Anonymous : Critique

Laurent Pécha | 10 septembre 2011
Laurent Pécha | 10 septembre 2011

Shakespeare est-il le plus grand dramaturge que la Terre ait jamais porté ? En sortant de Anonymous, la question n'est plus de mise tant l'homme est parvenu à transformer un demolition man teuton adepte du gros blockbuster bourrin en cinéaste inspiré et classieux. Et c'est en évoquant la rocambolesque hypothèse que Shakespeare ne serait pas l'auteur de ses pièces que Roland Emmerich a effectué cette fulgurante mue. Un cinglant paradoxe !

En sortant de ce thriller historique mené tambour battant, on se pincerait presque pour être bien sûr que c'est l'auteur de Independence Day, Godzilla et autre 2012 derrière la caméra.  Si on pouvait effectivement déjà déceler une réelle efficacité dans ses films précédents pour gérer des récits éclatés à multiples personnages, on ne l'avait encore jamais vu faire preuve d'une telle maturité narrative pour les faire exister humainement.

 

 

Prenant à bras le corps une histoire hors du commun au point de presque nous convaincre que les faits relatés se sont bien passés, Emmerich joue la carte du conteur éclairé. Il soigne sa reconstitution historique au point de recréer un 17ème siècle londonien plus vrai que nature. Il prend son temps pour tisser une toile nébuleuse qui va, petit à petit, lier intimement (et le mot est presque faible) tous ses protagonistes. Il jongle avec les époques multipliant les allers-retours temporels pour densifier les querelles émotionnelles et créer une empathie envahissante pour des personnages ne sachant ou ne pouvant jamais choisir entre ce qu'ils sont et ce qu'ils aimeraient être ou faire.  Il y a de l'élan romantique chez notre Emmerich ! Et il y a aussi un aspect érudit habile qui lui permet de ne jamais tomber dans le piège, pourtant immense, du Shakespeare pour les nuls comme l'avait fait par le passé John Madden avec Shakespeare in love.

 

 

Bien sûr, le réalisateur ne résiste pas à quelques facilités concernant les clins d'œil à l'œuvre du dramaturge anglais mais il lui suffit de nous replonger dans son incroyable histoire d'amour impossible pour que son Anonymous redevienne passionnément tragique. Et offrir l'occasion à Vanessa Redgrave et Rhys Ifans d'interpréter des rôles mémorables, bien épaulés par une kyrielle de seconds rôles parfaitement dirigés.

 

Résumé

Et voilà comment en un seul film, maîtrisé de bout en bout, Emmerich éclipse son étiquette de réalisateur pyrotechnique sans qu'aucune imposture ne soit de mise.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.5)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire