Du plomb dans la tête : Critique

Vincent Julé | 27 février 2013
Vincent Julé | 27 février 2013

Après Le Dernier Rempart et Die Hard 5, s'est posée la question du sort à réserver aux stars du cinéma d'action des années 80. Sont-elles expendables ? Ont-elles plus leur place à l'écran ou au musée ? Avec Du Plomb dans la tête, Sylvester Stallone et Walter Hill choisissent de ne pas répondre, de ne pas trancher. En effet, ces deux-là ont mis le temps pour tourner ensemble, donc ils font leur film de leur côté, un bout de péloche anachronique. Du plomb dans la tête n'est ainsi ni un best of, ni une parodie, mais une vraie série B, efficace et violente.

 

 

Le buddy movie, le méchant, l'action, jusqu'aux fautes de goût... tout fonctionne car le film a la bonne idée de calquer son rythme sur la démarche de boxer de Sly. Un peu maladroite, mais tellement cool. L'hommage n'est alors pas loin, mais l'équilibre n'est jamais rompu grâce à l'honnêteté de l'entreprise et à la bonne distance, une sorte de premier degré et demi. Et puis lorsqu'il s'agit de filmer un gunfight dans un bar ou un axe-to-axe entre Sly Stallone et Jason Momoa, un Walter Hill âgé de 71 ans et quasi aveugle vaut tous les John Moore du monde.

 

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire