Skull Island : Kong est-il encore le King après la bande-annonce du Comic-Con ?

Jacques-Henry Poucave | 25 juillet 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Jacques-Henry Poucave | 25 juillet 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Voilà donc la bande-annonce de Kong : Skull Island, présentée au Comic-Con. Et si le spectacle s’annonce phénoménal, ce Kong est-il encore le King qui a marqué l’Histoire du cinéma.

A bien y regarder, le blockbuster semble fondamentalement différent du film de Cooper et Shoedsack, sorti en 1933. Pour la première fois, un de ses remakes s’éloigne totalement de la logique originelle. Si cela ne présage en rien de la qualité du produit fini, voici en quoi Kong tranche radicalement avec ses prédécesseurs.

 



 

Bigger is… Bigger

Les deux différences qui sautent aux yeux en découvrant les premières images de ce nouveau King Kong réalisé par l’auteur de Kings of Summer sont la taille démesurée de la bête et sa posture.

En effet, si dans la version originale de 1933 le super gorille mesurait plus ou moins dix mètres (sa hauteur variait selon les besoins du récit) Kong va désormais taper dans les 100m de haut ! Tout simplement parce que Warner a bien l’intention de lui offrir un duel avec Godzilla en 2019, et que dans cette optique, Kong a besoin d’être à la hauteur, littéralement.

 

comic con bande-annonce

 

Toujours afin d’en faire un combattant plus aguerri, plus humanoïde face au King of Monster, Warner a décidé de faire de lui un bipède quasiment humanoïde. Cette approche avait également été retenue dans le remake de 1976, signé John Guillermin, un film de sinistre mémoire, malgré les présences sensuelles de Jessica Lange et Jeff Bridges.

 

comic con bande-annonce

 

Apocalypse Kong

Tournage au Viêtnam. Hélicos dans le couchant. Silhouettes se découpant sur un mur de flammes ou les volutes de fusées de détresse. Moiteur. Aucun doute, ce Skull Island se frotte directement à l’image d’un classique absolu du film de guerre, et il s’agit d’Apocalypse Now.

Un parrainage plutôt excitant pour un blockbuster à grand spectacle qui entend nous plonger dans l’inconnu et dans un monde résolument hostile, pour peu qu’il pousse cette logique plus loin que celle du simple hommage.

 

comic con bande-annonce

comic con bande-annonce

comic con bande-annonce

Photo

  

La Fin de l’innocence

Toutes les versions de King Kong jusqu’à aujourd’hui et notamment l’original ainsi que la relecture de Peter Jackson étaient non seulement des feel good movies, mais surtout des œuvres transpirant l’innocence. Des récits connectés aux représentations les plus antédiluviennes de l’aventure, de l’héroïne, du héros, de la Bête, du féminin et du masculin. King Kong a toujours été un récit pour enfants.

 

comic con bande-annonce

 

 Désormais, le métrage lorgne clairement du côté du film de guerre et du survival, comme le laisse entendre le trailer du Comic-Con. Et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose, puisque ce changement d’orientation permettra nécessairement au film, à sa mythologie, de se renouveler.

D’autant plus qu’une bidasse tirant à la mitrailleuse lourde juchée sur un crâne de Triceratops, c’est un peu la classe quand même.

 

comic con bande-annonce

comic con bande-annonce

comic con bande-annonce

 

 

Et la Tendresse bordel ?

Le seul point qui peut véritablement inquiéter concernant Kong : Skull Island n’est pas la taille du gorille, mais sa vulnérabilité. Ce qui a toujours fait la puissance émotionnelle du personnage et sa capacité à nous bouleverser, 80 ans après sa première apparition, c’est l’élan de tendresse, d’amour dont le monstre est soudain capable en découvrant Ann Darrow. Un sentiment inattendu, qui causera sa perte et révèle sa fragilité, son humanité.

Or (pour le moment), on ne voit pas comment un colosse de plus d’une centaine de mètres de haut pourrait bien éprouver du trouble en découvrant Brie Larson, si tant est qu’il la voie véritablement.

Or, sans cet ingrédient, Kong risque fort de n’être plus qu’un monstre géant à flinguer, sans particularité, ni capacité à nous émouvoir, ce qui demeure, un peu, quand même la base du cinéma.

 

comic con bande-annonce

 

Choc de (petits) titans

On peut toujours appréhender que les films de monstres géants nous offrent en guise de personnages des coquilles vides. Et si on peut faire le pari que Skull Island ne va pas révolutionner l’écriture cinématographique, au moins le film est désireux de nous offrir une belle brochette de comédiens pour servir de pâture à Kong.

Entre Samuel L. Jackson, John Goodman, Brie Larson et Tom Hiddleston, le film a tout ce qu’il faut pour nous offrir un festival de sourcils froncés, de répliques qui tuent, de deltoïdes contractés et de shorts trop serrés. Grand bien nous en fasse.

 

comic con bande-annonce

comic con bande-annonce

comic con bande-annonce

Photo Tom Hiddleston

comic con bande-annonce

 

 

 

Tout savoir sur Kong : Skull Island

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Solo seul
26/07/2016 à 14:54

@ corleone
Sans compter les tonnes excréments qu'il rejette chaque jour !
Effectivement je n'avais pas pris cela en compte.
La végétation peut effectivement s'accroitre rapidement avec ces tonnes d'engrais. Mais en sachant que les gorilles des montagnes sont des grands mangeurs d'herbes et de feuilles, ils ont besoin d'une végétation dense pour se nourrir (jusqu'à 25 kg par jour et par individu pour une taille de 1,40 à 2 mètres). Connaissant désormais la taille du nouveau King Kong, combien de nourriture lui faut t'il par jour, par semaine et par mois ? ... vous avez deux heures !
Bon a savoir pour le film ;;; pour savoir si un gorille mange bien des végétaux frais, il faut regarder s'il a de la bedaine : c'est signe d'une bonne alimentation !

corleone
26/07/2016 à 13:48

... et maintenant que mon cerveau reprend le fil car tellement j'ai ri au point de renverser mon dessert, je dirais ceci : même si ta remark est pertinente, faut aussi qu'on connaisse la superficie de l'île et sa population totale d'animaux géants et indigènes(et j'ose croire qu'ils n'ont pas été cons au point de ne pas mentionner tout ça dans le script). Parceque si l'île à quasiment la taille d'un petit pays d'au moins 400000Kmcarrés, avec quelques 1000000 de monstres et 2000000 d'humains, là je pense bien que vu sa forte végétation dense et vierge, non industriallisée et pas du tout polluée, se renouvellant normalement et évoluant totalement dans la formule "Cycle de la Vie", Eh ben là tout le monde trouvera son compte en matière de bouffe!!!!

corleone
26/07/2016 à 12:55

"...A ce mmt là si on va par là on peux tout faire, même le faire voler " Tu m'as planté de rire ...

Solo seul
26/07/2016 à 11:53

Pour ma part je n'aime pas du tout ! c'est vraiment du n'importe quoi ! pff Pas du tout respectueux du personnage de base ! 100 mètres de haut !!! vachement pratique pour vivre sur une ile et manger à sa faim... Avec cette taille il n'y a plus de végétation rapidement sur l'ile ! Incohérence quand tu nous tiens ! J'avais déjà détesté Godzilla à cause de ça. Peux être que c'est destiné à des enfants ?! Un peu à la Goldorak ? ... A ce moment là si on va par là on peux tout faire, même le faire voler

Gégéleroutier
25/07/2016 à 20:52

Tom Hiddleston aurait-il envie de jouer Nathan Drake dans un futur film Uncharted ?

Polka
25/07/2016 à 19:17

Il est très bien le trailer, c'est clair.

Mais oui, il va falloir trouver un moyen de faire quelque chose de King Kong, parce que la réussite des précédents films, tient justement à l'émotion que suscite Kong. Sans ça, il n'y a plus ni articulation, ni émotion. Mais surtout pas de personnalité.

Az
25/07/2016 à 19:09

Pour ce film là, j'en ai carrément rien à faire de l'émotion, ce que je veux voir c'est un film d'action épique où des monstres se frottent aux humains. C'est tout. Le trailer est génial, en tout cas. Hâte !

albert
25/07/2016 à 19:09

john goodman reprendrait le personnage de Jack Black?

KLM
25/07/2016 à 18:42

@stivostine

Il a réalisé Kings of Summer, un très beau teen movie à voir. C'est pas la voie classique vers du blockbuster, encore que ça n'est plus si rare ce genre de parcours.

stivostine
25/07/2016 à 18:35

"le remake de 1976, signé John Guillermin, un film de sinistre mémoire, malgré les présences sensuelles de Jessica Lange et Jeff Bridges" vu au cine a l'epoque, pas si sinistre que ca, allons....

Le probleme sil y en a un, c'est le real Jordan Vogt-Roberts, on sait pas grand chose, wait and see .

Plus
votre commentaire