Films

Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu : Critique

Par Sandy Gillet
6 octobre 2010
MAJ : 29 mai 2024
0 commentaire
default_large

Les films de Woody Allen se suivent et se ressemblent à tel point que sa filmo récente (disons depuis Harry dans tous ses états en 1997) se perd facilement dans les méandres de la mémoire du cinéphile/cinéphage forcément sélective. Pour un Match Point en 2005 qui semblait annoncer une sorte de renouveau hors des frontières new-yorkaises, que de films présentant un pedigree sensiblement idoine ou déclinable à l’envie. Bref après un Whatever Works, son précédent film, inspiré mais aux ingrédients connus, voici donc You will meet a tall dark stranger présentant les mêmes caractéristiques mais avec un degré de lassitude pour le spectateur sensiblement plus élevé.

 

 

À tel point que l’on pourrait se demander si Woody Allen ne nous couve pas depuis un bail une crise de « jeunisme » à l’instar de son personnage central joué par Anthony Hopkins qui décide de plaquer 40 ans de mariage en voulant rattraper le temps perdu et provocant par la même occasion le chaos autour de lui. Il est en effet indéniable que notre cinéaste new-yorkais tente de retrouver l’inspiration de ses films qui lui ont assurés une renommée mondiale. Plus prosaïquement, on peut aussi y voir comme la volonté maladive de se maintenir à flot. Un peu comme si chaque film réalisé, telle une pulsation cardiaque forcément vitale, repoussait toujours un peu plus l’échéance.

 

 

Une échéance que l’on retrouve dans le titre (le « tall dark stranger ») et qui est appréhendé d’une manière « allénienne » (entendre par là d’une manière assez prévisible) par chacun des protagonistes à sa façon. En cela le dernier Allen n’est autre que ce souffle de vie nécessaire à l’homme derrière la caméra. Et devant une telle volonté, le spectateur que nous sommes ne peut que s’incliner. Pour une fois il ne faut donc pas se demander ce que le film peut nous apporter mais bien de comprendre qu’il est un petit miracle permanent permettant tout simplement au cinéaste de vivre sa vie.

À revoir donc pour révision de jugement… Mais le plus tard possible !

 

Rédacteurs :
Résumé
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires