Superman IV : Critique

Laurent Pécha | 12 octobre 2007
Laurent Pécha | 12 octobre 2007

Superman IV est une purge dont le seul exploit valable est d'enfoncer à coup de voiture-bêlier les frontières de nullité instaurées par le précédent épisode. 

En même temps, une fois que l'on sait que le film fut produit par une Cannon au bout du rouleau - aka le meilleur employeur de Charles Bronson et Chuck Norris dans les 80's -, pouvait-il en être autrement ? Mis à part les cinglés sécuritaires arpentant les vidéo-clubs et certains membres de cette rédaction nostalgiques d'une adolescence drivée par les productions du tandem Menahem Golan / Yoram Globus (on les reconnaît à leur emploi du diminutif « Mémé et Yoyo » aussi affectueux que complaisant, à leur coffret DVD American Ninja et aux notations surréalistes d'Invasion U.S.A.), l'évocation de la Cannon a davantage rimé avec « étron » qu'avec « parangon » et ce Superman IV fait honneur à la maison de bout en bout.

 

 

Dans un sens, Superman IV impressionne par cette propension à se mordre la queue et se fâcher avec tout le monde. Le fan transi de l'Homme d'Acier hurle à la trahison pendant que l'amateur de grand spectacle se sent roulé dans la farine quand l'alcoolique au bord du coma n'en peut plus de ricaner parce qu'il a conscience de ne pas avoir encore assez bu pour oublier les incohérences débiles d'une histoire écrite par dessus la jambe. La preuve par l'exemple : un morveux demande à Superman de se débarrasser de toutes les têtes nucléaires pour que s'arrête la Guerre et qu'enfin la paix, elle puisseuh régner sur la Terreuh. Récapitulons : il est bien connu que Superman ne se mêle pas de géopolitique humaine (la trahison), particulièrement si son ingérence est dépeinte avec une telle niaiserie (l'« entubage ») ; ensuite, c'est bien connu, les peuples ont attendu l'avènement de la Bombe A afin de pouvoir se mettre sur la gueule pour mieux casser ensuite les prix sur la mégatonne atomique suite au discours neuneu d'un gugusse en slip rouge / collant bleu à la tribune de l'ONU ; discours applaudi par ceux qui, précisément, refusaient de se désarmer il n'y a pas cinq minutes (le grand n'importe quoi !)

 

 

Enfin il reste le cas pathétiquement tordant du vilain-pas-beau : Nuclear Man, cloné par Lex Luthor à partir de l'ADN de Kal-El. Faire passer l'uranium avant la kryptonite dans le classement des éléments les plus dangereux pour notre héros et nous faire découvrir le rayon oculaire «  réparation de chantier à trois cent briques » amène forcément un ricanement difficile à réprimer. Mais alors ce Nuclear Man... Non content d'être affublé d'un faciès à remiser Dolph Lundgren dans la catégorie «  acteur cérébral », d'une coupe de cheveux à la Duran Duran (merci les 80's) et d'un rictus de mongoloïde hésitant entre colère affichée et constipation passagère, le Nuclear Man souffre d'être mal nommé puisque, à la manière des poulets de OSS 117, il ne s'active qu'à la lumière pour détruire Superman... et harceler le personnage de Mariel Hemingway (qui ne sert à rien, tout comme la sous-intrigue du Daily Planet transformé en torche-cul)

 

 

 

Résumé

Finalement, résumer Superman IV reviendrait à citer Lex Luthor (Gene Hackman, pensant un peu trop fort à son chèque) à propos de son neveu Lenny (insupportable Jon Cryer) : « la partie dégénérée de ma famille » Voilà une affirmation tout à fait adaptée à ce film, un genre d'union incestueuse à Tchernobyl, un mélange détonnant et horrible qui ne peut engendrer qu'une atrocité et conduire un héros vers une mort certaine.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(1.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire