Il n'est jamais trop tard : Critique

Laurent Pécha | 5 juillet 2011
Laurent Pécha | 5 juillet 2011

Retrouver Tom Hanks derrière la caméra est un événement. Non pas que le comédien soit un cinéaste d'exception mais il aura fallu attendre 15 ans depuis son premier et sympathique film, That thing you do ! pour le voir à nouveau à l'œuvre. Qu'il reprenne enfin la casquette de réalisateur, laisse supposer que ce Il n'est jamais trop tard lui tient particulièrement à cœur.

Et l'on comprend effectivement vite pourquoi cette comédie romantique sociale colle parfaitement à ce qu'a toujours laissé transparaître l'interprète de Forrest Gump. Il y a comme une évidence à voir Hanks incarner cet homme touché de plein fouet par la crise économique. Viré du jour au lendemain de son job, il va se résoudre à reprendre ses études car en Amérique, plus que nulle part ailleurs, il n'est jamais trop tard (saluons ici l'excellent choix du titre français).

 

 

On a très souvent comparé Tom Hanks à James Stewart, dans sa capacité à représenter l'américain moyen, ce John Doe auquel le public peut si facilement s'identifier. Et le comédien de le personnifier ici dans toute sa splendeur et de rendre son expérience très familière. Mais au pays de l'oncle Sam, il ne suffit plus désormais d'être gentil et sympa pour avoir une seconde chance, il faut aller la chercher, se métamorphoser et le film de nous montrer comment Hanks va petit à petit se transformer au contact de jeunes (soit l'avenir de l'Amérique, personnifiée par l'actrice black, Gugu Mbatha-Raw) pour devenir une sorte de Gary Cooper des temps modernes.

 

 

Plus cool, mieux habillé et coiffé, plus rock n'roll, son personnage peut désormais avoir cette chance qui lui tend les bras. Et tenter d'aller conter fleurette à sa belle professeur, aigrie et ayant elle aussi besoin d'un nouveau départ sans vouloir se l'admettre. L'occasion pour Julia Roberts de faire le show avec jubilation et de remettre le film dans les rails plus classiques mais jamais convenus de la comédie romantique. Voir le duo se donner la réplique et tomber amoureux, fait parti de ces petits plaisirs de cinéma qui ne se refusent jamais. Il n'est effectivement jamais trop tard pour apprécier les gens de talent !

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire