Critique : L'École pour tous

Laurent Pécha | 18 octobre 2006
Laurent Pécha | 18 octobre 2006

Six ans qu'on avait plus de nouvelles d'Eric Rochant et la sortie sabordée de son couillu Total western (l'interview carrière du cinéaste arrive le week-end prochain). L'auteur d'Un monde sans pitié et du génial Les patriotes revient avec la première vraie comédie de sa carrière pour un film destiné à un public large mais sans jamais laisser de côté ce qui fait la force de son cinéma (maîtrise technique et rigueur).

Alors si L'Ecole pour tous reste avant tout une parenthèse sur le mode mineur dans la carrière du réalisateur, il permet toutefois à Rochant d'effacer son seul véritable faux pas, le raté Vive la République et son discours social et politique ampoulé. Léger, proche de la caricature sans pour autant jamais y céder, cette Ecole pour tous ne trompe jamais son public en tentant de s'imposer comme un constat plus ou moins amer de l'éducation nationale française. Le propos de Rochant est bien plus modeste et c'est tant mieux. Distraire avec intelligence, voilà la seule ambition du réalisateur. Et pour cela, Rochant a quelques atouts évidents : un scénario parfaitement charpenté (même si parfois l'imbroglio paraît un peu « gros »), des dialogues qui font mouche (« ici on est au collège, même si vous êtes agrégé, il faut s'adapter »), une mise en scène finement sophistiquée et des comédiens épatants.

À ce titre, comme dans tout bon Rochant, la qualité d'interprétation du personnage principal (masculin) est essentielle. Avec Arié Elmaleh, le cinéaste a fait une sacrée bonne pioche. Le frère de Gad est aussi drôle qu'attendrissant dans un rôle qui fait penser à un Jacques Tati des temps modernes. Autour de lui, les interprètes des professeurs (de l'autoritaire Noémie Lvovsky à l'idéaliste Elodie Navarre en passant par le complexé et jaloux Vincent Desagnat) s'avèrent excellents ayant au moins le droit à une bonne séquence pour tirer la couverture à eux. Et on n'oubliera pas de dresser des louanges à l'ensemble des jeunes comédiens composant la classe de Jahwad, tous d'un naturel confondant.

Sans révolutionner le paysage cinématographique français comme il avait su le faire il y a plus de dix ans avec Les Patriotes (disponible dans une superbe édition DVD à un prix très attractif : foncez l'acheter !), Eric Rochant propose avec son Ecole pour tous, la comédie sans prétention de cet automne, celle d'un auteur toujours inspiré même si l'on espère que des challenges plus ambitieux l'attendent.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire