Les 4 Fantastiques et le Surfer d'argent : critique

Didier Verdurand | 10 avril 2014
Didier Verdurand | 10 avril 2014

Derrière le joli succès des 4 Fantastiques en 2005, se cachait un léger mécontentement, surtout auprès des fans du comics et des plus de 17 ans. Alors pour les faire revenir dans les salles à l'occasion de la sortie de l'inévitable séquelle, la 20th Century Fox a eu la bonne idée de faire apparaître un personnage culte de la série en la personne du Surfer d'argent, jusqu'à le nommer dans le titre.

Si les puristes pourront crier au scandale en réclamant une franchise à lui tout seul (les ventes du comics dont il est le héros n'incitent pourtant pas à l'optimisme béâ), cette arrivée donne le peps attendu. Aidé par des effets spéciaux frôlant la perfection, le Surfer réussit à être crédible et à gagner les faveurs du spectateur à chacune de ses apparitions. Un bémol de taille, pourtant : l'absence de son maître Galactus, scandaleusement transformé en un gigantesque nuage, une facilité qui en choquera plus d'un - dans le comics, c'est un géant (pas loin de 9 mètres) au look hardcore. On se doute que la raison de ce choix artistique douteux vient de la production (le budget atteint déjà 130 millions de dollars), n'empêche...

 

 

Autre regret, le retour de Fatalis, très inquiétant dans le comics, et qui ne parvient décidément pas à convaincre. Non seulement l'erreur de casting se confirme, mais il n'est pas non plus servi par un scénario qui exploite fort mal son potentiel. Tout juste à sauver, une scène d'action efficace lors d'un duel avec la Torche, survitaminée. On aimerait bien voir un autre super-vilain (on vote pour Namor) le remplacer dans le troisième épisode.

 

 

Et les 4 Fantastiques ? Toujours sympathiques et légers - lourdingues diront les mauvaises langues - dans leur humour... Comme dans le premier opus, la volonté est de plaire à un jeune public et de ne pas déplaire aux adultes. A ce sujet, pas grand chose à se mettre sous la dent avec une Jessica Alba à peine plus sexy que Tante May dans Spider-Man. Encore une fois, les effets spéciaux assurent le spectacle et le rythme reste assez soutenu, grâce à une courte durée : 92 minutes, générique inclus.

 

Résumé

Avec un ton identique à son prédécesseur, on peut prévoir que les fans, ainsi que les détracteurs, resteront sur leur position. Tant que les centaines de millions de dollars rentrent dans les caisses, il ne faudra pas s'attendre à un changement de recette.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.4)

Votre note ?

commentaires
Flo
07/03/2020 à 15:39

Même « punition » que pour le précédent (voir aussi celui produit par Roger Corman): trop léger et à l’apparence « low budget » pour empocher le public plus mature.
Mais un Surfer parfait et une histoire sympa où tout finit bien et en famille. Personnages non trahis donc.

-Conseil cinéma et comics: Ben les mêmes que pour le premier (et l’arc autour de Galactus surtout).

lt
13/04/2018 à 09:27

c'est clair elle est sexy mais le film est pas top rien que pour le mechant deja rappelez vous galactus

the défenders
11/04/2018 à 09:40

Jessica Alba est une vraie Beauté... Le Surfeur est sous exploité d ailleurs je n ai pas le souvenir qu il traverse les Matières. il peut presque atteindre la vitesse lumière... ses cosmiques sont ultras puissants... Les 4 fantastiques n auraient aucune chance ENFIN!!! GALACTUS vraiment mal fait... bon allez le film se regarde tout de meme...

Jeje
10/04/2018 à 22:46

Mais c est un malade qui a écrit, jessica alba c est une bombe atomique

votre commentaire