60 secondes chrono : Critique

Stéphane Argentin | 29 mars 2007
Stéphane Argentin | 29 mars 2007

Lorsqu'un long-métrage affiche au générique « produit par Jerry Bruckheimer », on sait d'avance à quoi s'attendre : un bon gros divertissement pop-corn dont l'intérêt varie de « sympathiquement inoffensif » à « globalement chiant et inutile ». 60 secondes chrono, remake du film éponyme de 1974, se classe très vite dans la seconde catégorie.

Image 117651
0

Si les deux longs-métrages ne présentent en effet qu'un scénario prétexte à des scènes de courses-poursuites endiablées (un as de la cambriole auto doit braquer un maximum de caisses de luxe en un temps limité), la version 2000, charcutée au montage et boostée au numérique (la ridicule scène finale sur le pont), fait bien pâle figure en comparaison du tour de force orchestré dans les années 1970 par H.B. Halicki, l'un des plus célèbres cascadeurs automobiles de l'histoire.

 

Image 117648

 

Alors qu'il livrera l'année suivante un très solide Opération espadon (2001), Dominic Sena a, pour son premier long-métrage, visiblement bien du mal à atteindre les pédales. Sa version relookée 21ème siècle de 60 secondes chrono n'a au final rien de mieux à offrir que de belles carrosseries (celles des bolides et/ou d'Angelina Jolie, au choix) là où l'original de 1974, après une première moitié aux allures de Ocean's eleven automobile (la préparation minutieuse du braquage de chaque voiture), nous offrait ensuite 40 minutes de course-poursuite quasi non-stop. Soit une véritable bande-démo du monde de la cascade automobile qui, trois décennies plus tard, reste encore une référence en la matière là où, 30 minutes après la fin de la séance, le remake de 2000 est déjà oublié.

 

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire