Critique : Écrire pour exister

Emmanuelle Etienne | 11 mars 2007
Emmanuelle Etienne | 11 mars 2007

Écrire pour exister, réalisé par Richard LaGravenese, montre une Hilary Swank plus fade qu'à l'habitude et on comprend facilement pourquoi elle n'a pas été à nouveau nominée à l'Oscar. L'institutrice qu'elle incarne est un modèle de naïveté sans aucune profondeur, comme les autres personnages qui sont pour la plupart des incarnations de stéréotypes : une rebelle portoricaine, un jeune blanc solitaire, une brunette assez vulgaire, et un black qui a quitté le domicile familial. Les seconds rôles n'obtiennent pas un meilleur traitement puisque Patrick Dempsey et Scott Glenn sont malheureusement complètement sous-exploités.

Cerise sur le gâteau, une guerre entre gangs sera même résolue par l'enseignante grâce à une mise en parallèle entre ce que vivent les élèves et ce qu'a subit le peuple juif durant l'Holocauste. La grande thématique du film qui verra même les vrais survivants du génocide faire une apparition dans leurs propres rôles. Cette idée, bien qu'intéressante, n'est pas réellement approfondie et semble être présente surtout pour tirer une larme au spectateur. Idem pour la fin qui tente de nous émouvoir en montrant à quel point l'écriture a permis à ces élèves de s'en sortir. Une réflexion assez simpliste qui diminue quelque peu l'ampleur du problème des ghettos chez l'Oncle Sam...

Résumé

Lecteurs

(2.9)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire