Critique : Le Conquérant

Nicolas Thys | 17 décembre 2007
Nicolas Thys | 17 décembre 2007

Le Conquérant n'est rien d'autre qu'un simili western détourné, une occasion pour Howard Hugues, le producteur, d'entremêler chevauchées sauvages dans des grands espaces quasi désertiques, vengeance suite à un parricide, conquête de nouveaux territoires et combats entre deux groupes opposés tout en narrant les exploits de celui qui allait devenir Gengis Khan. En outre, le choix de l'acteur principal, John Wayne vaguement grimé, conforte cette position.

Mais ce qui aurait pu faire un bon film d'aventure tourne court très vite. Dick Powell, vu chez Busby Berkeley et passé réalisateur se révèle un bon directeur d'acteurs mais sa mise en scène est particulièrement fade. Il ne s'intéresse qu'à ses personnages, de surcroit dépourvus de psychologie, à coup de gros plans ou de plans moyens dans un format large qui ne lui sied pas, les scènes de bataille sont trop fixes et peu rythmées, et une erreur de casting rend le tout assez peu crédible. Si John Wayne s'en sort assez bien, Susan Hayward - sans remettre en cause ses qualités d'actrice - est difficilement identifiable à une tartare, son faciès occidental donnant sans cesse l'impression qu'elle a dû se tromper de film.

Particulièrement rocambolesque mais assez prévisible le scénario n'arrange rien. Seul élément à sauver : la partition de Victor Young, particulièrement réussie même si elle a tendance à valoriser l'aspect western détourné au détriment du film d'aventures pseudo-historiques que Le Conquérant aurait dû être.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire