30 jours max : critique qui trouve que ça fait long quand même

Simon Riaux | 30 juillet 2021
Simon Riaux | 30 juillet 2021

30 jours max, ce soir à 21h00 sur Canal+.

Le réalisateur de Epouse-moi mon pote et complice de longue date de Philippe Lacheau est de retour derrière la caméra. Avec 30 jours maxTarek Boudali s'essaie à la comédie romantico-policière. À nos risques et périls.

ILS SONT DE RETOUR

C’est en 2014 que La Bande à Fifi débarque au cinéma avec Babysitting. Un beau succès, fruit d’un travail acharné, tentative collective d’apporter une touche de fantaisie au sein d’un paysage comique hexagonal ronronnant. Plusieurs longs-métrages plus tard et l’ambitieuse réussite de Nicky Larson et le Parfum de Cupidon, c’est au compère Tarek Boudali de retourner derrière la caméra après Epouse-Moi mon pote. Accompagné des inoxydables Philippe Lacheau et Julien Arruti, il explore ici le grand motif qui traverse leurs créations depuis six ans : jusqu’où peut-on aller dans l’absolue nullité ? 

Et si tous semblent désireux de pousser chaque fois plus loin ce profond questionnement, reconnaissons à 30 jours max de l’amener à proximité de son point de fusion, quitte à provoquer une durable dégénérescence neuronale chez le spectateur. Difficile de croire que l’ensemble a été produit par une équipe de tournage et non une tripotée de lamantins beurrés au vermouth, tant tout semble avoir été produit entre deux rots de soda tiède. 

Absolument rien ne va dans cet objet, qui embarrasserait jusqu’au directeur de la photo d’une publicité de conventions-obsèques. L’image est d’une fadeur sans nom, on ne distingue jamais un semblant d’intention, de créativité ou d’ambition visuelle (quand quelqu’un pense à faire le point, bien évidemment). Du montage des scènes les plus basiques jusqu’à l’agencement des couleurs, rien ne parvient jamais à attirer l’oeil et encore moins à divertir. 

 

photo, 30 jours maxDe l'art de viser juste. Ou pas.

 

POUR NOUS JOUER UN MAUVAIS TOUR

On se gardera bien de juger la valeur intrinsèque d’un type d’humour donné, le rire étant la matière la plus subjective qui soit, mais ce bon ici les mécanismes de la drôlerie qui sont déficients. Le tempo tombe systématiquement à plat, aussi bien lors des séquences dialoguées que de celles qui se voudraient plus burlesques. Et quand le film assume pleinement ce qui pourrait être son penchant le plus plaisant, à savoir une sorte de bourrinerie burlesque (lors d’une scène d’incendie notamment) l’arythmie générale de l’ensemble saute aux yeux. 

Le résultat est d’autant plus gênant qu’une proportion non-négligeable de gags sentent la redite franchement tiède. De l’irruption de catcheurs mexicains, en passant par une série de gags qu’on jurerait pillés dans une cour de récréation bombardée à l’insecticide, difficile de trouver grand-chose d’original ou de vivace dans 30 jours max. Rien ne marque, car tout paraît déjà vu, ailleurs, en mieux, ou plus abouti.

 

Photo Tarek BoudaliPlus dure sera la chute

 

Enfin, si Tarek Boudali ne renoue avec le degré d’homophobie et de sexisme ordinaire qui mine souvent ses films et ceux de Lacheau, on se désole plus d’une fois de certains ressorts qui flirtent avec une bêtise rance, dont les personnages féminins sont souvent la cible. Plus d'une fois, on se demande si le scénario comme la mise en scène ne rient pas des protagonistes plutôt qu'avec eux, notamment quand Chantal Ladesou ou Marie-Anne Chazel se voient régulièrement avilies, comme si leur âge et leur féminité constituaient en tant que tel des sources d'hilarité.

Non pas que le film se complaise consciemment dans ce genre d’ornières, mais entre ses sketchs vieillots et son indigence technique, il se vautre avec maladresses dans le sillon merdeux d’un rire trop gras pour ne pas finir en infarctus. 

 

affiche

Résumé

Une comédie policière qui se voudrait enlevée et burlesque, quand ses limitations techniques et artistiques la condamnent au cimetière des agressions filmiques.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.4)

Votre note ?

commentaires
gwen
02/08/2021 à 23:30

je ne sais pas si les acteurs sont conscient que des gens vont payer une place de cinéma pour voire ça, je comprends pas comment toute la même bande réfléchissent !!?? tiens on va sortir une connerie au cinéma, histoire de se faire un peu de tune !!!! et puis on recommencera dans 6 mois avec une pub d'enfer...

gwen
02/08/2021 à 23:19

j'ai vu" 30 jours max", franchement c'est d'une nullité, avec des scènes téléphonées. C'est du n'importe quoi , toujours la même bande de personnage, d'ailleurs certains acteurs pensent la même chose. Quand un film me fait rire ça s'appelle de la comédie, au dessus ça s'appelle de la bêtise. Je ne sais même pas pourquoi ça sort au cinéma, en streaming suffit largement. Pour me consoler, je regarde un bon Fernandel ou encore "les visiteurs"

Faurefrc
30/07/2021 à 23:42

Les Charlots des années 2020.
Certains jeunes qui les aiment aujourd’hui reverront ces films avec nostalgie sur TF1 32 K ou sur une quelconque chaîne YouTube à la con dans quelques années, avant de les oublier aussi sec lorsque leurs gosses leur diront un futur équivalent de « tu kiffais ça, franchement c’est trop le seum »

pc
18/06/2021 à 14:32

Quelques scènes drôles et quelques sourires paresseux, mais "la bande à Fifi" commencent sérieusement à tourner en rond et s'essouffler.
Maintenant tant qu'il y aura un (large) public pour aller les voir pourquoi s'arrêteraient ils ? Eux et leurs partenaires financiers se font un "max" de blé avec leurs productions, ils ont raison d'en profiter tant que ça fonctionne car il est certain qu'un jour leurs films ne fonctionneront plus en l'état (de bande). Le cinéma c'est aussi et avant tout un business à but lucratif pour ceux qui le font qu'il soit ou non de qualité. C'est le public qui décide, jeunes ou moins jeunes les goûts et les envies restent dans la nature. C'est forcément imparfait et injuste par rapport à des œuvres plus exigeantes (même dans la comédie) peu visible ou n'arrivant pas à voir le jour mais c'est le système qui est ainsi fait. On ne prête qu'aux (nouveaux) riches mais ça n'est pas nouveau.

bidusky
18/06/2021 à 11:57

C'est certainement l'un des moins bons films de la bande à Fifi. Personnellement j'ai tout de même rigolé par moment mais c'est vrai que c'est assez convenu. Cela reste un divertissement sans prétention mais qui aurait pu être un peu moins feignant sur l'histoire. Quand à la réalisation, c'est parfois très moyen mais le tout reste correct à mon gout.

Incognito
18/06/2021 à 10:29

Autant j'avais apprécié alibi, les babystting et nicky larson mais alors la c'est mauvais.

morris
28/12/2020 à 23:36

Simon Riaux as tu vu le film? Gainsbourg disait les critiques sont des artistes rates
j ai vu le film ,ce n est pas alibi ou les autres mais c est sympa, ca se laisse regarder .Ce qui m a le plus ennuye, et bien c est ta critique Simon ,tu as ete mechant et mauvais
Bravo Tarek tu as au moins le plaisir de nous faire rire bonnes fetes Morris

Antoni1973
27/10/2020 à 00:15

Vu le commantaire ca donne envie de le voir ce film on doit bien se marrer

Chris11
17/10/2020 à 06:54

Moi j'ai bien aimé. Oui le film est pas ouf pour ne pas dire presque mauvais, oui on voit clairement que le réal n'est pas Lacheau (Babysitting 1 et 2, Alibi.com, Nicky Larson) mais son ami Boudali (Epouse moi mon pote). C'est convenu, potache, pas toujours fin fin, certaines blagues sont malaisantes mais d'autres sont juste énormes (la réf au Sherlock Holmes de Guy Ritchie!) mais ça veut faire plaisir et pour moi ça a marché. Je n'en demande pas plus à ce genre de film. Pendant ce temps, la série La flamme a elle aussi l'intention de faire rire, et malgré une bien meilleure critique, je l'ai trouvée affligeante et très malaisante.
Et dans d'autres styles tout à fait différents, j'ai aimé Antoinette dans les Cévennes et Lux Aeterna.
On ne peut pas ne manger que du caviar et de la pancetta, un bon fast food de temps en temps c'est bien aussi. C'est exactement ce qu'est ce film.

Sergent Hartman
16/10/2020 à 18:29

C'est dingue comme c'est le monde à l'envers, ne cherchez pas d'excuse à ce truc c'est une bouse, quand c'est mauvais c'est mauvais ayez l'honnêteté de le reconnaitre, y a pas à chercher plus loin et trouver toutes les excuses du monde..tout le monde n'est pas blier qui veux.

Plus
votre commentaire