Films

Mama : critique maternelle

Par Laurent Pécha
10 octobre 2017
MAJ : 30 mars 2020
1 commentaire

En 2008, Andrés Muschietti, futur réalisateur de la nouvelle version de Ça et sa sœur, Barbara (co-scénariste et productrice), surprenaient leur monde avec un court-métrage, Mama, tour de force technique (un plan séquence virtuose) doublé d’une belle frousse – le film est visible sur youtube -. Un court qui a fini par taper dans l’œil de Guillermo del Toro qui a alors aidé les Muschietti à mettre sur pied une version longue de Mama.

photo

MAMA MIA

Si on retrouve effectivement une relecture toute aussi effrayante du court dans leur film, il s’agit désormais de développer une vraie histoire. Soit une toute autre gageure ! La peur de se retrouver face à des petits malins ayant redoublé d’efforts visuels pour se faire repérer est néanmoins très vite estompée par un prologue rondement mené où l’art de la narration du duo doublé d’un savoir-faire technique virtuose impriment chaque image.  

 

Jessica Chastain ici ressemble un peu à Finn Wolfhard non ?

 

On est ainsi happé par cette histoire sombre de deux petites filles laissées pour mortes suite à une tragédie familiale et qui vont être sauvées par une dangereuse et mystérieuse présence, la fameuse Mamá du titre. Et le film de dérouler par la suite une habile et étonnante variation des fameux films de fantômes asiatiques, tout en offrant une émotion bien plus palpable que dans la majeure partie de ses devanciers.

Pour ce faire, Andrés Muschietti mise sur une caractérisation des personnages d’une efficacité redoutable à défaut d’être incroyablement originale et a su s’appuyer sur des choix de comédiens des plus justes. Outre les deux enfants, criants de naturel, Jessica Chastain en jeune femme forcée de cohabiter avec une progéniture qu’elle ne désirait pas, confirme qu’elle peut être crédible dans tous les rôles, tous les genres et même tous les looks.

 

Photo Nikolaj Coster-WaldauDis donc, on t’aurait pas déjà vu en armure quelque part toi ?

 

UNE CHANSON DOUCE

Développant une histoire solide qui réserve un changement de ton particulièrement risqué mais totalement gagnant (et à qui le succès du film actuel aux USA doit sûrement beaucoup), le jeune cinéaste fait montre d’une connaissance incroyablement mature de la peur cinématographique. Et même novatrice lors d’une séquence à l’intelligence visuelle phénoménale, prouvant que l’on peut encore étonner le plus endurci des fans de films d’horreur lorsqu’on réfléchit en termes de signifiant lors de sa composition de plans.

 

Rédacteurs :
Résumé

Qu'importe alors les quelques maladresses ou approximations du récit - dues, tout à la fois, à la richesse de l'intrigue et au désir de garder un rythme soutenu  -, Mamá s'avère bien, au final, être la plus belle proposition de cinéma horrifique grand public vue depuis bien longtemps sur un écran de cinéma. Et nous de signer tout de suite un long bail avec cette talentueuse famille Muschietti. 

 

Autres avis
  • Geoffrey Crété

    Un film d'horreur banal du début à la fin, qui cache son intrigue bidon, ses enjeux bas de gamme et ses effets vus mille fois, derrière quelques images et coups de direction artistique amusants.

Tout savoir sur Mamá
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
pepe

Mouais le seul fait de voir le « monstre » plusieurs fois m’a gâché le film …