genre par la suite.

Ce sont d'abord les frères Halperin qui ont introduit les zombies dans les années 30 avec Les Morts-vivants, même si la représentation des créatures était alors très éloignée de celle d'aujourd'hui où le folklore vaudou est complètement passé à la trappe. L'histoire du film de 1932 est celle d'un jeune couple joué par John Harron et Madge Bellamy invité chez une connaissance, Charles Beaumont (Robert Frazer) qui aime la fiancée de son ami et qui fait donc logiquement appel à un maître vaudou (Bela Lugosi) pour qu'il la transforme en zombie.

 

photo, Bela Lugosi, Madge Bellamy, Robert FrazerMadge Bellamy, Bela Lugosi et Robert Frazer dans le film muet Les Morts-vivants

 

Ce classique de l'horreur aurait pu, en plus d'inspirer le nom du groupe de Rob Zombie, retrouver une seconde jeunesse à l'écran sous la houlette de Tobe Hooper, le réalisateur aujourd'hui décédé de Massacre à la tronçonneuse, Massacres dans le train fantôme ou Poltergeist. Le scénariste Jared Rivet (Jackals) a expliqué lors d'un podcast de Best Movie Never Made comment ce remake farfelu a bien failli voir le jour :

"Tobe Hooper voulait vraiment faire du surréalisme. Il était amoureux de David Lynch à l'époque. Nous voulions rendre les choses plus explicites. Alors j'ai écrit un premier jet... de 33 pages. J'ai pris toutes les idées clés de Tobe et l'intrigue du film original et j'ai écrit ce remake qui rappelait Lucio Fulci, George A. Romero et L'Emprise des ténèbres. La seconde moitié, ce n'était que de l'action, de l'action et de l'action. C'est le script le plus étrange que j'ai écrit."

 

photoMassacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper

 

Rivet a ensuite expliqué qu'Hooper avait détesté ce traitement, ce qui a amené les deux cinéastes à travailler ensemble pour le peaufiner afin d'écrire le script :

"On a décidé d'installer l'intrigue à l'époque moderne, c'était une des choses que Tobe voulait vraiment faire."

Le réalisateur avait même des idées pour le casting. D'après Rivet, il pensait à James Woods et Bruce Greenwood pour le rôle de Charles Beaumont et Christopher Walken, Willem Dafoe, Frank Langella ou Nicolas Cage pour jouer le maître vaudou. Malheureusement ou heureusement, le film n'est jamais allé plus loin qu'une ébauche de scénario et le classique est resté sous terre.

Jared Rivet travaille actuellement sur la série en tournage Are You Afraid of the Dark ?, un reboot de la série horrifique Fais-moi peur pour la chaîne Nickelodeon. Elle sera écrite par BenDavid Grabinski et réalisée par Dean Israelite (Power Rangers). La diffusion est prévue pour octobre prochain.

 

Image 465478

commentaires

Loc
13/09/2019 à 07:48

White zombie / Les morts-vivants de Victor Halperin n'est pas un film muet, mais bien un film parlant. Il y a donc erreur dans le texte accompagnant la photo du film.

Le Waw
12/09/2019 à 18:06

Je suis en général assez contre les remakes. Mais ceux concernant de très vieux classiques des années 20 et 30 ne me dérangent pas au contraire. Je suis un grand amoureux de cette époque, mais certains films ne possédaient pas encore la technique pour arriver à la vision définitive. Ce serait intéressant de voir de grands reals remaker certains classiques comme Caligari par Richard Stanley , White Zombie ou Freaks (que pourtant je trouve parfait) par Rob Zombie (enfin un Rob Zombie qui se sort les doigts du cul et cesse de nous les casser avec ses tueurs cinglés).

votre commentaire