Lego Batman, le film : Critique qui casse des briques

Simon Riaux | 6 février 2017
Simon Riaux | 6 février 2017

Après le succès international de La Grande Aventure Lego, Warner revient aux briques jaunes avec Lego Batman, dans lequel le héros de DC Comics invite tous ses confrères à une orgie d’aventures animées. Le justicier masqué y est-il aussi hilarant que dans la précédente adaptation de la licence de jouets ?

 

CASSER DES BRIQUES

Dans le film de Chris Miller et Phil Lord, le Dark Knight, portraituré en post-ado mégalomane et orgueilleux, s’était imposé comme un second couteau de luxe, adoré du public. Warner tentant actuellement de fixer au sommet du box-office le panthéon des héros DC Comics, les voir convoquer dans un spin-off animé n’a rien d’étonnant. Et la marque Lego étant passée maîtresse dans l’exercice de mêler son image à celle de prestigieuses licences dans le domaine vidéoludique, la recette paraît forcément gagnante sur le papier.

Et, en effet on retrouve ici les ingrédients de La Grande Aventure Lego alliés à la philosophie de l’enseigne de jouets. Soit un grand respect du matériau original, une qualité technique impeccable et un ton à mi-chemin entre la révérence et la parodie. Esthétiquement, le canon établi par le métrage survolté Lord et Miller est toujours d’actualité, et il n’est pas rare d’écarquiller les yeux devant le déluge de couleur, la richesse des décors ou la finesse des textures. Une nouvelle fois, Warner nous offre un film techniquement épatant, à la direction artistique immédiatement reconnaissable.

 

Photo

 

BLACK IN YELLOW

Pour les familiers de Batman, ce récit une friandise qui manie la nostalgie avec une certaine intelligence. L’image est ainsi mouchetée de dizaines de clins d’œil aux aventures du héros créé par Bob Kane. Des hommages aux comics, aux films et à l’ensemble de l’univers déployé par DC depuis des décennies pleuvent, souvent pour remettre en perspective les modes, gadgets et images iconiques qui ont marqué l’histoire de la Chauve-Souris.

Mais Lego Batman n’en reste pas là. Les deux firmes derrière les projets bénéficient, via le catalogue Warner, d’une banque de nos personnages gigantesques et ont le bon goût de les greffer à cette Gotham City délirante. Attendez-vous donc à retrouver non-seulement la Justice League, mais aussi un certain requin dénommé Bruce, Voldemort, des dinosaures issus d’un parc d’attraction et énormément d’autres seconds couteaux très affutés.

 

Photo

 

Ensemble, ils contribuent à insuffler à cette gentille folie un souffle méta pas très subtil mais souvent euphorisant. Une nouvelle fois, Warner et Lego parviennent à redonner vie à un coffre à jouets fantasmatique, qui pioche avec hystérie dans tout ce que la pop culture nous a offert de commun ces dernières années.

 

Photo

 

BAT-JAUNISSE

Pour autant, Lego Batman n’est pas tout à fait au niveau de La Grande Aventure Lego. Chris McKay a beau avoir officié sur l’excellent Robot Chicken, il n’est pas aussi virtuose que Lord et Miller loin s’en faut. Moins à l’aise avec les ruptures de ton, pas toujours capable de manier la mise en abîme avec la minutie que requiert le sujet, il confond parfois foisonnement et bordel généralisé.

Une relative faiblesse qui n’empêche pas le film de séduire ou tout simplement de divertir, mais fait un peu craindre que l’alliance Warner/Lego prenne rapidement le même chemin dans les salles obscures que manette en main. Le film qui nous intéresse aujourd’hui est indiscutablement une plaisante aventure, à la richesse et à l’enthousiasme contagieux, mais dont on sent rapidement poindre la nature de produit, déclinable à l’infini.

  

Affiche

 

 

Résumé

Nerveux, drôle et coloré, ce Lego Batman n'est pas aussi virtuose que La Grande Aventure Lego, mais en conserve la dynamique jubilatoire.

commentaires

corleone
07/02/2017 à 17:27

Exactement ce que je voulais !!! Je n'attendais rien de plus ni de moins de ce film que le contenu de cette critique. Merci EL, j'y cours !!!!!

dpo007
07/02/2017 à 11:06

Vu en VF et je confirme, c'est une catastrophe, l'une des pires VF qu'il m'ait été donné d'entendre. Le ponpon étant atteint avec le Joker, très loin d'égaler le doubleur originel .Perso ça à failli me gâcher le film, je conseils donc plus la VO

Pseudo
06/02/2017 à 21:09

Vu en vf et le doublage est tout ce qu'il y a de plus correct, même griezman.

Simon Riaux - Rédaction
06/02/2017 à 18:04

On l'a vu en VO.
Comme tous les films. On précise quand ce n'est pas le cas, mais c'est assez exceptionnel.

Cassius mange des chips
06/02/2017 à 17:48

Et les copains d'écran large, ca serait bien de savoir si c'était en vf ou en vo parceque le doublage vf je crois que c'est le plus gros gag du film non ?

François Pays-Bas
06/02/2017 à 17:23

Le film était en VF ou en VOST ?

votre commentaire