La Face cachée de Margo : critique teen spirit

Geoffrey Crété | 10 mai 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 10 mai 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Comme l'amateur de films d'horreur, celui de teen movie est à l'affût de la prochaine pépite qui lui offrira sa prochaine valse mélancolique, avec un humour et une naïveté plus ou moins assumés. Et sous ses airs de produit ringard, avec l'auteur de Nos étoiles contraires en haut de l'affiche, La Face cachée de Margo avec Cara Delevingne et Nat Wolff se révèle bien surprenant.

Le teen movie est, à l'image de ses héros en pleine puberté et crise identitaire, une créature fragile. Trop naïf et il deviendra la risée des couloirs. Trop torturé et il fera fuir ses camarades. Trop intello et il n'aura pas sa place dans la classe. Ce genre, devenu au fil des décennies un pot-pourri sans identité, repose donc sur un équilibre ténu des forces en présence. C'est pour cette raison que La Face cachée de Margo se révèle être une belle surprise, et l'un des plus étonnantes de ces dernières années, se plaçant dans la lignée de The Spectacular Now et Le Monde de Charlie.

 

Photo

 

Jake Schreier, réalisateur du moyen Robot and Frank, démarre pourtant avec des cartes bien banales en main : l'histoire d'un gentil looser fou amoureux de la fille la plus populaire et anticonformiste du lycée. Un pitch d'autant plus ennuyeux qu'il est étiquetté "Par l'auteur de Nos étoiles contraires", guimauve périmée qui a rencontré un succès phénoménal en librairie puis en salles l'été dernier. Une crainte qui ne fera qu'aider le film à prendre de court le spectateur, emmené peu à peu dans un voyage réjouissant et régressif en compagnie d'une bande de stéréotypes attendrissants, portés par un très bon casting, auxquels l'histoire donne une dimension de plus en plus douce et humaine. Le film dégage ainsi une énergie souvent irrésisitible, à mi-chemin entre le ton parodique d'un Lolita malgré moi avec Lindsay Lohan et le premier degré indé de The Spectular Now et Le Monde de Charlie. En ça, La Face cachée de Margo rappelle la candeur désuette du cinéma des années 80.

 

Paper Towns

 

La valeur de La Face cachée de Margo viendra de ce désir de manipuler les clichés sans s'y noyer, comme le démontre la dernière partie du film sous forme de road trip. La conclusion de cette enquête insolite (un bol d'air frais pour ne pas s'enfermer les banlieues américaines et les couloirs du lycée) rappelle ainsi que le teen movie parle avant tout de la mélancolie adolescente, et ce sentiment de résignation qui menace de prendre possession de chacun.

Parce qu'il refuse de s'enterrer dans la bluette ordinaire, et détourne les codes de la Manic Pixie Dream Girl (un stéréotype de personnage féminin décalé qui illumine la vie du héros, vu dans Garden State ou Buffalo '66), le film dévoile une très belle facette, bien plus nuancée et terre-à-terre que ses péripéties comiques. Margo se joue des clichés au point d'en souffrir, et même le baiser final sans importance, plaqué sur la scène comme une obligation contractuelle, ne pourra atténuer ce sentiment de tristesse. 

Et si le film souffre d'un problème de rythme qui empêche aux trois parties distinctes de s'enchaîner sans heurt, La Face cachée de Margo offre un rôle parfait à Cara Delevingne, star des podiums qui commençait alors à peine à décoller, avant les problématiques Suicide Squad et Valerian et la Cité des mille planètes.

 

Affiche

 

Résumé

La Face cachée de Margo est moins un film stéréotypé qu'un film sur les stéréotypes. Un très beau teen movie, à la fois drôle et mélancolique, très, très loin de s'adresser aux fans de la guimauve Nos étoiles contraires.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Charles
13/08/2015 à 08:23

C'est vrai que les propos de Mississippi sont d'une intelligence , et d'une compréhension qui élèvent le niveau à des cimes jamais atteinte .... Sinon vous auriez pu aussi parler de la belle composition de Ryan Lott pour le film ( oui je suis un fan absolu de Son Lux donc ceci explique surement cela )

west666
11/08/2015 à 10:46

gros sourcils le retour mdr.............

Louig
11/08/2015 à 10:31

@mississipi

En même temps est ce que t'arrives à comprendre ce que tu as écrit ? Le problème vient peut être de là ....

SMQ
05/08/2015 à 21:59

Perso j'avais trouvé 'Nos étoiles contraires" très bien... (et mon adolescence est déjà bien loin..)

Mississippi
05/08/2015 à 20:18

Vous faites pitié vous avez même pas réussi à comprendre le film les morales. Il y a des propos que je trouve débiles dans votre rapport certains oui et certains non !

votre commentaire