Deauville Asie 2008 : Ouverture à l'est

Vincent Julé | 12 mars 2008
Vincent Julé | 12 mars 2008

Après avoir fêté les 15 ans de Fantastic'arts à Gérardmer avec Stuart Gordon (Ré-animator, Stuck), Neil Marshall (The Descent, Doomsday), Takashi Shimizu (The Grudge) ou Jaume Balaguero (REC.), il était temps de revenir à Deauville après un 33ème festival du film américain pas folichon (surtout le palmarès). Et quoi de mieux qu'un autre anniversaire, le dixième du festival du film asiatique. Du 12 au 16 mars, c'est donc 5 jours, 5 hommages et plus de 50 films.

 
« Mais c'est Deauville SF », a crié notre ami Greg Morin en regardant la liste des jurés longs-métrages et Action Asia avec la présence de Enki Bilal (Immortel), Marc Caro (Dante 01) et Frank Vestier (Eden Log). « Mais non, c'est Deauville Bonnasses », a répliqué Patrick Antona, l'œil (et rien d'autre) rivé sur les noms de Mélanie Doutey, Mylène Jampanoï, Vahina Giocante et même Irène Jacob. Autant dire qu'il y a de quoi passé un festival bien accompagné, avec aussi Patrice Chéreau et Jan Kounen en Présidents ou encore Jean-Hugues Anglade et Lucas Belvaux.

 
En (re)mettant le Japon, la Chine et la Corée à l'honneur, cette édition permet une sorte de retour aux sources pour nous Occidentaux curieux et naïfs qui ont découvert le cinéma asiatique à travers ses trois pays fondateurs et incontournables. L'occasion ainsi de rendre hommage à Im Kwon-taek (Ivre de femmes et de peinture, La pègre), peut-être le plus grand et le plus prolifique réalisateur coréen qui revient avec son 100ème film, Beyond the years. Ou de découvrir deux figures du cinéma indépendant et moderne de Chine avec Jia Zhang Ke (The World, Still Life) et Jiang Wen (Les démons à ma porte, Le soleil se lève aussi). Pour le Japon, pas de réalisateurs mais des monuments tout de même, avec Joe Hisaishi compositeur attitré et inspiré de Hayao Miyazaki et Kôji Yakusho, acteur et muse chez Kyoshi Kurosawa.

 


 
                        Im Kwon-Taek                                                                       Joe Hisaishi 

 
En compétition, beaucoup de premiers films (le coréen Beautiful, le malaisien Flower in the pocket, le chinois Fujan Blue, le taïwanais Keeping Watch, le thaïlandais Wonderful Town), quelques reprises de Cannes 2007 (l'étrange et attachant Funuke Show some love, you losers ! ou l'intemporel et sensuel Ploy) et bien sûr des découvertes, des surprises... qui peuvent aussi, et c'est souvent le cas, venir de la section Panorama.

 

 

Coq de combat

 

 

Enfin, que serait le festival, et encore plus la catégorie Action Asia, sans son Takashi Miike ? D'où Crows Zero et sa castagne lycéenne. Mais le bougre a fort à faire, puisque après avoir gagné le Grand Prix l'année dernière avec le hargneux Dog Bite Dog, Soi Cheang est déjà de retour, et avec du lourd. A savoir, rien de moins que l'adaptation du manga Coq de combat. Un diamant noir en perspective.

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire