Larry Cohen, le réalisateur des cultes The Stuff, L'Ambulance et Le monstre est vivant, est décédé

Christophe Foltzer | 25 mars 2019 - MAJ : 25/03/2019 10:05
Christophe Foltzer | 25 mars 2019 - MAJ : 25/03/2019 10:05

Il y a des gens qui font tellement partie de notre patrimoine culturel et de notre inconscient collectif qu'on les pense, à tort, immortels. Larry Cohen vient encore une fois de nous prouver le contraire.

Pour les plus jeunes, le nom de Larry Cohen ne dira absolument rien mais, pour les plus anciens de nos lecteurs, ceux qui, enfants, dévoraient Mad Movies et Impact, la petite larme ne tardera pas à couler au coin de leur visage. Oui, le grand Larry Cohen est décédé dans la matinée de dimanche dernier, à l'âge de 77 ans et entouré de ses proches.

 

photo Larry CohenLarry Cohen

 

Avec lui, c'est une certaine idée du cinéma d'exploitation qui disparait également, dans la droite lignée d'un Roger Corman par exemple, mais en moins clinquant et plus terre à terre. Réalisateur, producteur et scénariste, il avait commencé sa carrière à la télévision dans les années 60 avant de se lancer dans le cinéma en 1972 avec son premier long-métrage Bone.

A partir de là, il ne cessera de creuser un sillon à la croisée des genres, tour à tour en versant dans le film de monstres, son mythique Le Monstre est vivant, dans le film catastrophe inspiré du Blob mais avec un yaourt tueur, le très halluciné The Stuff, tout en ne perdant jamais de vue le contexte résolument urbain qui habitait son oeuvre.

 

photo The StuffL'hallucinant The Stuff

 

On lui doit également l'excellent Meurtres sous contrôle que l'on vous conseille de voir incessamment sous peu si vous ne l'avez jamais vu ainsi que le très efficace L'Ambulance avec Eric Roberts. Producteur, il a notamment monté la série des Maniac cop de William Lustig mais c'est comme scénariste qu'il s'est le plus souvent illustré puisqu'on lui doit également les scripts de Phone Game et Cellular, entre autres.

Larry Cohen était donc l'un de ces solides artisans, construisant son oeuvre à la force du poignet discrètement dans son coin, qui n'hésitait pas à remettre les conventions et son époque en question à travers ses oeuvres. Intègre jusqu'au bout, il laissera le souvenir de quelqu'un qui n'a jamais cédé face à l'adversité, quitte à ne pas se réaliser autant qu'il le voulait. Et rien que pour ça, merci monsieur Cohen.

 

Image 466938

commentaires

dams50
25/03/2019 à 21:57

J'avais vu "Le monstre à vivant" au festival Fantastic'art de Gérardmer, il y a .. ouh ... 20 ans ? Le monsieur était présent. Je crois qu'il nous avait raconté que c'était tiré de faits réels où plusieurs cas d'accouchement de "monstres" (ben oui, les nouveaux nés atteints de difformité étaient encore appelés comme cela à une certaine époque) avaient été observés, et qu'ils étaient causés par un médicament prescrit aux femmes enceintes.
Aujourd'hui, si les medocs ne sont plus en cause, ces cas sont encore observables sur des zones de combats où des armes chimiques ont été utilisées.

Opale
25/03/2019 à 11:55

Excellent souvenir de The Stuff, vu il y a fort longtemps en VHS... Un final en roue libre mais film sympathique! RIP Mister...

frencesio123
25/03/2019 à 11:45

Il as beaucoup écrit pour la télévision (c'est lui le créateur de "Les envahisseurs"), il est l'auteur de trois "Columbo" qui font parti des meilleurs de la série :" Quand le vin est tire", "Candidat au crime" et "Exercice fatal".

Blason
25/03/2019 à 10:26

Sa dernière oeuvre je me souviens c'etait dans la serie master of horror ou deux tueur en serie s'affronter, un peu comme si le tueur de Joyride rencontrait celui de Hitcher, mais c'etait ceux de l'ambulance qui gagnait à la fin.

votre commentaire