Critique : Oliver !

Par Nicolas Thys
29 avril 2008
MAJ : 12 octobre 2018
0 commentaire

A revoir l'Oliver! de Carol Reed une quarantaine d'années après sa sortie en 1967, on y retrouve quelque chose des dernières œuvres de Tim Burton même s'il ne s'agit que d'impressions fugitives : la pauvreté et l'innocence d'un Charlie, le Londres reconstitué et (en)chanté de Sweeney Todd voire le faciès de singe démoniaque d'Oliver Reed. Seules les images de synthèse et les couleurs numériques d'un Burton ont remplacé les sublimes décors en carton pâte, référence au Strassen Film, et les costumes hauts en couleurs du film de Carol Reed.

 

D'ailleurs même si Oliver! peut aisément être considéré comme un film pour enfants et vu par les enfants, l'aspect comédie musicale n'altère en rien la violence et la force du propos, montrant un univers adulte perverti auquel les enfants sont soumis malgré eux, tentant de survivre et d'expérimenter tant bien que mal et avec toute leur naïveté leur conception du bien et du mal : vol, meurtre, famine, misère, maltraitance, appât du gain, tout est là. Comment vivre au milieu de tout ça ? Les couleurs chaudes et le comique apparent de certaines séquences ne viennent, finalement, que renforcer le côté sordide et noir de cet admirable conte réaliste.

Rédacteurs :
Résumé
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires