Mission : Impossible : critique possible

Stéphane Argentin | 26 juin 2017 - MAJ : 02/02/2020 13:12
Stéphane Argentin | 26 juin 2017 - MAJ : 02/02/2020 13:12

Depuis le début des années 90 et l'envolée des d'adaptations plus (Le Fugitif) ou moins (Chapeau melon et bottes de cuir) réussies de séries télé sur grand écran, les producteurs hollywoodiens ne pouvaient décemment pas passer à côté de Mission : Impossible, série mythique des années 60-70 dont le concept gadgets-agents secrets était particulièrement en vogue à l'époque (le premier James Bond, Dr. No date de 1962) et n'a cessé de fasciner depuis. Le producteur (et accessoirement acteur) en question n'est autre que Tom Cruise, tout heureux de trouver là une franchise à son pied et futur assurance vie au box-office, et le réalisateur qui dirige la barque, Brian De Palma, alors en pleine gloire après le culte instantané de l'excellentissime Impasse (1993).

ET TOM DEVINT ETHAN

Une star installée et un réalisateur culte, l'association ne pouvait que produire des étincelles. Et étincelles il y eut (on passera ici sur les rumeurs d'égotisme de Tom Cruise sur le tournage). En première ligne : le scénario. Jim Phelps, personnage emblématique de la série originelle y est mis à l'écart, de même que la notion d'équipe, le tout au profit du bras droit de Jim : Ethan Hunt (Tom Cruise donc). Un phénomène qu'accentuera encore davantage le second volet qui, de Mission : Impossible n'aurait pratiquement plus que le nom. Autant dire une véritable hérésie pour les fans de la série originale.

 

photo, Tom CruiseEthan Hunt

 

BRIAN AU TOP

Et pourtant, grand bien en a pris à David Koepp et Robert Towne, les deux co-scénaristes, Steven Zaillian (La Liste de Schindler, Gangs of New-York) étant à l'origine de l'histoire avec Koepp. Quelles mains plus expertes que celles de Brian De Palma, dont l'univers de faux-semblants et de parias a fait la renommée, étaient en effet les mieux placées pour mettre en images pareille entorse au mythe télévisée initiale ? On oubliera donc ici bien vite l'invraisemblable séquence finale (depuis quand des TGV, qui plus est à double sens, circulent-ils dans le tunnel sous la Manche ?), que l'on devine bien volontiers consentie à un studio désireux de posséder son clou du spectacle, pour se focaliser sur les 90 minutes précédentes.

 

photoHello Jean Reno

 

Entre les tombées de masques (au sens propre à la série comme au figuré pour les traîtres) et l'univers parano, c'est tout l'univers « De Palmien » qui suinte à chaque minute, accentué par la maîtrise visuelle du cinéaste (ses nombreux plans inclinés). À ce titre, le climax du film ne se trouve aucunement à la fin mais au milieu du récit avec la séquence de la chambre forte où l'espace confiné donne tout loisir à De Palma de pallier l'absence de mouvement par des angles de caméra entretenant le suspense de bout en bout.

 

Affiche

Résumé

Si ce Mission : Impossible porte donc bel et bien tous les stigmates d'un Brian De Palma très réussi, il pose néanmoins la question suivante : avec une telle transgression du mythe original, cette adaptation sur grand écran peut-elle encore légitimement s'appeler Mission : Impossible ? Le deuxième volet enfoncera encore davantage le clou en ce sens et, à ce jour, seul le troisième long-métrage réintègre finalement une partie du concept initial.

Autre avis Geoffrey Crété
Un modèle du genre, hybride spectaculaire et fascinant entre un film de Tom Cruise et un film de Brian de Palma, un hommage à la série et une opération pirate pour la réinventer, un pur produit de studio et une œuvre vertigineuse où un auteur retourne le système à son avantage.

Lecteurs

(4.6)

Votre note ?

commentaires

saiyuk
27/06/2018 à 11:08

le 1 : honte de mettrez phelps en traitre, mais un putain de film d'espionnage.
Le 2 : avec une suite on comprend le traitement infligé a phelps dans le 1 : tom cruise est le heros... et oui ce n'est pas le meilleur de la saga mais il y a de belles scenes tres Woo (la poursuite en voiture sur la corniche, Ethan/Stamp avec le doigt).
Le 3 : bien foutu, un super mechant (ce qui manque au 2...) mais l'introduction de Fishburn j'ai pas etait plus que ca convaincu.
4-5- : Le du de tete, action, scenario, suspense, humour, tout y est et fait avec maestria, que ce soit par Bird ou McQuerrie.
J'adore cette série de film.

Dutch Schaefer
27/06/2018 à 09:36

Tiens à ce sujet, puisque vous parlez de Chapeau Melon et Bottes de Cuir, voilà bien un monument qui vaudrait la peine de subir un "remake" histoire de laver l'affront laissé par la première version ciné, qui certes si elle offre quelques passages typiquement Steedien (Les Ballons sur l'eau, les escaliers interminables...) n'avait pas été prise au sérieux par ses producteurs et son réalisateur!Et offrant une sorte de "téléfilm" mal fichu et sans âme!

Dutch Schaefer
27/06/2018 à 09:33

J'apprécie l'ensemble de cette saga en version ciné! (Néanmoins un petit bémol sur le second opus, qui est le plus faible à mes yeux et un John Woo totalement raté: je préfère même à ce degré Chasse à l'Homme avec JCVD).
Plus la saga progresse, plus je trouve les épisodes excellents!
Cette dernière a su damer le pion à un James Bond beauf et mal dégrossi qui n'arrive plus à renouveler le genre!Et un Jason Bourne qui n'a plus de pouls depuis belle lurette et qui radotte la même histoire depuis... beh depuis le début!
Mais... ce tout premier Mission Impossible a en effet un goût très particulier et ce depuis que je l'ai vu la première fois à l'époque de sa sortie au ciné!
C'est surtout un brillant De Palma et une sorte d'hommage aux films d'espionnage et aux thrillers des années 70, qui étaient tombé depuis le début des années 80 et le couronnement des "musclors" (Schwarzy, Sly, Chuck...) dans le plus terrible des oublies!
De Palma en utilisant la base d'une série TV des années 60, offre un film clin d'oeil totalement réussit.

PS: et de toute façon, rien que pour la scène de Tom Cruise suspendu à des câbles pour pirater le système informatique, ce film est mythique!

Zanta
26/06/2018 à 21:30

Le meilleur.
Le 6ème, avec son retour à Paris et une intrigue plus personnelle, laisse présager un retour aux sources. Espérons que ce sera le cas.
Si seulement Cruise producteur pouvait avoir la bonne idée de rappeler De Palma pour venir conclure la saga avec un 7ème et dernier. (et dire au revoir dignement au vieux Ethan).

Matt
26/06/2018 à 21:13

L'un des meilleurs Mission Impossible à mon sens avec le 4 de Brad Bird.
Fidèle à la série tout en imposant les thématiques de De Palma, ce film assez bancal finalement reste un divertissement bien calibré,haletant et intelligent.
La fin est effectivement assez surprenante quant au reste du film.
Et pis Emmanuelle Béart était encore charmante, Vanessa Redgrave et Jon Voigt avaient la grande classe et y 'avait même Emilio Estevez "SPOILER" empalé dans un ascenseur!
Un bon gros succès mérité pour De Palma sortant d'un Carlito Way pas si triomphant que ça au box office. Red Light, Green Light.

maxleresistant
26/06/2018 à 19:37

j'ai du plus en plus de respect pour cette série, j'adore le premier, le 3 est bon, et le 4 et 5 sont très bons.
Et le 6 s'annonce tout aussi réussi.

Un beau tour de force de longévité là où beaucoup d'autres s’essoufflent très vite.

votre commentaire