Critique : La Voleuse de livres

Simon Riaux | 27 janvier 2014
Simon Riaux | 27 janvier 2014

Si l'enfer est pavé de bonnes intentions, il en va de même pour les navets, dont les bons sentiments, épais comme du mauvais sirop, se muent en une mélasse au sein de laquelle réalisateurs, spectateurs et acteurs s'empêtrent jusqu'à l'asphyxie. Que l'histoire de La voleuse de Livres, enfant allemande à qui la Guerre, la privation et l'intolérance feront découvrir le verbe et la valeur des mots recèle un évident potentiel cinématographique ne fait aucun doute, mais que le rouleau compresseur hollywoodien soit le plus à même d'en retranscrire la force, voilà qui est bien plus discutable.

Que penser d'un film situé au cœur du IIIème Reich en pleine seconde Guerre Mondiale, dont les personnages positifs s'expriment en anglais et les antagonistes en allemand, sinon qu'il méprise singulièrement ceux dont il ausculte la destinée tragique ? Ainsi le métrage compose-t-il une vision manichéenne au possible du monde qu'il dépeint, où le Bien et le Mal sont plus que clairement identifié, une vision si limpide qu'elle ne nous implique pas et ne raconte rien que le moindre écolier n'ait déjà entendu cent fois.

Les comédiens comme le scénario ne se foulent d'ailleurs pas pour sauver l'ensemble, Geoffrey Rush et Emily Watson se contentant de plisser leurs yeux humidifiés par de serviables maquilleuses pour mimer l'émotion. On n'en voudra pas trop à la comédienne principale, la toute jeune Sophie Nélisse de composer une improbable partition, tant il paraît invraisemblable d'avoir sélectionné une unique actrice pour interpréter un personnage de ses 12 à 17 ans. Rien n'étant crédible et les acteurs s'inquiétant finalement peu de leur sort, c'est finalement à la voix off (mi-Faucheuse, mi-intervenant divin) qui se retrouve obligée pour nous remuer les tripes de pratiquer lors du dernier acte un odieux chantage à l'émotion. L'échec est cuisant, intégral et devrait au moins avoir le bon goût de renvoyer Brian Percival à la réalisation de séries télévisé, où il occasionnera moins de dégâts.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire