La Chèvre : Critique

Laurent Pécha | 10 février 2007
Laurent Pécha | 10 février 2007

Indémodable, indispensable, insurpassable (ou presque), La chèvre fait partie de ces films rares et précieux qui font rire à chaque vision. Pour son meilleur film à ce jour, Francis Veber a trouvé la formule gagnante, celle, magique, qui transforme le récit en une avalanche de gags plus drôles les uns que les autres.

Emmené par le duo phénoménal, Pierre Richard / Gérard Depardieu (rarement une alchimie entre deux comédiens n'aura crevé autant l'écran), La chèvre déroule un récit implacablement désopilant où les dialogues font toujours mouches. La plupart d'entre eux sont devenus cultes comme cet extraordinaire « C'est jamais son jour » lancé par un Depardieu désabusé lorsque le commissaire de police s'inquiète pour la santé de Pierre Richard.

En 1981, Veber devançait ce qui allait être la grande mode du cinéma des années 80-90 (surtout à Hollywood à l'image de la série des Armes fatales) en mettant en scène un duo antinomique (ici, un maladroit naïf et une brute au cœur tendre) qui doit cohabiter ensemble pour le meilleur et surtout le pire. Depuis, on n'a jamais fait mieux !

 

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire