Critique : Monstres contre aliens

Jean-Noël Nicolau | 25 mars 2009
Jean-Noël Nicolau | 25 mars 2009

La 3D sera-t-elle le nouveau gadget susceptible de sauver les studios en manquent d'inspiration ? Pour un Avatar de James Cameron, combien de slashers anodins et de dessins animés tout juste corrects ? C'est un peu la question que l'on se pose devant Monstres contre aliens, qui, s'il n'exploitait pas brillamment la technique qui en met plein la vue, ne serait sans doute que sympathique.  

 

Oui, on rit, parfois de très bon cœur, en particulier grâce aux excellents doubleurs (Seth Rogen, Kiefer Sutherland ou Hugh Laurie dans la VO, pas rien, ça). Oui, il y a du rythme et de bonnes séquences, mais on flirte avec le déjà-vu, le gentiment moyen, le poliment facile. Entre enfantillages plus ou moins irrésistibles (le Blob doublé par Rogen est la star du film) et scènes spectaculaires attendues, on pourra presque trouver le temps un peu long. Si on découvre le film en deux dimensions...

 

Car en 3D, la donne est changée. Les lunettes bien vissées sur le nez, on est immédiatement plongé dans une œuvre qui exploite enfin les possibilités de cette technologie. Non seulement on en prend plein les pupilles dans les séquences de destruction massive (le vrai climax est la poursuite dans San Francisco au 2/3 du métrage), mais on est perpétuellement titillé par les détails. Ici une profondeur de champ à plusieurs niveaux inédite, là un vol de feuilles qui semble s'épanouir directement dans la salle. On en ressort avec la migraine, mais conquis.

 

Alors peu importe l'histoire et son déroulement prévisible, peu importe les gags routiniers. En tant que divertissement bourrin et rigolo, Monstres contre aliens séduit sans mal. C'est loin d'être inoubliable, mais si vous avez la chance de le découvrir dans sa vraie version, en 3D, voire mieux, en IMAX 3D, cela pourrait être un choc, une révélation. Qui vous fera d'autant plus attendre les performances à venir...

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire