Critique : Rachel se marie

Laurent Pécha | 3 septembre 2008
Laurent Pécha | 3 septembre 2008

Quatre ans que l'on n'avait pas revu Jonathan Demme à la tête d'un long-métrage de fiction, le cinéaste étant parti avec succès du coté du documentaire, délaissant un univers qui ne lui a jamais permis de confirmer la consécration venue avec Le Silence des agneaux. Et le voilà qui revient avec Rachel se marie, soit en apparence une œuvre bien mineure dans la mouvance des éternelles comédies romantiques dont Hollywood a le secret. D'autant que pour l'occasion, il fait appel pour le premier rôle à la jolie mais un peu fade Anne Hathaway, spécialiste du genre... C'est donc parti pour de la guimauve insipide et au mieux plaisante...

Tout faux ! Et dès les premiers instants, le ton est donné : Kym (Hathaway) sort d'une longue cure de désintoxication, elle est récupérée par son père et sa belle-mère qui la ramène à la maison pour le mariage de sa sœur ainée Rachel. On sent déjà que tout ne va pas être rose lors d'un long week-end où les fantômes du passé vont venir mettre à mal le fragile équilibre de la famille Buchman.

Filmées en caméra épaule par un Jonathan Demme en grande forme (celle des années 80), ces retrouvailles touchent à l'intime. On y parle à cœur ouvert des relations familiales toujours aussi complexes - surtout ici et l'on comprend vite pourquoi - et le récit de mêler habilement séquences de joie (on célèbre quand même un mariage !) et scènes émotionnellement fortes où la vérité éclate avec dureté. Avec un naturel confondant, qui renvoie plus d'une fois aux grandes heures de John Cassavetes, les comédiens arrêtent simplement de jouer pour être cette grande famille réunie pour le meilleur mais aussi le pire. On ne regarde plus alors un film autour d'un mariage, on est le témoin (le cousin, l'ami, la tante,...) privilégié de l'évènement et de souffrir avec eux des blessures irréparables qui poursuivent les Buchman depuis des années.

Au cœur de cette tumulte intérieure, Anne Hathaway révèle un talent d'actrice immense. Elle nous emporte loin dans l'émotion, bien épaulée par ses partenaires, faisant ainsi de ce Rachel se marie une œuvre toute sauf mineure. De celles qui restent longtemps dans un coin de la tête par leur capacité inouïe à nous rappeler la fragilité de notre vie.             

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire