Un illustre inconnu : la critique

Simon Riaux | 15 novembre 2014
Simon Riaux | 15 novembre 2014

Précédé d'une campagne promotionnelle passablement odieuse, qui aura vu des communicants usurper l'identité de journalistes sur les réseaux sociaux, Un Illustre Inconnu a également souffert du choix de Mathieu Kassovitz de le favoriser au détriment de Vie Sauvage, dont il est également à l'affiche. Autant de polémiques qui n'illustrent en rien le film qui nous intéresse.

Rares sont les réalisateurs à choisir de varier les genres et les approches, comme Mathieu Delaporte, révélé par le succès du Prénom. De même, on se félicite de découvrir un long-métrage qui embrasse totalement la fiction et sa dimension romanesque, sans s'inquiéter des canons grisonnants de la plupart des productions hexagonales. Porté par un comédien investi physiquement et moralement, le film nous offre un personnage principal d'une complexité souvent passionnante.

Sorte de serial killer répugné par les corps, mais dévoreur d'identités malheureuses, Mathieu Kassovitz impressionne. Avec une aisance étonnante, il se glisse dans les failles, embrasse les zones d'ombre de ceux dont il happe la personnalité, avec une gourmandise glacée et angoissante. Une interprétation de premier ordre, qui culmine à la faveur d'un retournement de situation qui change brusquement la perspective du film et les attentes du spectateur.

Hélas, un twist peut parfois tuer un film. C'est ce qui se déroule ici, alors que la transformation radicale opérée par le récit tue de manière abrupte bien des pistes qu'offrait cette histoire torturée, pour se focaliser sur une rédemption artificielle et tardive. Dès lors, le message se brouille, le film bégaie et ses défauts se font jour. Car aussi ambitieux qu'il soit thématiquement, Un Illustre Inconnu souffre d'une mise en image trop statique, pour ne pas dire poussiéreuse, à l'image de sa photographie, qui évoque plus un cliché défraîchi qu'une cartographie des ténèbres. Et l'ensemble de sombrer lentement dans un gouffre d'ennui, jusqu'à une conclusion à la fois attendue et difficilement vraisemblable.

Résumé

Complexe et prometteur, le film pêche par manque de cohérence narrative et de tenue visuelle.

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires

Netsplit
15/11/2014 à 22:44

hey , marla .. ton blog il est mauvais ... tres mauvais ...

votre commentaire