Critique : La Mariée était en noir

Par Jean-Noël Nicolau
10 septembre 2007
MAJ : 25 février 2020
0 commentaire

La Mariée était en noir est un opus à la fois atypique et en même temps très personnel pour François Truffaut. Véritable hommage à l'un de ses maîtres, le film est une déclaration d'amour au cinéma d'Alfred Hitchcock. L'élément de filiation le plus flagrant étant l'omniprésente partition de Bernard Hermann, parfois en décalage avec l'action, mais œuvrant toujours dans la grandiloquence sophistiquée.

Certes, Truffaut ne parvient pas à bâtir un suspens aussi précis et prenant que ceux du grand Alfred. Cette Mariée possède un rythme un peu trop métronomique et ne crée que quelques scènes de réelle tension. De surcroît, le fond de l'histoire est un peu décevant. Les qualités sont donc à chercher du côté d'un casting incroyable (Moreau, Bouquet, Lonsdale, Brialy, Rich, Denner) et de l'intrigant processus d'imitation développé par Truffaut. Vampirisant son modèle, il précède le post-modernisme obsessionnel d'un De Palma, provoquant ainsi la fascination du cinéphile. Pour le spectateur néophyte, la Mariée était en noir demeure un film de genre français de belle tenue, en forme de petit classique à redécouvrir. 

Rédacteurs :
Résumé
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires