Critique : Gutterballs

Ilan Ferry | 10 octobre 2008
Ilan Ferry | 10 octobre 2008

Imaginez un croisement entre Scream et The Big Lebowski ...vous en rêviez ? Ryan Nicholson l'a fait ! Rassurons toutefois les sceptiques : si le fruit de cette union contre nature avait une chance sur deux pour se révéler pompeux et broyé sous le poids écrasant de ses illustres références, il n'en est rien. En toute humilité, Nicholson nous livre ici une série Z totalement décomplexée qui tâche de partout ! En résumé : C'est con, filmé comme un porno, mais qu'est ce que c'est bon !!

Tueur ridicule arborant un sac de bowling comme masque, meurtres aussi déviants qu'inventifs, personnages crétins aux dialogues cultes («J'aurais pu être ton père si un bison n'était pas passé avant moi ! ») et plans nichons à foison, Gutterballs ne recule devant aucun outrage et dépasse allégrement les barrières du mauvais goût ! Jusqu'auboutiste dans l'humour graveleux et le gore à gogo (on pense plus d'une fois aux fleurons de la Troma) le film de Ryan Nicholson sonne aussi comme un vibrant hommage au giallo et aux œuvres d'un John Waters au meilleur de sa forme. 100% Old school, Gutterballs renvoie directement à tout un pan du cinéma d'exploitation et devrait ravir les amateurs de séances Bis.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire