Les Noces rebelles : Critique

Jean-Noël Nicolau | 18 janvier 2009
Jean-Noël Nicolau | 18 janvier 2009

L'horreur lancinante du couple, l'effroi cotonneux du quotidien, les prisons que l'on se construit tout seul, ce sont les territoires que Sam Mendes ne cessent d'arpenter depuis American beauty. L'inexorable dégoût de la routine qui mène à la rupture (amoureuse, sociale, mentale, physique) et à l'événement dramatique. Les Noces rebelles est une variation sur ce thème, mais qui confine ici à la cruauté la plus désespérée. La rencontre idyllique entre les deux amants est présentée en une scène et, avant même le générique d'ouverture, nous sommes au cœur d'une histoire déliquescente. Tout ne sera plus que tragédie et blessures.

 

 

Frank Wheeler s'enferme dans le modèle de réussite sociale, tandis que sa femme, April, fantasme les espaces situés au-delà de la banlieue et du rêve américains. Titanic à l'envers ? C'est ce que l'on pourrait aisément conclure, tant les retrouvailles du couple mythique se présentent comme une coda cauchemardesque au film de James Cameron. Un malaise renforcé par le fait que Sam Mendes est le mari à la ville de Kate Winslet. Offrir un tel rôle à sa femme s'apparente alors à un exorcisme aussi malsain que fascinant. Transcendée par cette catharsis, l'actrice y délivre une performance épidermique dont elle a le secret (et qui devrait, enfin, lui accorder un Oscar). Face à elle, DiCaprio, étrangement massif et tourmenté, se révèle sous un nouveau jour en salaud innocent.

 

 

Par-delà la force de son thème et de ses interprètes, le film n'évite pas certaines facilités. Mendes a toujours tendance à sursignifier par sa mise en scène, et le personnage du fou, qui est bien sûr le plus censé de tous, est un peu trop théâtral. Mais Les Noces rebelles apparaît surtout comme une œuvre déchirante, qui rappelle fortement par instants les grandes éclats d'un Maurice Pialat qui se serait expatrié à Hollywood (pas le moindre des paradoxes). Et avec beaucoup de justesse et d'ironie, le film s'achève sur un plan qui en souligne toute l'intelligence. Probablement le meilleur film de Sam Mendes, Les Noces rebelles impose sa révolution dans sa violence latente, parfois insoutenable, révélée par des images et des performances aussi sublimes que désenchantées.

 

 

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire