Critique : Voyage au centre de la Terre - 3D

Patrick Antona | 12 juillet 2008
Patrick Antona | 12 juillet 2008

Après La Légende de Beowulf et de L'Étrange Noël de Monsieur Jack en 3D, Hollywood continue de surfer sur la vague du renouveau du cinéma en relief en proposant une nouvelle version du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, capitalisant sur le potentiel fédérateur des écrits du père de la SF moderne. Car le film d'Eric Brevig, spécialiste des SFX dont c'est ici la première réalisation, vise essentiellement un public familial, voire juvénile, s'appuyant sur un trio d'aventuriers malgré eux, usant du roman de Verne non comme une fiction mais comme d'un guide qui les mènera dans les entrailles de la Terre.

 

Mené allègrement par Brendan Fraser, endossant à nouveau avec métier le costume de scientifique au look post-adolescent (comme dans la série des Momie), flanqué de son neveu (Josh Hutcherson, abonné au genre depuis Zathura), et d'une jolie guide scandinave (la blonde Anita Briem), le trio se verra confronté tour à tour aux menaces naturelles de ce monde perdu : éruption volcanique, phénomènes magnétiques, poissons volants carnassiers et bien sûr des dinosaures. Si la structure du récit emprunte souvent au genre du film d'attraction et aligne des séquences spectaculaires directement inspirées des Indiana Jones, l'efficacité principale du Voyage au centre de la Terre 3D réside dans un visuel somptueux et cette volonté manifeste de maximiser les scènes où la 3-D prend toute sa mesure, même si parfois le comique permet d'en atténuer l'apparente gratuité. De la séquence subjective du lavabo où l'on se reçoit le crachat de Brendan Fraser à celle plus choc et réjouissante des poissons volants, sûrement l'une des meilleures idées scénaristiques, les techniciens s'en donnent à cœur joie pour en mettre plein la vue au spectateur, sans danger de filer le moindre mal de crâne au spectateur malgré le niveau d'immersion totale.

 

Avec son histoire rondement menée en 90 minutes, le film d'Eric Brevig est le parfait exemple du  divertissement familial, au charme suranné et savamment calculé, quoique le sens du merveilleux dégagé par l'ensemble est quelque peu brouillé par un message capitaliste bien balourd. Gageons toutefois que Voyage au centre de la Terre 3D saura donner envie aux enfants de se plonger dans la lecture de Jules Verne et de ces Voyages extraordinaires, aux papas de s'intéresser un peu plus aux mystères de la vulcanologie et de la tectonique des plaques, surtout si ceux-ci sont enseignés par la gironde Anita Brien, et aux studios hollywoodiens d'aller encore plus loin dans l'exploitation de films en relief.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire